Le traitement de l'hypertension chez les adultes âgés de 18 à 59 ans

Question de la revue

Nous avons voulu étudier les bénéfices et les effets délétères de l'utilisation des médicaments abaissant la pression artérielle (médicaments antihypertenseurs) chez les adultes âgés de 18 à 59 ans présentant une pression artérielle élevée (hypertension).

Nous avons effectué des recherches dans la littérature médicale disponible afin d'identifier tous les essais ayant évalué cette question. Les données incluses dans cette revue étaient à jour en janvier 2017.

Contexte

L'hypertension augmente le risque d'accident vasculaire cérébral (AVC), de crise cardiaque et d'insuffisance cardiaque ; le principal objectif du traitement par des médicaments antihypertenseurs est donc de réduire ce risque. Il existe des preuves substantielles principalement obtenues chez des personnes âgées de plus de 60 ans qu'un traitement antihypertenseur réduit ces risques.

Caractéristiques de l'étude

Nous avons trouvé sept études qui randomisaient 17 327 personnes âgées de 18 à 59 ans souffrant d'hypertension pour recevoir des médicaments antihypertenseurs ou un placebo (traitement factice) / aucun traitement. La durée moyenne des traitements était de cinq ans. Les familles de médicaments étudiés chez la plupart des personnes incluaient des médicaments appelés diurétiques thiazidiques ou bêta-bloquants.

Résultats principaux

Le traitement pourrait n'avoir que peu ou pas d'effet sur la mortalité toutes causes confondues par rapport à un placebo ou à l'absence de traitement (2,4 % avec un placebo / aucun traitement contre 2,3 % avec le traitement ; preuves de faible qualité) et il pourrait réduire le nombre de personnes souffrant d'une maladie cardiaque ou le nombre de décès dus à une maladie cardiaque de 4,1 % à 3,2 % (preuves de faible qualité). Il pourrait quelque peu réduire le nombre d'AVC de 1,3 % à 0,6 % (preuves de faible qualité). Nous ne sommes pas certains des effets du traitement sur le nombre de personnes ayant eu des artères obstruées (preuves de faible qualité). Les arrêts prématurés en raison d'effets secondaires augmentaient de 0,7 % à 3,0 %, bien que la qualité des preuves pour ce résultat était très faible. Les effets du traitement sur la pression artérielle variaient entre les études et l'ampleur de la différence faite par le traitement en moyenne reste incertaine.

Conclusions

Pour les adultes âgés de 18 à 59 ans présentant une élévation de la pression artérielle, les médicaments antihypertenseurs ont un petit effet bénéfique réduisant le risque d'AVC. En revanche, la mortalité toutes causes et la mortalité par crise cardiaque n'étaient pas réduites et les arrêts prématurés en raison d'effets secondaires étaient plus nombreux.

Qualité des preuves

Dans l'ensemble, la qualité des preuves était considérée comme faible ou très faible.

Conclusions des auteurs : 

Les médicaments antihypertenseurs utilisés pour traiter des adultes globalement en bonne santé âgés de 18 à 59 ans souffrant d'hypertension primaire légère à modérée ont un effet absolu de petite amplitude réduisant la mortalité et la morbidité cardiovasculaires, principalement en réduisant la morbidité et la mortalité cérébrovasculaires. La mortalité toutes causes confondues et le nombre de maladies coronariennes n'étaient pas réduits. Il n'existe pas suffisamment de preuves solides sur les arrêts prématurés en raison d'événements indésirables. Les futurs essais dans ce groupe d'âge devraient durer au moins 10 ans et devraient comparer différentes classes de médicaments de première ligne et différentes stratégies.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'hypertension est un facteur de risque important pour les événements cardiovasculaires indésirables, y compris l'AVC, l'infarctus du myocarde, l'insuffisance cardiaque et l'insuffisance rénale. Le principal objectif du traitement est de réduire ces événements. Des revues systématiques ont démontré des bénéfices d'un traitement antihypertenseur pour réduire la morbidité et la mortalité cardiovasculaires, mais la plupart des preuves ont été obtenues chez des personnes âgées de 60 ans et plus. Nous voulions déterminer quels sont les effets du traitement chez les personnes âgées de 18 à 59 ans.

Objectifs : 

Quantifier les effets des médicaments antihypertenseurs sur la mortalité toutes causes confondues chez les adultes âgés de 18 à 59 ans souffrant d'hypertension primaire légère à modérée. Quantifier les effets sur la mortalité et la morbidité cardiovasculaires (y compris la mortalité et la morbidité liées aux maladies cérébrovasculaires et coronariennes), les arrêts prématurés en raison d'événements indésirables et estimer l'ampleur de la baisse à un an de la pression artérielle systolique (PAS) et de la pression artérielle diastolique (PAD).

Stratégie de recherche documentaire : 

Le spécialiste de l'information Cochrane en matière d'hypertension a effectué des recherches dans les bases de données suivantes pour trouver des essais contrôlés randomisés jusqu'en janvier 2017 : le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'hypertension artérielle, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE (à partir de 1946), Embase (à partir de 1974), le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'Organisation mondiale de la Santé, et ClinicalTrials.gov. Nous avons contacté les auteurs des articles pertinents pour savoir s'il existait des travaux supplémentaires publiés et non publiés.

Critères de sélection : 

Des essais randomisés d'une durée d'au moins un an comparant la pharmacothérapie antihypertensive à un placebo ou à l'absence de traitement chez des adultes âgés de 18 à 59 ans présentant une hypertension primaire légère à modérée définie comme une PAS de 140 mmHg ou plus ou une PAD de 90 mmHg ou plus au moment de l'inclusion, ou les deux.

Recueil et analyse des données : 

Les critères de jugement évalués étaient la mortalité toutes causes confondues, la mortalité et la morbidité cardiovasculaires totales, les arrêts prématurés en raison d'événements indésirables et la diminution de la PAS et de la PAD. Pour les résultats dichotomiques, nous avons utilisé le risque relatif (RR) avec intervalle de confiance (IC) à 95 % et un modèle à effets fixes pour combiner les résultats entre les essais. Pour les résultats continus, nous avons utilisé la différence moyenne (DM) avec un IC à 95 % et un modèle à effets aléatoires, car l'hétérogénéité était significative.

Résultats principaux : 

La population dans les sept études incluses (17 327 participants) se composait d'adultes globalement en bonne santé présentant une hypertension primaire légère à modérée. L'essai du Medical Research Council concernant l'hypertension légère comptait 14 541 (84 %) participants randomisés, d'un âge moyen de 50 ans, présentant une pression artérielle moyenne à l'inclusion de 160/98 mmHg et qui ont été suivis en moyenne pendant cinq ans. Les traitements utilisés dans cette étude étaient 10 mg de bendrofluméthiazide par jour ou 80 mg à 240 mg de propranolol par jour avec de la méthyldopa si nécessaire. Dans les études, le risque de biais était élevé ou incertain pour un certain nombre de domaines ce qui nous a amené à abaisser la qualité des preuves pour tous les critères de jugement.

Sur la base de cinq études, par rapport à un placebo ou à l'absence de traitement, un traitement médicamenteux antihypertenseur pourrait n'avoir que peu ou pas d'effet sur la mortalité toutes causes confondues (2,4 % dans le groupe témoin contre 2,3 % dans le groupe traité ; preuves de faible qualité ; RR 0,94, IC à 95 % 0,77 à 1,13). Sur la base de 4 études, les effets sur la maladie coronarienne étaient incertains en raison des preuves de faible qualité (RR 0,99, IC à 95 % 0,82 à 1,19). Des preuves de faible qualité provenant de six études montrent qu'un traitement médicamenteux pourrait réduire la mortalité et la morbidité cardiovasculaires totales de 4,1 % à 3,2 % sur une période de cinq ans (RR 0,78, IC à 95 % 0,67 à 0,91) en raison d'une réduction de la mortalité et de la morbidité cérébrovasculaires (1,3 % dans le groupe témoin contre 0,6 % dans le groupe traité ; RR 0,46, IC à 95 % 0,34 à 0,64). Des preuves de très faible qualité issues de trois études montrent que les arrêts prématurés en raison d'événements indésirables étaient plus élevés avec un traitement médicamenteux de 0,7 % à 3,0 % (RR 4,82, IC à 95 % 1,67 à 13,92). Les effets sur la pression artérielle variaient entre les études et l'ampleur de la différence faite par le traitement en moyenne reste incertaine.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Sophie Fleurdépine et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.