Mesure par tomographie par cohérence optique de l'épaisseur centrale de la rétine pour diagnostiquer l'œdème maculaire diabétique

Contexte
L'œdème maculaire diabétique (OMD) est l'épaississement de la partie centrale de la rétine, la macula, pouvant toucher les personnes présentant une rétinopathie diabétique (RD). La rétinopathie diabétique est une complication du diabète dans laquelle la rétine (la couche de tissu à l'arrière de l'œil) est progressivement endommagée. L'œdème maculaire diabétique est détecté par un examen visuel effectué par un ophtalmologue. La forme la plus sévère d'OMD - l'œdème maculaire cliniquement significatif (OMCS) - est associée à la perte de la vision à long terme. Cette affection est traitable. La photocoagulation au laser (l'utilisation d'un laser pour brûler les vaisseaux sanguins) est utilisée depuis de nombreuses années pour réduire le risque de perte visuelle. Plus récemment, le traitement antiangiogénique (qui empêche la fuite de liquide des vaisseaux rétiniens) a été approuvé pour essayer d'améliorer la vision.

Objectif de la revue
La tomographie par cohérence optique (TCO) exploite la façon dont la lumière est réfléchie. Elle peut être utilisée pour mesurer l'épaisseur de la rétine. Au départ, nous voulions évaluer l'exactitude de la TCO dans le diagnostic de l'œdème maculaire diabétique (OMD), et enquêter sur les différences de performances diagnostiques. Cependant, le rôle de la TCO s'élargit ; dans la mise à jour de cette revue, nous avons donc également cherché à déterminer si la TCO pourrait être considérée comme le nouveau standard pour le diagnostic d'OMD.

Date de recherche
Cette revue a été mise à jour en juin 2013.

Caractéristiques des études
Notre revue comprend 10 études (830 participants, 1 387 yeux) publiées entre 1998 et 2012. Neuf de ces études examinaient la capacité de la TCO à diagnostiquer l'OMCS.

Sources de financement de l'étude
Il n'y avait pas de déclaration manifeste des conflits d'intérêts potentiels pour ce qui est de l'implication du fabricant de l'appareil de TCO dans le financement de la recherche.

Principaux résultats
Nous avons estimé que la mesure de l'épaisseur de la rétine par TCO n'était pas suffisamment précise pour détecter l'OMCS, qui implique le centre de la macula, en utilisant l'examen clinique du fond d'œil comme la norme de référence. Sur 10 patients atteints de rétinopathie diabétique dont 5 ont une OMCS, un patient sur cinq sans OMCS serait diagnostiqué à tort comme ayant une OMCS, et environ un patient sur cinq atteint d'OMCS ne serait pas repéré.

Cependant, certains chercheurs ont trouvé que les différences entre la TCO et l'examen clinique existaient parce que la TCO peut détecter tôt l'épaississement subclinique de la rétine chez les personnes ne présentant pas d'OMCS et de rétinopathie plus avancée. Ils ont suggéré que ces cas d'œdème maculaire subclinique soient suivis de plus près, en raison du risque accru d'une évolution en OMCS. En outre, la TCO est un outil essentiel dans la gestion de la thérapie antiangiogénique chez les patients atteints d'OMD et beaucoup la considèrent comme une nouvelle norme de référence pour le diagnostic.

Qualité des preuves
La qualité des études était souvent imprécise en raison de compte-rendu incomplet ou de risque de biais. Cela concernait en particulier la façon dont les patients avaient été sélectionnés dans l'étude, qui les avait adressés et comment, et l'exclusion de ceux pour qui des images de mauvaise qualité ont été obtenues. En outre, de nombreuses études incluaient les deux yeux des patients, ce qui pose un problème pour l'analyse des données.

Conclusions des auteurs : 

Si l'on utilise des seuils de l'épaisseur rétinienne inférieurs à 300 µm et l'évaluation ophtalmologique du fond d’œil comme étalon de référence, l'épaisseur centrale de la rétine mesuré avec la TCO n'était pas suffisamment précis pour diagnostiquer le type central de l'OMCS chez les patients atteints d'une rétinopathie diabétique adressés à des cliniques spécialistes de la rétine. Cependant, au moins les faux positifs sur TCO sont généralement des cas d'OMD sublinique, qui ne peuvent pas être détectés cliniquement mais présentent néanmoins un risque accru de progression de la maladie. Par conséquent, la disponibilité croissante de dispositifs de TCO, ainsi que leur précision et leur capacité d'informer sur la structure de la couche rétinienne, font que la TCO est aujourd'hui largement reconnue comme la nouvelle norme de référence pour l'évaluation de l'OMD, même dans certains contextes de dépistage. Ainsi, cette revue ne sera plus mise à jour.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'œdème maculaire diabétique (OMD) est l'épaississement de la partie centrale de la rétine, ou macula, et est associée à la perte de la vision à long terme chez les personnes présentant une rétinopathie diabétique (RD). L'œdème maculaire cliniquement significatif (OMCS) est la forme la plus sévère d'OMD. Il y a presque 30 ans, l'étude Early Treatment Diabetic Retinopathy Study (ETDRS) a trouvé que l'OMCS, diagnostiqué au moyen de la photographie stéréoscopique du fond d'œil, entraîne une perte modérée de la vision chez une personne sur quatre en l'espace de trois ans. Elle a aussi démontré que la photocoagulation en grille ou focale au laser de la macula divise ce risque par deux. Dernièrement, l'injection intravitréenne de médicaments antiangiogéniques a également été utilisée pour tenter d'améliorer la vision chez les personnes présentant un œdème maculaire dû à une RD.

La tomographie par cohérence optique (TCO) repose sur la réflexion optique et permet de visualiser l'épaisseur et la structure de la rétine en produisant des images tridimensionnelles en coupe de la partie centrale de la rétine. Son utilisation est largement répandue parce qu'elle permet une évaluation objective et quantitative de l'œdème maculaire contrairement à la subjectivité de l'examen biomicroscopique du fond d'œil, qui est pratiqué systématiquement par les ophtalmologues à la place de la photographie. La tomographie par cohérence optique est aussi utilisée pour le suivi quantitatif des effets du traitement de l'OMCS.

Objectifs : 

Déterminer la précision diagnostique de la TCO pour détecter l'OMD et l'OMCS, définis selon l'échelle ETDRS de 1985, chez des patients adressés aux ophtalmologistes après la détection d'une RD. Dans la mise à jour de cette revue, nous avons également cherché à déterminer si la TCO pourrait être considérée comme la nouvelle norme de référence pour la détection de l'OMD.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans la base des revues systématiques Cochrane (CDSR), la base des résumés des revues systématiques hors Cochrane (DARE), la base d'évaluation des technologies de la santé (HTA) et la base d'évaluation économique du NHS (NHS EED) (Bibliothèque Cochrane 2013, Numéro 5), Ovid MEDLINE, Ovid MEDLINE In-Process and Other Non-Indexed Citations, Ovid MEDLINE Daily, Ovid OLDMEDLINE (de janvier 1946 à juin 2013), EMBASE (de janvier 1950 à juin 2013), Web of Science Conference Proceedings Citation Index - Science (CPCI-S) (de janvier 1990 à juin 2013), BIOSIS Previews (de janvier 1969 à juin 2013), MEDION et la base de données de l'Aggressive Research Intelligence Facility (ARIF). Nous n'avons appliqué aucune restriction concernant la langue ou la date lors des recherches électroniques d'essais. Notre dernière recherche dans les bases de données électroniques date du 25 juin 2013. Nous avons également consulté les listes bibliographiques des études pertinentes afin d'obtenir des références supplémentaires.

Critères de sélection : 

Nous avons sélectionné les études ayant évalué la précision du diagnostic d'un modèle quelconque de TCO pour détecter l'OMD ou l'OMCS chez des patients présentant une RD adressés à des cliniques ophtalmiques. L'œdème maculaire diabétique (OMD) et l'œdème maculaire cliniquement significatif (OMCS) ont été diagnostiqués par examen biomicroscopique du fond d'œil par des ophtalmologues ou par stéréophotographie par des ophtalmologues ou tout autre personnel formé.

Recueil et analyse des données : 

Trois auteurs ont extrait les données relatives aux caractéristiques des études et aux mesures de la précision de manière indépendante. Nous avons évalué les données au moyen de modèles de méta-analyse à effets aléatoires ajustés en utilisant des courbes SROC hiérarchiques.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus 10 études (830 participants, 1 387 yeux) publiées entre 1998 et 2012. La prévalence des OMCS était de 19 % à 65 % (valeur médiane 50 %) dans neuf études dans lesquelles l'OMCS était la maladie ciblée. La qualité des études était souvent imprécise ou à risque élevé de biais pour les éléments QUADAS 2, en particulier concernant la sélection de la population d'étude et l'exclusion des participants avec des images de mauvaise qualité. L'applicabilité n'était claire dans aucune des études car celles-ci ne rendaient pas compte des professionnels ayant adressé les patients ni des résultats des tests antérieurs. Un problème spécifique concernait l'unité d'analyse, parce que les deux yeux de la majorité des participants avaient été inclus dans les analyses comme s'ils étaient indépendants.

Dans neuf études fournissant des données sur l'OMCS (759 participants, 1 303 yeux), la sensibilité globale était de 0,78 (intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,72 à 0,83) et la spécificité était de 0,86 (IC à 95 % de 0,76 à 0,93). La limite médiane de l'épaisseur centrale de la rétine que nous avons sélectionnée pour l'extraction des données était de 250 µm (fourchette de 230 µm à 300 µm). L'OMCS central était la maladie ciblée dans toutes les études sauf deux et nos résultats ne peuvent donc pas s'appliquer à l'OMCS non central.

Les données issues de trois études rendant compte de la précision de la détection de l'OMD (180 participants, 343 yeux) n'ont pas été combinées. Les sensibilités et les spécificités étaient d'environ 0,80 dans deux études et étaient toutes deux de 1,00 dans la troisième étude.

Depuis la conception de cette revue, le rôle de la TCO a changé et celle-ci est devenue un élément central dans la prise de décision à tous les niveaux de soins ophtalmologiques dans ce domaine. En outre, les désaccords entre la TCO et l'examen du fond d'œil sont informatifs, tout particulièrement les faux positifs, désignés comme des formes subcliniques d'OMD, qui sont à risque plus élevé de développer un OMCS clinique.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.