Interventions chirurgicales pour le traitement des fractures de la tête radiale chez l'adulte

La tête radiale est située à l'extrémité supérieure du radius, qui est l'un des deux os de l'avant-bras. Les fractures de la tête radiale sont les fractures les plus fréquentes du coude chez l'adulte. Elles peuvent gravement affecter la fonction du coude. Les fractures les moins graves sont généralement traitées sans intervention chirurgicale et les fractures les plus graves à l'aide d'une intervention chirurgicale. Il existe trois grands types d’intervention chirurgicale. L'une est la résection, dans laquelle la tête radiale fracturée est retirée. Un autre type est la réduction à ciel ouvert avec fixation interne (ROFI), dans laquelle l'os fracturé est remis en place et fixé par divers dispositifs tels que des vis. Le troisième type d'intervention chirurgicale est le remplacement de la tête radiale ou arthroplastie, dans laquelle la tête radiale est remplacée par une prothèse métallique. Il existe une incertitude et une controverse quant au moment où l'intervention chirurgicale est nécessaire et quant au meilleur type d'intervention chirurgicale.

Cette revue comprend les éléments de preuve issus de trois essais contrôlés randomisés avec un total de 251 participants. Les trois essais présentaient un certain risque de biais, ce qui signifie que leurs résultats pourraient ne pas être fiables.

Deux essais comparaient le remplacement de la tête radiale à la ROFI pour le traitement des fractures de la tête radiale hautement fragmentées. Ces essais ont révélé qu'après un remplacement de la tête radiale, les patients présentaient une fonction du coude significativement meilleure et moins d'événements indésirables que ceux traités par ROFI après une durée de suivi comprise entre un et trois ans.

Un essai comparait les broches biodégradables aux vis métalliques standard dans le traitement des fractures de la tête radiale déplacées. Il a révélé des résultats similaires pour les deux types de matériaux en termes de fonction du coude et d'événements indésirables.

Globalement, il existe des données recommandant de remplacer la tête radiale pour le traitement des fractures de la tête radiale hautement fragmentées plutôt que de tenter de remettre l'os fracturé en place. Cependant, les données sont de faible qualité et on ne sait pas si ces résultats seraient valides à plus long terme ou de manière plus générale. L'utilisation de prothèses biodégradables pourrait être aussi efficace que les prothèses métalliques pour la fixation de certaines fractures généralement plus stables mais des données supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ceci.

Conclusions des auteurs : 

Seules des conclusions hésitantes peuvent être tirées d'après les données disponibles de cette revue. Par rapport à la ROFI, certains éléments indiquent que le remplacement de la tête radiale donnait une meilleure fonction du coude et un nombre moindre d’événements indésirables pour les fractures de la tête radiale de type Mason III à court terme. Cependant, les données sont de faible qualité et on ne sait pas si ces résultats seraient valides à plus long terme ou de manière plus générale. L'utilisation de prothèses biodégradables pourrait être aussi efficace que les prothèses métalliques pour la fixation de certaines fractures généralement plus stables mais des données supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ceci. Des données de bonne qualité sont nécessaires afin d'examiner les zones d'incertitude dans le traitement chirurgical des fractures de la tête radiale.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Les fractures de la tête radiale représentent le type le plus fréquent de fracture du coude et peuvent gravement affecter la fonction du coude. Il existe une incertitude et une controverse quant au moment où l'intervention chirurgicale est indiquée et quant au meilleur type d'intervention chirurgicale.

Objectifs : 

Évaluer les effets des interventions chirurgicales pour le traitement des fractures de la tête radiale chez l'adulte. Nous avions pour objectif de comparer le traitement chirurgical au traitement non chirurgical, et différents modes d'intervention chirurgicale.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les traumatismes ostéo-articulaires et musculaires (mai 2012), le registre Cochrane des essais contrôlés - Cochrane Central Register of Controlled Trials (The Cochrane Library ; 2012 numéro 4), MEDLINE (de 1946 à mai 2012), EMBASE (de 1980 à la 19ème semaine de l'année 2012) et des registres d'essais (novembre 2011). Aucune restriction de langue n'a été appliquée.

Critères de sélection : 

Tous les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés évaluant les interventions chirurgicales pour le traitement des fractures de la tête radiale.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont sélectionné les essais, évalué leurs risques de biais et extrait les données de façon indépendante. Lorsque cela était approprié, les résultats ont été combinés.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus trois essais contrôlés randomisés totalisant 251 participants. Les trois essais présentaient un risque élevé de biais de performance reflétant le fait que les chirurgiens ne pouvaient pas être en aveugle. Un essai présentait un faible risque de biais mais était compromis par un biais d'attrition élevé, résultant en partie des exclusions post-randomisation. Les détails relatifs à la méthodologie étaient incomplets pour les deux autres essais, ce qui conduisait généralement à des jugements incertains quant au risque de biais.

Deux essais comparaient le remplacement de la tête radiale à la réduction à ciel ouvert avec fixation interne (ROFI) pour le traitement des fractures de la tête radiale de type Mason III. Les auteurs des essais ont rapporté les résultats à une moyenne de 2,8 ans et 15 mois respectivement. Il n'y avait aucune différence significative entre les deux groupes en faveur du remplacement de la tête radiale en termes de scores de Broberg-Morrey pour le coude (92,1 contre 72,4, différence moyenne (DM) 19,70 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 15,64 à 23,76 ; un essai, 45 participants), de scores de Broberg-Morrey pour le coude excellents ou bons (33/36 contre 16/31, risque relatif (RR) 1,88 ; IC à 95 % 1,27 à 2,77 ; deux essais) et d'événements indésirables globaux (6/36 contre 15/31, RR 0,33 ; IC à 95 % 0,14 à 0,77 ; deux essais). Aucune différence statistiquement significative n'a été observée entre les deux groupes pour aucun des événements indésirables individuels signalés.

Un essai comparait les broches biodégradables aux vis métalliques standard dans le traitement des fractures de la tête radiale de classification AO 21 B2. Les deux types de dispositifs de fixation donnaient des résultats similaires, sans aucune différence significative entre les groupes en termes de scores de Broberg-Morrey (93,3 contre 90,9, DM 2,40 ; IC à 95 % -0,10 à 4,90), de scores de Broberg-Morrey pour le coude excellents ou bons (72/74 contre 56/61, RR 1,06 ; IC à 95 % 0,97 à 1,15) et d'événements indésirables (13/82 contre 16/82, RR 0,81 ; IC à 95 % 0,42 à 1,58) après un suivi de deux ans.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.