Votre avis nous intéresse ! Aidez-nous à améliorer la qualité de nos traductions françaises en répondant à l'enquête d'évaluation.
Questionnaire destiné aux usagers de santé : http://goo.gl/forms/BLNBjZJ75X
Questionnaire destiné aux professions médicales : http://goo.gl/forms/g7nVhqW4Nd

Les interventions de sevrage tabagique destinées aux populations autochtones peuvent-elles mener à l'abstinence tabagique ?

Dans les populations autochtones, les taux de tabagisme n'ont pas baissé comme dans les populations environnantes et les conséquences néfastes pour la santé sont inacceptables. Cette revue de quatre études a révélé que les études publiées sur l'évaluation des interventions de sevrage tabagique spécifiquement destinées à réduire et/ou stopper l'usage du tabac chez les personnes autochtones sont nettement déficientes. Les résultats limités rapportés dans cette revue montrent que ces interventions visant à aider les personnes autochtones à arrêter de fumer sont d'un certain bénéfice. Toutefois, dans une étude le changement d'attitude avait été négatif, moins de personnes étant 'prêtes à arrêter' après l'intervention de sevrage tabagique. Il convient de prendre en compte les différences culturelles et les traditions lors de la mise au point d'interventions pour les personnes autochtones. Il faut développer des interventions modifiées ou novatrices et effectuer une recherche minutieuse sur les résultats afin d'améliorer l'utilité des interventions de sevrage tabagique destinées aux populations autochtones.

Conclusions des auteurs : 

Une disparité importante existe au niveau de la santé, faisant que les populations autochtones, une minorité, sont surreprésentées dans la morbidité et la mortalité liées au tabagisme. Cette revue met en évidence la pénurie de données disponibles pour évaluer l'efficacité des interventions de sevrage tabagique, malgré le succès connu de ces interventions dans les populations non autochtones. En raison de ce manque d'enquêtes publiées, la validité externe de cette revue est limitée, tout comme l'est notre capacité à tirer des conclusions fiables de ces résultats. Les données limitées disponibles montrent que les interventions de sevrage tabagique spécifiquement destinées aux populations autochtones peuvent entrainer l'abstinence tabagique. Cependant, ces données ne sont pas solides vu le petit nombre d'essais de méthodologie valable ayant enquêté sur ces interventions. De nouveaux essais rigoureux sont maintenant nécessaires pour aider à combler le fossé des disparités de santé liées au tabac entre les populations autochtones et non autochtones.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'usage du tabac dans les populations autochtones (les gens habitant un pays depuis des milliers d'années) est souvent le double de ce qu'il est dans la population non autochtone. En résulte une part disproportionnée de la morbidité et de la mortalité liées à des substances.

Objectifs : 

Évaluer l'efficacité des interventions de sevrage tabagique dans les populations autochtones et résumer ces approches pour la recherche et les programmes de sevrage futurs.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane spécialisé des essais sur le tabagisme (avril 2011), ainsi que dans MEDLINE (mai 2011). Nous avons également recherché des études potentielles dans des bases de données d'essais cliniques et dans des bibliographies de publications.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés et non randomisés d'interventions de sevrage tabagique dans des populations autochtones. Les interventions pouvaient être des pharmacothérapies, des thérapies cognitives et comportementales, des thérapies alternatives, des politiques publiques et des thérapies combinées. Aucune tentative n'a été faite de redéfinir le mot 'autochtone' pour pouvoir inclure une étude dans cette revue.

Recueil et analyse des données : 

Les données relatives à la méthodologie, aux participants, aux interventions et aux résultats ont été extraites par un auteur de la revue et vérifiées par un deuxième, tandis que la qualité méthodologique a été extraite par deux auteurs de manière indépendante. Les études ont été évaluées par synthèse narrative qualitative et, dans la mesure du possible, par méta-analyse. L'applicabilité, l'acceptabilité et le contenu du processus de revue ont été examinés par un australien autochtone (aborigène).

Résultats principaux : 

Quatre études remplissaient tous les critères d'éligibilité à l'inclusion dans la revue. Deux avaient utilisé des thérapies combinées consistant en une pharmacothérapie jointe à des thérapies cognitives et comportementales, tandis que les deux autres avaient utilisé la thérapie cognitive et comportementale par le conseil, via des messages textuels de soutien dans un cas et délivré par des médecins formés aux techniques de sevrage tabagique dans l'autre cas. Les données de sevrage tabagique de toutes les études ont été regroupées, produisant un effet statistiquement et cliniquement significatif en faveur de l'intervention (risque relatif 1,43 ; IC à 95 % 1,03 à 1,98 ; p = 0,032) mais, suite à une analyse de sensibilité, un effet non significatif statistiquement mais oui significatif cliniquement a été observé en faveur de l'intervention (risque relatif 1,33 ; IC à 95 % 0,95 à 1,85 ; p = NS).

Tools
Information

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière des organismes suivants pour la France et le Canada.
Pour la France :

  • Ministère des affaires sociales et de la santé

Pour le Canada :

  • Instituts de Recherche en Santé du Canada
  • Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec
  • Fonds de recherche du Québec-Santé
  • Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux