La supplémentation en vitamine D chez la femme enceinte

La vitamine D est produite par le corps humain grâce à l'exposition à la lumière du soleil et peut également être absorbée à partir d'aliments consommés comme les huiles de foie de poisson, les poissons gras, les champignons, les jaunes d'œufs et le foie. La vitamine D a de nombreuses fonctions dans le corps ; elle permet de maintenir la solidité des os et l'homéostasie du calcium.

Pendant la grossesse, une carence ou une insuffisance en vitamine D peut se développer. Il a été suggéré que la supplémentation en vitamine D pendant la grossesse améliore la santé de la mère et du bébé en toute sécurité. Cette revue a inclus 15 essais contrôlés randomisés impliquant 2833 femmes. Neuf essais ont comparé les effets de la vitamine D seule à l'absence de supplémentation ou à un placebo et six essais ont comparé les effets de la supplémentation en vitamine D et en calcium à l'absence de supplémentation.

Les résultats montrent que la prise de compléments de vitamine D pendant la grossesse augmente les niveaux de vitamine D, mesurée par le taux de 25-hydroxyvitamin D au terme de la grossesse, et pourrait réduire le risque d'accouchement prématuré (à moins de 37 semaines de gestation), celui de pression artérielle élevée chez les femmes et le risque d'un bébé de faible poids à la naissance (moins de 2500 g). Cependant, il semble que, lorsque vitamine D et calcium sont combinés, le risque d'accouchement prématuré soit augmenté. Les effets indésirables pour la mère n'étaient pas bien documentés.

La signification clinique de la hausse du taux de vitamine D des femmes n'est pas claire et les résultats doivent être interprétés avec prudence, car seuls quelques essais de petite taille et de faible qualité ont évalué ces critères.

Avec les preuves disponibles, il est difficile de savoir si la supplémentation en vitamine D doit être administrée dans le cadre des soins prénataux de routine pour améliorer la santé de la mère et du nourrisson. Bien qu'il existe des données indiquant que la supplémentation en vitamine D pourrait réduire le risque d'une pression artérielle élevée et augmenter la taille et le périmètre crânien à la naissance, de nouveaux essais randomisés rigoureux sont nécessaires pour confirmer ces effets. Actuellement, le nombre d'essais de bonne qualité, basés sur des échantillons de grande taille, et les critères d'évaluation rapportés sont trop limités pour tirer des conclusions définitives sur son utilité et son innocuité.

Conclusions des auteurs : 

De nouvelles études ont fourni des données supplémentaires concernant les effets sur les résultats de la grossesse de la prise de vitamine D, seule ou avec du calcium, par les femmes enceintes. La prise de vitamine D par les femmes enceintes, en dose unique ou continue, augmente le taux de 25-hydroxyvitamin D dans le sérum au terme de la grossesse et pourrait réduire le risque de pré-éclampsie, de faible poids de naissance et d'accouchement prématuré. Cependant, lorsque vitamine D et calcium sont combinés, le risque d'accouchement prématuré est augmenté. La signification clinique de l'augmentation du taux sérique de 25-hydroxyvitamin D n'est pas encore claire. Sachant cela, ces résultats doivent être interprétés avec prudence. Les données sur les effets indésirables manquaient dans toutes les études.

Les preuves pour déterminer si la vitamine D doit être administrée à toutes les femmes dans les soins prénataux de routine pour améliorer la santé de la mère et du nourrisson manquent encore de clarté. Bien qu'il existe certaines données indiquant que la supplémentation en vitamine D pourrait réduire le risque de pré-éclampsie et augmenter la taille et le périmètre crânien à la naissance, d'autres essais randomisés rigoureux sont nécessaires pour confirmer ces effets.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La carence ou l'insuffisance en vitamine D est considérée fréquente chez les femmes enceintes. La supplémentation en vitamine D pendant la grossesse a été proposée comme intervention pour protéger des effets néfastes sur la grossesse.

Objectifs : 

Examiner si la prise, pendant la grossesse, de suppléments oraux de vitamine D seule, ou en combinaison avec du calcium ou d'autres vitamines et minéraux, peut, sans risque, améliorer la santé de la mère et du nouveau-né.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (23 février 2015), l'International Clinical Trials Registry Platform) (31 janvier 2015), le Networked Digital Library of Theses and Dissertations (28 janvier 2015), et nous avons également contacté des organisations pertinentes (31 janvier 2015).

Critères de sélection : 

Essais randomisés et quasi-randomisés avec randomisation au niveau des individus ou des groupes, évaluant l'effet de la supplémentation en vitamine D, seule ou en combinaison avec d'autres micronutriments chez les femmes enceintes.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont, de manière indépendante, i) évalué l'éligibilité des études au regard des critères d'inclusion, ii) extrait les données des études incluses et iii) évalué le risque de biais des études incluses. L'exactitude des données a été vérifiée. La qualité des preuves a été évaluée au moyen de l'approche GRADE.

Résultats principaux : 

Dans cette revue mise à jour, nous avons inclus 15 essais évaluant un total de 2833 femmes, exclu 27 essais et 23 essais sont toujours en cours ou non publiés. Neuf essais ont comparé les effets de la vitamine D seule par rapport à l'absence de supplémentation ou à un placebo et six essais ont comparé les effets de la supplémentation en vitamine D et calcium à l'absence de supplémentation. Le risque de biais dans la majorité des essais n'était pas clair et de nombreuses études présentaient un risque élevé de biais concernant l'assignation en aveugle et les taux d'attrition.

La vitamine D seule, comparée à l'absence de supplémentation ou à un placebo

Les données de sept essais portant sur 868 femmes montrent que les femmes ayant pris des compléments de vitamine D seule, en particulier en cas de prise quotidienne, avaient un niveau plus élevé de 25-hydroxyvitamin D que celles ne bénéficiant d'aucune intervention ou recevant un placebo, mais cette réponse était très hétérogène. De plus, les données issues de deux essais portant sur 219 femmes suggèrent que les femmes ayant pris des compléments de vitamine D pourraient avoir un risque plus faible de pré-éclampsie que celles ne recevant aucune intervention ou un placebo (8,9 % contre 15,5 % ; risque relatif (RR) 0,52 ; IC à 95 % de 0,25 à 1,05, données de faible qualité). Les données issues de deux essais portant sur 219 femmes suggèrent un risque de diabète gestationnel comparable chez les patientes prenant des compléments de vitamine D et chez celles n'ayant reçu aucune intervention ou un placebo (RR 0,43 ; IC à 95 %, de 0,05 à 3,45, données de très faible qualité). Il n'y avait aucune différence claire dans les effets indésirables avec un seul cas rapporté de syndrome néphrotique dans le groupe témoin dans une étude (RR 0,17 ; IC à 95 % de 0,01 à 4,06 ; un essai, 135 femmes, données de faible qualité). Compte tenu de la rareté des données pour ce critère d'évaluation, aucune conclusion définitive ne peut être tirée. Aucune des autres études n'a signalé d'effets indésirables.

En ce qui concerne les effets sur le nouveau-né, les données issues de trois essais portant sur 477 femmes suggèrent que la supplémentation en vitamine D pendant la grossesse réduit le risque d'accouchement prématuré, par rapport à l'absence d'intervention ou à un placebo (8,9 % versus 15,5 % ; RR 0,36 ; IC à 95 % de 0,14 à 0,93, données de qualité modérée). Les données issues de trois essais portant sur 493 femmes suggèrent également que les femmes ayant pris de la vitamine D pendant la grossesse accouchaient moins fréquemment d'enfants ayant à la naissance un poids inférieur à 2500 g, par rapport à celles n'ayant pas reçu d'intervention ou ayant pris un placebo (RR 0,40 ; IC à 95 % de 0,24 à 0,67, données de qualité modérée).

Quant aux autres critères d'évaluation, il n'y avait aucune différence claire concernant la césarienne (RR 0,95 ; IC à 95 % 0,69 à 1,31 ; deux essais ; 312 femmes), les mortinaissances (RR 0,35, IC à 95 % de 0,06 à 1,99 ; trois essais, 540 femmes) ou les décès néonataux (RR 0,27 ; IC à 95 % de 0,04 à 1,67 ; deux essais, 282 femmes). Les données suggéraient que la supplémentation en vitamine D augmente la taille du nourrisson (différence moyenne (DM) 0,70, IC à 95 % de -0,02 à 1,43 ; quatre essais, 638 nourrissons) et le périmètre crânien à la naissance (DM 0,43, IC à 95 % de 0,03 à 0,83 ; quatre essais, 638 femmes).

La supplémentation en vitamine D et calcium comparée à l'absence de supplémentation ou à un placebo

Les femmes ayant pris de la vitamine D et du calcium avaient un risque de pré-éclampsie plus faible que celles ne bénéficiant d'aucune intervention (RR 0,51 ; IC à 95 % de 0,32 à 0,80 ; trois essais ; 1114 femmes, données de qualité modérée), mais elles avaient également un risque accru d'accouchement prématuré (RR 1,57 ; IC à 95 % de 1,02 à 2,43, trois études, 798 femmes, données de qualité modérée). Le taux maternel de vitamine D au terme de la grossesse, le diabète gestationnel, les effets indésirables et le faible poids de naissance n'ont été rapportés dans aucun essai ou seulement par une seule étude.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Melody Enguix et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.