Les vaccins dans la prévention des diarrhées à rotavirus : vaccins utilisés

L’infection à rotavirus est une cause fréquente de diarrhée chez les nourrissons et les jeunes enfants ; ses effets peuvent aller de troubles bénins à l’hospitalisation et au décès. Les infections à rotavirus provoquent environ un demi-million de décès par an chez les enfants de moins de cinq ans, principalement dans les pays à faibles et moyens revenus. Depuis 2009, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande d’inclure un vaccin contre le rotavirus dans tous les programmes nationaux de vaccination.

Cette revue évalue un vaccin antirotavirus monovalent (RV1 ; Rotarix, GlaxoSmithKline Biologicals) et un vaccin antirotavirus pentavalent (RV5 ; RotaTeq, Merck & Co., Inc.). Ces vaccins ont été évalués dans plusieurs essais de grande envergure et sont autorisés dans de nombreux pays. Nous n’avons trouvé aucun essai du vaccin au rotavirus d’agneau de Lanzhou (LLR ; Lanzhou Institute of Biomedical Products), qui est utilisé uniquement en Chine. La revue inclut 41 essais totalisant 186 263 participants ; tous les essais comparaient un vaccin contre le rotavirus à un placebo. Les vaccins testés étaient le RV1 (29 essais totalisant 101 671 participants) et le RV5 (12 essais totalisant 84 592 participants). Les essais se sont déroulés dans un certain nombre d’endroits à travers le monde.

Dans les deux premières années de vie, le RV1 a évité plus de 80 % des cas graves de diarrhée à rotavirus dans les pays à faible mortalité et au moins 40 % dans les pays à forte mortalité. Les cas graves de diarrhée toutes causes confondues (une infection virale, infection bactérienne, toxines ou allergies) diminuaient après la vaccination avec le RV1, de 35 à 40 % dans les pays à faible mortalité et 15 à 30 % dans les pays à forte mortalité.

Dans les deux premières années de vie, le RV5 a réduit les cas graves de diarrhée à rotavirus de plus de 80 % dans les pays à faible mortalité, et de 40 à 57% dans les pays à forte mortalité. Les cas graves de diarrhée toutes causes confondues ont été réduits de 73 % à 96% dans les pays à faible mortalité, et de 15 % dans les pays à haute mortalité après la vaccination avec le RV5. Les diarrhées sont plus fréquente dans les pays à forte mortalité, de sorte que même des effets relatifs modestes empêchent une recrudescence d’épisodes dans cette population. Lorsque les vaccins étaient testés par rapport à un placebo, ils ont donné un nombre similaire d’événements indésirables tels que des réactions au vaccin et d’autres effets imposant l’arrêt de la vaccination.

Conclusions des auteurs : 

Le RV1 et le RV5 préviennent les épisodes de diarrhée à rotavirus. L’efficacité du vaccin est plus faible dans les pays à forte mortalité mais, comme le fardeau de la maladie est plus lourd dans ces pays, le bénéfice absolu de la vaccination y est aussi plus grand. Aucun risque accru d’événements indésirables graves, notamment d’invagination intestinale, n’a été détecté, mais des études de surveillance post-introduction sont nécessaires afin de détecter les événements rares associés à la vaccination.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Le rotavirus provoque plus de décès liées à des diarrhées chez les enfants de moins de cinq ans que tout autre agent dans les pays à forte mortalité infantile. Il est également une cause fréquente d’hospitalisation pour diarrhées dans les pays à faible mortalité infantile. Les vaccins antirotavirus autorisé sur le marché comprennent actuellement un vaccin antirotavirus monovalent (RV1 ; Rotarix, GlaxoSmithKline Biologicals) et un vaccin antirotavirus pentavalent (RV5 ; RotaTeq, Merck & Co., Inc.). Le vaccin antirotavirus d’agneau de Lanzhou (LLR ; Lanzhou Institute of Biomedical Products) est utilisé uniquement en Chine.

Objectifs : 

Évaluer les vaccins antirotavirus autorisés sur le marché (RV1, le RV5 et LLR) pour la prévention des diarrhées à rotavirus.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans MEDLINE (via PubMed) (de 1966 à mai 2012), le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les maladies infectieuses (10 mai 2012), CENTRAL (publiée dans la Bibliothèque Cochrane 2012, numéro 5), EMBASE (de 1974 à 10 mai 2012), LILACS (de 1982 au 10 mai 2012) et BIOSIS (1926 à 10 mai 2012). Nous avons également effectué des recherches dans le ICTRP (10 mai 2012), www.ClinicalTrials.gov (28 mai 2012), et examiné les références bibliographiques des études identifiées.

Critères de sélection : 

Nous avons sélectionné les essais contrôlés randomisés (ECR) chez les enfants comparant des vaccins antirotavirus autorisés sur le marché à un placebo, à l’absence d’intervention ou à un autre vaccin.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont évalué indépendamment l’éligibilité des essais, extrait les données et évalué le risque de biais. Nous avons combiné les données dichotomiques en utilisant le risque relatif (RR) et les intervalles de confiance (IC) à 95 %. Nous avons stratifié l’analyse par la mortalité infantile, et avons utilisé le système GRADE pour évaluer la qualité des preuves.

Résultats principaux : 

Quarante essais remplissaient les critères d’inclusion et portaient sur un total de 186 263 participants. Vingt-neuf essais (101 671 participants) évaluaient le RV1 et 12 essais (84 592 participants) évaluaient le RV5. Nous avons n’ont trouve aucun essai évaluant le LLR.

RV1

Enfants de moins d’un an :Dans les pays à faible taux de mortalité, le RV1 prévient 86 % des cas graves de diarrhée à rotavirus (RR 0,14, IC à 95 % de 0,07 à 0,26 ; 40 631 participants, six essais ; preuves de qualité élevée) ; d’après un grand essai multicentrique réalisé en Amérique Latine et en Finlande, il prévient probablement 40 % de graves épisodes de diarrhée toutes causes confondues (rapport des taux de 0,60, IC à 95 % de 0,50 à 0,72 ; 17 867 participants, un essai ; preuves de qualité moyenne). Dans les pays à fort taux de mortalité, le RV1 prévient probablement 63 % des cas graves de diarrhée à rotavirus (RR 0,37, IC à 95 % de 0,18 à 0,75 ; 5414 participants, deux essais ; preuves de qualité moyenne) et, d’après un essai réalisé au Malawi et en Afrique du Sud, 34 % des cas graves de diarrhée toutes causes confondues (RR 0,66, IC à 95 % de 0,44 à 0,98 ; 4939 participants, un essai ; preuves de qualité moyenne).

Enfants jusqu’à deux ans :Dans les pays à faible taux de mortalité, le RV1 prévient 85 % des cas graves de diarrhée à rotavirus (RR 0,15, IC à 95 % de 0,12 à 0,20 ; 32 854 participants, huit essais ; preuves de qualité élevée) et probablement 37 % des épisodes de diarrhée grave toutes causes confondues (rapport des taux de 0,63, IC à 95 % de 0,56 à 0,71 ; 39 091 participants, deux essais ; preuves de qualité moyenne). Dans les pays à fort taux de mortalité, d’après un essai mené au Malawi et en Afrique du Sud, le RV1 prévient probablement 42 % des cas graves de diarrhée à rotavirus (RR 0,58, IC à 95 % de 0,42 à 0,79 ; 2764 participants, un essai ; preuves de qualité moyenne) et 18 % des cas graves de diarrhée toutes causes confondues (RR 0,82, IC à 95 % de 0,71 à 0,95 ; 2764 participants, un essai ; preuves de qualité moyenne).

RV5

Enfants de moins d’un an : Dans les pays à faible taux de mortalité, le RV5 prévient probablement 87 % des cas graves de diarrhée à rotavirus (RR 0,13, IC à 95 % de 0,04 à 0,45 ; 2344 participants, trois essais ; preuves de qualité moyenne) et, d’après un essai réalisé en Finlande, pourrait prévenir 72 % des cas graves de diarrhée toutes causes confondues (RR 0,28, IC à 95 % de 0,16 à 0,48 ; 1 029 participants, un essai ; preuves de faible qualité). Dans les pays à fort taux de mortalité, il prévient 57 % des cas graves de diarrhée à rotavirus (RR 0,43, IC à 95 % de 0,29 à 0,62 ; 5916 participants, deux essais ; preuves de qualité élevée), mais il n’y a pas suffisamment de données pour évaluer l’effet sur les diarrhées sévères toutes causes confondues.

Enfants jusqu’à deux ans :Quatre études ont fourni des données sur les diarrhées sévères associées au rotavirus et toutes causes confondues dans les pays à faible taux de mortalité. Trois essais ont rendu compte de cas graves de diarrhée à rotavirus et observé que le RV5 prévenait probablement 82 % des cas (RR 0,18, IC à 95 % de 0,07 à 0,50 ; 3190 participants, trois essais ; preuves de qualité moyenne), et un autre essai mené en Finlande et rendant compte des cas de diarrhée sévère toutes causes confondues montre que le RV5 pourrait prévenir 96 % des cas (RR 0,04, IC à 95 % de 0,00 à 0,70 ; 1 029 participants, un essai ; preuves de faible qualité). Dans les pays à forte mortalité, le RV5 prévient 41 % des cas graves de diarrhée à rotavirus (RR 0,59, IC à 95 % de 0,43 à 0,82 ; 5885 participants, deux essais ; preuves de qualité élevée) et 15 % des diarrhées graves toutes causes confondues (RR 0,85, IC à 95 % de 0,75 à 0,98 ; 5977 participants, deux essais ; preuves de qualité élevée).

Il n’y avait aucune preuve d’un effet du vaccin sur la mortalité (181 009 participants, 34 essais ; preuves de faible qualité), mais les essais n’avaient pas une puissance suffisante pour détecter un effet sur ce critère de jugement.

Des événements indésirables graves ont été rapportés chez 4565 enfants vaccinés avec le RV1sur 99 438 et chez 1884 enfants vaccinés avec le RV5 sur 78 226. Cinquante-huit cas d’invagination intestinale ont été rapportés sur 97 246 après la vaccination par le RV1, et 34 cas sur 81 459 enfants vaccinés avec le RV5. Aucune différence significative n’a été observée entre les enfants recevant le RV1 ou le RV5 et un placebo en termes de nombre d’événements indésirables graves, et en particulier d’invagination intestinale.

Notes de traduction : 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.