Interventions destinées à augmenter la consommation de fruits et légumes chez les enfants âgés de cinq ans et moins

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Contexte

La consommation insuffisante de fruits et légumes représente un fardeau sanitaire considérable dans les pays développés. La consommation de fruits et légumes est associée à une réduction du risque de développer des maladies chroniques. La petite enfance représente une période critique pour l'établissement d'habitudes alimentaires. Les interventions visant à augmenter la consommation de fruits et légumes pendant la petite enfance pourraient donc être une stratégie efficace pour réduire le fardeau lié à ces maladies.

Question de la revue

Évaluer l'effet des interventions destinées à augmenter la consommation de fruits et/ou de légumes chez les enfants âgés de cinq ans et moins.

Méthodes

Nous avons effectué des recherches dans plusieurs bases de données électroniques et dans les journaux pertinents pour identifier des études. Nous avons contacté les auteurs des essais pour identifier d'autres essais potentiellement pertinents. Étaient éligibles tous les essais randomisés (dans lesquels les participants ont les mêmes chances d'être assignés au groupe traitement ou au groupe contrôle) concernant des interventions visant à augmenter la consommation de fruits et/ou de légumes des enfants âgés de cinq ans et moins et mesurant cette consommation. Deux auteurs de la revue ont indépendamment recherché et extrait les informations issues des études. Les preuves sont à jour en septembre 2017.

Résultats

Nous avons inclus 55 essais comprenant un total de 11 108 participants. Trente-trois essais examinaient des interventions portant sur l'alimentation des enfants, 13 essais examinaient des interventions d'éducation nutritionnelle des parents, huit essais examinaient des interventions à composantes multiples et un essai examinait une intervention d'éducation nutritionnelle des enfants. Les interventions portant sur l'alimentation des enfants (par ex. l'exposition répétée à des légumes) étaient efficaces pour accroître la consommation de légumes des enfants à court terme (moins de 12 mois). Les interventions d'éducation nutritionnelle des parents et les interventions à composantes multiples (par ex., combiner le changement des pratiques dans les écoles maternelles à l'éducation parentale) n'étaient pas efficaces pour accroître la consommation de fruits et légumes chez les enfants. Il n'y avait pas suffisamment d'informations pour évaluer l'efficacité à long terme, le rapport coût-efficacité et les effets indésirables. Les études faisant état de soutien financier avaient reçu des fonds provenant de sources gouvernementales ou caritatives, sauf pour trois études qui avaient reçu un financement provenant de l'industrie.

Conclusions

Les preuves de l'efficacité des interventions visant à augmenter la consommation de fruits et légumes chez les enfants âgés de cinq ans et moins restent limitées. Les interventions portant sur l'alimentation des enfants semblent augmenter la consommation de légumes des enfants (de 4,03 g), mais cette conclusion est basée sur des preuves de très faible qualité et est susceptible de changer lorsque de futures recherches seront menées.

Cet article est une « revue systématique vivante » (living systematic review). Les revues systématiques vivantes représentent une nouvelle approche destinée à mettre à jour les revues, dans laquelle la revue est continuellement mise à jour, ce qui permet d'intégrer les nouvelles preuves pertinentes dès leur apparition. Veuillez consulter la base de données Cochrane des revues systématiques pour parcourir la dernière version de cette revue.

Conclusions des auteurs : 

Malgré l'identification de 55 essais éligibles portant sur différentes approches d'intervention, les preuves concernant les stratégies visant à augmenter la consommation de fruits et légumes chez les enfants restent limitées. Il y avait des preuves de très faible qualité indiquant que les interventions portant sur les pratiques d'alimentation des enfants sont efficaces pour augmenter la consommation de légumes chez les enfants âgés de cinq ans et moins, cependant la taille de l'effet était très faible et un suivi à long terme est nécessaire. Il y avait des preuves de très faible qualité que l'éducation nutritionnelle des parents et les interventions à composantes multiples ne sont pas efficaces pour augmenter la consommation de fruits et légumes chez les enfants âgés de cinq ans et moins. Tous les résultats doivent être considérés avec prudence, étant donné que la plupart des essais inclus n'ont pas pu être combinés dans des méta-analyses. Compte tenu des preuves de très faible qualité, les recherches futures modifieront très probablement les estimations et les conclusions. Ces recherches devront adopter des méthodes plus rigoureuses pour permettre des avancées dans le domaine.

Cet article est une « revue systématique vivante » (living systematic review). Les revues systématiques vivantes représentent une nouvelle approche destinée à mettre à jour les revues, dans laquelle la revue est continuellement mise à jour, ce qui permet d'intégrer les nouvelles preuves pertinentes dès leur apparition. Veuillez consulter la base de données Cochrane des revues systématiques pour parcourir la dernière version de cette revue.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Une consommation insuffisante de fruits et légumes pendant l'enfance augmente le risque de développer des maladies chroniques, y compris des maladies cardiovasculaires.

Objectifs : 

Évaluer l'efficacité, le rapport coût-efficacité et les événements indésirables associés, des interventions destinées à augmenter la consommation de fruits et/ou de légumes, chez les enfants âgés de cinq ans et moins.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), la Bibliothèque Cochrane, MEDLINE et EMBASE afin d'identifier des essais éligibles, le 25 septembre 2017. Nous avons effectué des recherches dans Proquest Dissertations and Theses et deux registres d'essais cliniques en novembre 2017. Nous avons examiné les références bibliographiques des essais inclus et effectué des recherches manuelles dans trois journaux internationaux spécialisés en nutrition. Nous avons contacté les auteurs des études incluses afin d'identifier d'autres essais potentiellement pertinents.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés, y compris les essais contrôlés randomisés en clusters et les essais croisés, portant sur toutes les interventions qui ciblaient principalement la consommation de fruits et/ou de légumes chez les enfants âgés de cinq ans ou moins, et qui comprenaient une évaluation alimentaire ou biochimique de la consommation de fruits ou de légumes. Deux auteurs de la revue ont indépendamment examiné les titres et les résumés des articles identifiés ; un troisième auteur de la revue a résolu les désaccords.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment extrait les données et évalué les risques de biais des études incluses ; un troisième auteur de la revue a résolu les désaccords. En raison d'une hétérogénéité inexpliquée, nous avons utilisé des modèles à effets aléatoires dans les méta-analyses pour les principaux résultats de la revue lorsque nous avions identifié suffisamment d'essais. Nous avons calculé les différences moyennes standardisées (DMS) pour prendre en compte l'hétérogénéité des mesures de la consommation de fruits et légumes. Nous avons réalisé des évaluations des risques de biais et évalué la qualité des preuves (approche GRADE) en utilisant les procédures Cochrane.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus 55 essais avec 154 bras et 11 108 participants. Trente-trois essais examinaient l'impact des pratiques relatives à l'alimentation des enfants (par exemple l'exposition répétée aux aliments) sur l'augmentation de la consommation de légumes chez les enfants. Treize essais examinaient l'impact de l'éducation nutritionnelle des parents sur l'augmentation de la consommation de fruits et légumes chez les enfants. Huit études examinaient l'impact des interventions à composantes multiples (par exemple l'éducation nutritionnelle des parents et les changements de pratiques à l'école maternelle) sur l'augmentation de la consommation de fruits et légumes chez les enfants. Une étude examinait l'effet d'une intervention relative à la nutrition dispensée aux enfants sur l'augmentation de la consommation de fruits et légumes chez l'enfant.

Nous avons estimé que 14 des 55 essais inclus étaient exempts de risques élevés de biais dans tous les domaines ; les biais de performance, de détection et d'attrition étaient les domaines les plus fréquemment considérés comme présentant un risque élevé de biais pour les autres études.

La méta-analyse des essais examinant les pratiques portant sur l'alimentation des enfants par rapport à l'absence d'intervention a révélé un effet positif sur la consommation de légumes chez les enfants (DMS 0,38, IC à 95 % 0,15 à 0,61 ; n = 1509 ; 11 études ; preuves de très faible qualité), ce qui équivaut à une différence moyenne de 4,03 g de légumes. Il n'y avait aucune différence à court terme en ce qui concerne la consommation de fruits et de légumes dans les méta-analyses des essais examinant l'éducation nutritionnelle des parents par rapport à l'absence d'intervention (DMS 0,11, IC à 95 % -0,05 à 0,28 ; n = 3023 ; 10 études ; preuves de très faible qualité) ou les interventions à composantes multiples par rapport à l'absence d'intervention (DMS 0,28, IC à 95 % -0,06 à 0,63 ; n = 1861 ; 4 études ; preuves de très faible qualité).

Les données disponibles étaient insuffisantes pour évaluer l'efficacité à long terme, le rapport coût-efficacité et les effets indésirables des interventions. Les études déclaraient avoir reçu des financements gouvernementaux ou caritatifs, sauf trois études ayant déclaré des financements provenant de l'industrie.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Sophie Fleurdépine et révisée par Cochrane France

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.