Votre avis nous intéresse ! Aidez-nous à améliorer la qualité de nos traductions françaises en répondant à l'enquête d'évaluation.
Questionnaire destiné aux usagers de santé : http://goo.gl/forms/BLNBjZJ75X
Questionnaire destiné aux professions médicales : http://goo.gl/forms/g7nVhqW4Nd

Agrafes versus sutures pour refermer les plaies de jambe après le prélèvement d'un greffon veineux pour pontage aorto-coronarien

Les plaies chirurgicales sont habituellement refermées au moyen d'une suture, interrompue ou continue, réalisée avec des matériaux de suture résorbables ou non. Les agrafes dermiques constituent une alternative aux sutures et elles sont généralement laissées à la discrétion du chirurgien. La fermeture des plaies cutanées avec des clips métalliques est considérée comme une alternative rapide et efficace aux sutures. En outre, il est communément admis que les agrafes sont moins traumatisantes et pourraient réduire les complications des plaies. L'utilisation d'agrafes est rendue attrayante par la possible réduction du risque de complications postopératoires de la plaie.

L'infection du site opératoire (ISO) après prélèvement d'un greffon de veine saphène est une complication postopératoire susceptible de se produire chez jusqu'à 18 % des patients subissant un pontage aortocoronarien (PAC). Nous avons examiné comparativement les effets de l'utilisation d'agrafes ou de sutures pour refermer la peau après le prélèvement d'un greffon de veine saphène pour PAC, sur les taux d'infection et de déhiscence de la plaie. Nous avons inclus quatre études rendant compte d'un total de 148 plaies aux jambes refermées avec des agrafes et de 174 refermées par sutures, suite au prélèvement d'un greffon veineux chez des patients subissant un PAC isolé.  

Il n'y avait aucune différence au niveau des taux d'infection et de déhiscence de la plaie de jambe lorsque les plaies étaient refermées avec des agrafes plutôt que par des sutures.

Conclusions des auteurs : 

Ces résultats suggèrent qu'il n'y a pas de preuve d'une différence dans le risque d'ISO et de déhiscence de la plaie lorsqu'on utilise des agrafes plutôt que des sutures pour fermer des plaies de jambe après prélèvement d'un greffon veineux lors d'un PAC ; des recherches supplémentaires sont toutefois nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'infection du site opératoire (ISO) après prélèvement d'un greffon de veine saphène est une complication qui se produit chez jusqu'à 18 % des patients subissant un pontage aortocoronarien (PAC). On ne sait pas si la méthode de fermeture de la peau influe sur le taux d'infection.

Objectifs : 

Comparer les taux d'ISO et de déhiscence de la plaie associés à la fermeture de plaies cutanées par agrafes ou par sutures, suite au prélèvement d'un greffon de veine saphène pour PAC.

Stratégie de recherche documentaire : 

Pour cette première mise à jour nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les plaies et contusions (recherche datant du 4 novembre 2011), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2011, numéro 4), Ovid MEDLINE (de 2010 jusqu'à la 4ème semaine d'octobre 2011), Ovid MEDLINE (In-Process & Other Non-Indexed Citations, 3 novembre 2011), Ovid EMBASE (de 2010 jusqu'à la 43ème semaine de l’année 2011) et EBSCO CINAHL (de 2010 au 28 octobre 2011).

Critères de sélection : 

Était éligible à l'inclusion dans cette revue tout essai contrôlé randomisé comparant les agrafes et les sutures pour la fermeture des plaies de jambe résultant du prélèvement d'un greffon veineux chez les patients subissant un PAC.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont indépendamment évalué, au moyen des critères de sélection, les titres et les résumés des références identifiées dans le processus de recherche, puis ils ont extrait les données des essais éligibles. Les risques suivants de biais ont été évalués pour les essais inclus : génération de la séquence de randomisation, assignation secrète, masquage, données de résultats incomplètes, compte-rendu sélectif et absence d'autres biais. Pour les variables dichotomiques, nous avons calculé le risque relatif avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus trois études prospectives randomisées rendant compte d'un total de 148 plaies aux jambes refermées avec des agrafes et de 175 refermées par suture, suite au prélèvement d'un greffon veineux chez des patients subissant un PAC. Tous les essais étaient de qualité méthodologique sous-optimale et comportaient un risque de biais. Le taux d'infection des plaies de jambe était de 10,8 % (16/148) après fermeture de la plaie avec des agrafes, à comparer à 8 % (14/174) lorsque la plaie était refermée par des sutures (risque relatif 1,20 ; IC à 95 % 0,60 à 2,39). Le taux de déhiscence des plaies de jambe était de 9,3 % (10/108) après fermeture de la plaie avec des agrafes, à comparer à 8,8 % (12/137) lorsque la plaie était refermée par des sutures (risque relatif 1,05 ; IC à 95 % 0,43 à 2,53).

Tools
Information

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière des organismes suivants pour la France et le Canada.
Pour la France :

  • Ministère des affaires sociales et de la santé

Pour le Canada :

  • Instituts de Recherche en Santé du Canada
  • Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec
  • Fonds de recherche du Québec-Santé
  • Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux