Tests d'admission autres qu'une cardiotocographie pour l'évaluation fœtale pendant le travail

Sur 120 millions de nourrissons, environ quatre millions souffrent d'asphyxie du nouveau-né. Presque un million d'entre eux ne parviennent pas à être réanimés. Des variations de la fréquence cardiaque fœtale annoncent des lésions cérébrales et peuvent être surveillées. La réalisation de certains tests sur des femmes hospitalisées en phase de travail peut permettre d'identifier la détresse fœtale et d'intervenir de façon opportune et efficace, comme un accouchement par césarienne, afin de prévenir tout mauvais résultat pour le nouveau-né. Un test d'admission de la fréquence cardiaque fœtale peut consister à surveiller la fréquence cardiaque fœtale pendant une durée de 20 minutes à l'aide d'un transducteur utilisé dans les échographies Doppler qui est placé sur l'abdomen de la mère (cardiotocographie), les contractions utérines, les mouvements fœtaux induits par les sons, la respiration fœtale et l'estimation du volume de liquide amniotique observé via une échographie réalisée en temps réel.

La présente revue a identifié une étude contrôlée randomisée impliquant 883 femmes, dont la grossesse était comprise entre 26 et 42 semaines, en phase de travail précoce et admises dans un hôpital tertiaire aux États-Unis (entre juillet 1992 et janvier 1993). La mesure du volume de liquide amniotique à l'admission de ces femmes n'a pas amélioré les résultats du nouveau-né, mais a augmenté/doublé le taux de césarienne dans les cas de détresse fœtale. L'administration d'ocytocine artificielle pour accélérer le travail était aussi en hausse dans le groupe de femmes soumises au test par rapport à celles qui ne l'étaient pas. En raison du nombre limité de preuves (une étude avec une taille d'échantillon réduite), nous ne pouvons émettre aucune conclusion ou recommandation utile. Des études supplémentaires sont nécessaires.

Conclusions des auteurs : 

Il n'y a pas suffisamment de preuves pour recommander le recours à des tests d'admission autres que la cardiotocographie pour l'évaluation fœtale pendant le travail. Des essais contrôlés randomisés appropriés, avec une taille d'échantillon adéquate, sont requis afin de réaliser des tests d'admission autres que la cardiotocographie pour l'évaluation fœtale pendant le travail.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Les preuves concernant les effets bénéfiques des tests d'admission autres que la cardiotocographie pour la prévention de résultats périnataux indésirables n'ont pas été déterminées.

Objectifs : 

Évaluer l'efficacité des tests d'admission autres que la cardiotocographie pour la prévention de résultats périnataux indésirables.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (31 mars 2011).

Critères de sélection : 

Des essais contrôlés randomisés (individuels et en cluster) comparant des tests d'admission en phase de travail autres que la CTG pour la prévention de résultats périnataux indésirables.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué l'éligibilité, la qualité des études et extrait des données.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus une étude impliquant 883 femmes.

Comparaison de l'évaluation sonographique de l'indice de liquide amniotique (ILA) à l'admission par rapport à l'absence d'évaluation sonographique de l'ILA à l'admission. L'incidence de la césarienne pour les cas de détresse fœtale dans le groupe d'intervention (29 sur 447) était significativement supérieure à celle des groupes témoins (14 sur 436) (risque relatif (RR) 2,02 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 1,08 à 3,77).

L'incidence du score Apgar inférieure à sept à cinq minutes dans le groupe d'intervention (10 sur 447) n'était pas significativement différente de celle des groupes témoins (7 sur 436) (RR 1,39, IC à 95 % 0,54 à 3,63).

L'incidence de l'ocytocine artificielle pour accélérer le travail dans le groupe d'intervention (213 sur 447) était significativement supérieure à celles de groupes témoins (132 sur 436) (RR 1,57 ; IC à 95 % 1,32 à 1,87).

L'incidence de l'admission en unité néonatale de soins intensifs (UNSI) dans le groupe d'intervention (35 sur 447) n'était pas significativement différente de celle des groupes témoins (33 sur 436) (RR 1,03 ; IC à 95 % 0,66 à 1,63).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.