Traitements topiques pour le lichen scléreux génital

Le lichen scléreux est une maladie de peau chronique qui touche principalement des femmes adultes, mais aussi des hommes et des enfants. Il survient principalement dans la région génitale et autour de l'anus. Les femmes et les filles touchées signalent fréquemment des démangeaisons, des douleurs et des brûlures dans la zone concernée. La cicatrisation après une inflammation peut causer la fusion des lèvres vaginales, le rétrécissement de l'orifice vaginal, et l'enfouissement du clitoris. Les rapports sexuels sont souvent douloureux, moins agréables, voire impossible, en raison de la douleur. Le lichen scléreux chez les hommes et les garçons peut causer le resserrement du prépuce, conduisant à des difficultés à uriner ou à des érections douloureuses. Une douleur à l’émission des selles peut également être ressentie, provoquant la constipation, surtout chez les enfants. Le traitement de cette maladie est bénéfique car les symptômes peuvent être soulagés et des dommages supplémentaires à la région génitale et autour de l'anus peuvent être évités. Différents traitements topiques pour lichens scléreux ont été élaborés. Cette revue visait à identifier quels traitements topiques sont efficaces et sûrs.

Nous avons inclus dans cette revue 7 essais impliquant au total 249 participants et couvrant 6 traitements. Le propionate de clobétasol et le furoate de mométasone topiques étaient efficaces dans le traitement du lichen scléreux génital. Il n'y avait aucune différence importante dans l'efficacité de soulagement des symptômes (démangeaisons et douleurs par exemple) entre la crème de pimécrolimus et le propionate de clobétasol, mais le premier était moins efficace dans l'amélioration de l'aspect macroscopique.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour un certain nombre de raisons : pour décider de la puissance des stéroïdes qui devraient être utilisés, ainsi que la fréquence et la durée d'application sur la peau qui donnent les meilleurs résultats ; pour examiner d'autres traitements de la peau ; pour évaluer les bénéfices à long terme des traitements topiques pour ce qui concerne le soulagement des symptômes et la réduction du risque de développer des cancers génitaux ; et pour examiner les bénéfices des traitements sur la qualité de la vie sexuelle des personnes atteintes de cette affection.

Conclusions des auteurs : 

Les preuves limitées actuelles démontrent l'efficacité du propionate de clobétasol, du furoate de mométasone et du pimécrolimus dans le traitement du lichen scléreux génital. Des ECR complémentaires sont nécessaires afin de déterminer l'efficacité et le schéma d'administration optimaux des corticostéroïdes topiques, d'examiner d'autres interventions topiques, d'estimer la durée de la rémission ou de la prévention des inflammations, d'évaluer la réduction du risque de carcinome épidermoïde génital ou de néoplasie intraépithéliale génitale et d'examiner l'efficacité dans l'amélioration de la qualité de la vie sexuelle des personnes atteintes de cette affection.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Le lichen scléreux est une affection cutanée chronique inflammatoire qui survient le plus souvent chez des femmes adultes mais qui peut aussi être observée chez des hommes et des enfants. Il affecte principalement la région génitale et le pourtour de l'anus, où il provoque des démangeaisons et des douleurs persistantes. La cicatrisation après une inflammation peut conduire à de graves dommages si un traitement n'est pas entamé rapidement : fusion des lèvres vulvaires (grandes lèvres), rétrécissement de l'orifice vaginal et enfouissement du clitoris chez les femmes et les filles, ou resserrement du prépuce chez les hommes et les garçons. Les personnes touchées ont un risque accru de cancer génital.

Objectifs : 

Évaluer les effets des interventions topiques pour le lichen scléreux génital et les effets indésirables signalés dans les essais inclus.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons cherché dans les bases de données suivantes jusqu'au 16 septembre 2011 : le registre des essais du groupe Cochrane de dermatologie, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) dans The Cochrane Library, MEDLINE (à partir de 2005), EMBASE (à partir de 2007), LILACS (à partir de 1982), CINAHL (à partir de 1981), British Nursing Index and Archive (à partir de 1985), Science Citation Index Expanded (à partir de 1945), BIOSIS Previews (à partir de 1926), Conference Papers Index (à partir de 1982) et Conference Proceedings Citation Index - Science (à partir de 1990). Nous avons également cherché dans des registres d'essais en cours et scruté les bibliographies des études incluses, des revues publiées et de papiers ayant cité des études incluses.

Critères de sélection : 

Des essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur des interventions topiques dans le lichen scléreux génital.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont sélectionné les essais, extrait les données et évalué les risques de biais de manière indépendante. Un troisième auteur était disponible pour résoudre les divergences d'opinion

Résultats principaux : 

Nous avons inclus 7 ECR impliquant au total 249 participants et couvrant 6 traitements. Six de ces ECR avaient testé l'efficacité d'une intervention active par rapport à un placebo ou à une autre intervention active, tandis que l'autre essai avait testé trois interventions actives par rapport à un placebo.

Comparé à un placebo dans un essai, le propionate de clobétasol 0,05 % était efficace dans le traitement du lichen scléreux génital au niveau des critères suivants : 'amélioration ou rémission des symptômes évaluée par le participant' (risque relatif (RR) 2,85 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 1,45 à 5,61) et 'degré global d'amélioration évalué par le chercheur' (différence moyenne standardisée (DMS) 5,74 ; IC à 95 % 4,26 à 7,23).

Lorsque le furoate de mométasone 0,05 % était comparé à un placebo dans un autre essai, il y avait une amélioration significative du 'changement de degré clinique de phimosis évalué par le chercheur' (DMS -1,04 ; IC à 95 % -1,77 à -0,31).

Aucun des deux essais n'avait trouvé de différence significative dans les effets signalés de réaction indésirable aux médicaments, entre les groupes sous placebo et sous corticoïde.

Les données de quatre essais n'ont permis de constater aucun avantage significatif pour la testostérone, la dihydrotestostérone et la progestérone topiques. Dans un autre essai, lorsqu'elle était utilisée comme traitement d'entretien après un traitement initial par propionate de clobétasol topique, la testostérone topique aggravait les symptômes (P < 0.05), contrairement au placebo.

Un essai n'avait trouvé aucune différence entre le pimécrolimus et le propionate de clobétasol dans le soulagement des symptômes par un changement au niveau du prurit (démangeaisons) (DMS -0,33 ; IC à 95 % -0,99 à 0,33) et des brûlures/douleurs (DMS 0,03 ; IC à 95 % -0,62 à 0,69). Toutefois, le pimécrolimus était moins efficace que le propionate de clobétasol quant au 'degré global d'amélioration évalué par le chercheur' (DMS -1,64 ; IC à 95 % -2,40 à -0,87). Cet essai n'avait trouvé aucune différence significative au niveau des effets indésirables signalés entre les groupes pimécrolimus et placebo.

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.