Cordyceps sinensis (une herbe médicinale chinoise) pour le traitement de la maladie rénale chronique

Les personnes atteintes de maladie rénale chronique (MRC) connaissent une aggravation progressive de la fonction rénale. Le Cordyceps (Cordyceps sinensis), parfois appelé champignon chenille chinois, est largement utilisé dans la médecine chinoise traditionnelle pour traiter les personnes atteintes de MRC. Nous avons effectué cette revue pour étudier si le Cordyceps était un traitement sûr et efficace pour les personnes atteintes de MRC.

Nous avons recherché la littérature publiée jusqu'à avril 2014 et avons évalué les éléments probants issus de 22 études menées en Chine, portant sur un total de 1 746 personnes atteintes de MRC qui ont reçu le Cordyceps dans le cadre de leur traitement.

Nous avons trouvé quelques preuves indiquant que les préparations de Cordyceps administrées en plus de la médecine occidentale conventionnelle pouvaient être bénéfiques dans l'amélioration de la fonction rénale et le traitement de certaines complications. Cependant, la qualité des preuves était médiocre, et aucune conclusion définitive n'a pu être faite à propos de Cordyceps pour les personnes atteintes de MRC.

Conclusions des auteurs : 

Nous avons constaté que les préparations de Cordyceps, en traitement adjuvant à la médecine conventionnelle, se sont montrées potentiellement prometteuses pour réduire la créatinine sérique, augmenter la clairance de la créatine, réduire la protéinurie et atténuer les complications associées à l'IRC, comme l'augmentation de l'hémoglobine et de l'albumine sérique. Toutefois, des conclusions définitives n'ont pu être formulées en raison de la faible qualité des preuves.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Cordyceps sinensis (Cordyceps, Dong Chong Xia Cao), un médicament à base de plantes également appelé champignon chenille chinois, est l'un des ingrédients les plus couramment utilisés dans la médecine traditionnelle chinoise pour le traitement des personnes souffrant d'insuffisance rénale chronique (IRC).

Objectifs : 

Cette revue avait pour objectif d'évaluer les effets thérapeutiques et les effets indésirables potentiels de Cordyceps sinensisdans le traitement des personnes atteintes d'IRC.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur le rein jusqu'au 14 avril 2014 par contact avec le coordinateur des recherches d'études en utilisant des termes de recherche pertinents pour cette revue. Nous avons également consulté CINAHL, AMED, Current Controlled Trials, OpenSIGLE, ainsi que des bases de données chinoises, y compris CBM, CMCC, TCMLARS, Chinese Dissertation Database, CMAC et Index to Chinese Periodical Literature.

Critères de sélection : 

Les essais randomisés et quasi randomisés comparant le Cordyceps ou ses produits avec un placebo, l'absence de traitement ou un traitement conventionnel ont été considérés pour inclusion dans la revue.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont de manière indépendante évalué la qualité des données et ont extrait les données. Des analyses statistiques ont été effectuées en utilisant le modèle à effets aléatoires et les résultats ont été exprimés sous la forme de risques relatifs (RR) pour les résultats dichotomiques ou de différence moyenne (DM) pour les données continues avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus 22 études portant sur 1 746 participants. Chez les personnes atteintes d'IRC qui ne recevaient pas de dialyse, les préparations de Cordyceps ont réduit de façon significative la créatinine sérique (14 études, 987 participants) : DM -60,76 μmol/l, IC à 95 % de -85,82 à -35,71) ; augmenté la clairance de la créatinine (6 études, 362 participants) : DM 9,22 ml/min, IC à 95 % de 3,10 à 15,34) et réduit la protéinurie à 24 heures (4 études, 211 participants : DM -0,15 g/24h, IC à 95 % de -0,24 à -0,05). Toutefois, en raison de compte-rendus médiocres et d'approches méthodologiques erronées, le risque de biais a été évalué comme étant élevé dans quatre études et imprécis dans 18 études, et donc, ces résultats doivent être interprétés avec prudence.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.