Soins planifiés à domicile versus à l'hôpital contre la rupture des membranes avant 37 semaines de gestation

La rupture prématurée des membranes avant 37 semaines de gestation (et lorsqu'il se passe au moins une heure entre la rupture des membranes et le début des contractions et du travail) peut avoir des conséquences aussi bien pour la mère que pour le bébé. On estime qu'après une rupture prématurée des membranes, la moitié des femmes entrent en travail la semaine qui suit, et trois-quarts dans la quinzaine qui suit. Cela signifie que le bébé peut naître prématurément et que la mère et le bébé présentent tous deux un risque d'infection. Lorsque c'est possible, la majorité des cliniciens conseillent aux femmes de recevoir des soins à l'hôpital afin de les placer sous surveillance et de détecter les problèmes éventuels dès leur apparition. Cependant, pour certaines femmes, il est possible de rentrer chez soi après une période d'observation à l'hôpital. La sécurité, le coût et l'opinion des femmes sur la gestion à domicile n'ont pas été établis.

Dans cette revue, nous avons inclus deux études contrôlées randomisées portant sur 116 femmes. Ces revues comparaient la gestion planifiée à domicile versus à l'hôpital chez les femmes présentant une rupture prématurée des membranes avant le travail (RPMAT). Dans les deux études, les critères utilisés pour décider si les femmes pouvaient être incluses étaient stricts. Par exemple, les femmes devaient vivre à une certaine distance des services d'urgence, et les mères et les bébés ne devaient présenter aucun signe d'infection ou autres problèmes. Dans les deux groupes, on respectait une période de surveillance des femmes à l'hôpital.

Les résultats semblent indiquer qu'il existe peu de différences en termes de santé de la mère et de l'enfant chez les femmes recevant des soins à domicile et à l'hôpital, notamment pour ce qui est de la mortalité infantile, des maladies infantiles graves ou de l'admission en unité de soins intensifs néonatals.

Certains éléments indiquaient que les femmes gérées à l'hôpital présentaient plus de risque d'accoucher par césarienne. Les femmes recevant des soins à domicile étaient plus susceptibles de passer moins de temps à l'hôpital (séjour environ 10 jours plus court que les patientes hospitalisées) et étaient plus satisfaites de leurs soins. De plus, les soins à domicile étaient associés à une réduction des coûts. Globalement, le nombre de femmes incluses dans les deux études était trop faible pour permettre une évaluation adéquate des résultats.

Conclusions des auteurs : 

La revue portait sur deux études relativement réduites dont la puissance statistique était insuffisante pour détecter des différences significatives entre les groupes. De futurs essais contrôlés randomisés à grande échelle et de puissance adéquate sont nécessaires pour mesurer les différences entre les groupes pour les résultats pertinents spécifiés ci-dessus. Une attention particulière devra être accordée à l'évaluation de la satisfaction maternelle quant aux soins et à l'analyse des coûts en raison de leurs implications sociales et économiques tant dans les pays développés que dans les pays en développement.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La rupture prématurée des membranes avant terme (RPMAT) est associée à un risque accru de morbidité et de mortalité maternelles et néonatales. Les femmes présentant une RPMAT ont principalement été gérées à l'hôpital. Il est possible que certaines femmes puissent être gérées à domicile après une période d'observation. La sécurité, le coût et l'opinion des femmes sur la gestion à domicile n'ont pas été établis.

Objectifs : 

Évaluer la sécurité, le coût et l'opinion des femmes sur les soins planifiés à domicile versus à l'hôpital chez les femmes présentant une RPMAT.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (31 juillet 2013) et les listes bibliographiques de tous les articles identifiés.

Critères de sélection : 

Essais randomisés et quasi-randomisés comparant la gestion planifiée à domicile versus à l'hôpital chez les femmes présentant une RPMAT avant 37 semaines de gestation.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont évalué indépendamment l'éligibilité des essais cliniques candidats à l'inclusion, évalué le risque de biais, et extrait les données.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus deux essais (116 femmes) comparant la gestion planifiée à domicile versus à l'hôpital contre la RPMAT. Globalement, le nombre de femmes incluses dans chaque essai était trop faible pour permettre une évaluation adéquate des résultats spécifiés ci-dessus. Les investigateurs ont utilisé des critères d'inclusion stricts et, dans les deux études, un nombre relativement faible des femmes présentant une RPMAT étaient éligibles pour l'inclusion. Les femmes étaient surveillées pendant 48 à 72 heures avant la randomisation. La mortalité périnatale était rapportée dans un essai et les preuves étaient insuffisantes pour déterminer si elle différait entre les deux groupes (risque relatif (RR) 1,93, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,19 à 20,05). Il n’y avait aucune preuve de différences entre les groupes en termes de morbidité néonatale grave, de chorioamniotite, d'âge gestationnel au moment de l'accouchement, de poids à la naissance et d'admission en unités néonatales de soins intensifs.

Aucune information n'était disponible sur la mortalité ou la morbidité maternelle grave. Certains éléments indiquaient que les femmes gérées à l'hôpital présentaient plus de risque d'accoucher par césarienne (RR (effets aléatoires) 0,28, IC à 95 % 0,07 à 1,15). Cependant, les résultats doivent être interprétés avec précaution car ce résultat présente une hétérogénéité modéré (I²= 35 %). Les mères randomisées pour recevoir des soins à domicile passaient environ 10 jours de moins à l’hôpital que les patientes hospitalisées (différence moyenne -9,60, IC à 95 % -14,59 à -4,61) et étaient plus satisfaites de leurs soins. De plus, les soins à domicile étaient associés à une réduction des coûts.

Notes de traduction : 

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.