L'oxcarbazépine contre la douleur neuropathique

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La douleur neuropathique est une douleur qui résulte d'atteintes à la partie du système nerveux qui transporte l'information sensorielle vers le cerveau. Elle est difficile à traiter en raison de son intensité, de sa durée et de sa résistance aux simples analgésiques. Certaines études ont suggéré que l'oxcarbazépine, lorsqu'administrée seule, peut soulager la douleur causée par des atteintes nerveuses. Afin d'étudier les avantages et les inconvénients de l'oxcarbazépine dans différentes formes de douleur neuropathique, nous avons effectué une recherche exhaustive d'essais contrôlés randomisés et avons trouvé quatre essais impliquant 634 participants souffrant de neuropathie diabétique douloureuse et 145 participants souffrant de douleurs neuropathiques dues à une radiculopathie. Tous avaient été financés par le fabricant. Les résultats montraient que l'oxcarbazépine produit un soulagement de la douleur ainsi qu'une meilleure impression globale de changement de la douleur après 16 semaines chez les personnes atteintes de neuropathie diabétique. Ce résultat, qui était de qualité moyenne, ne reposait que sur les données du seul essai positif et ne prenait pas en compte les résultats négatifs d'autres essais sur la neuropathie diabétique périphérique que nous ne pouvions pas inclure dans notre analyse. Pour la radiculopathie douloureuse, les données du seul essai inclus ne mettaient pas en évidence une efficacité significative de l'oxcarbazépine. Bien que les rapports des essais indiquaient que la plupart des effets indésirables étaient légers à modérés, les nombres de tous les types d'événements ainsi que de ceux ayant conduit à l'abandon de participants étaient significativement plus élevés dans le groupe à oxcarbazépine que dans le groupe à placebo, et les événements graves n'étaient pas rares. Nous n'avons pas trouvé d'études sur l'oxcarbazépine pour d'autres types de douleur neuropathique qui répondent à nos critères d'inclusion. Il sera nécessaire d'effectuer de nouveaux essais contrôlés randomisés bien conçus sur l'oxcarbazépine pour différents types de douleur neuropathique, avec de nombreux participants provenant de différentes populations et répartis sur plusieurs centres. Ces études devraient également comparer l'effet de différentes posologies sur le soulagement de la douleur et les effets indésirables.

Conclusions des auteurs : 

D'après les données de qualité moyenne issues d'un essai concernant la neuropathie diabétique périphérique, l'oxcarbazépine est efficace pour réduire la douleur dans cette maladie. Toutefois, cette conclusion ne prend pas en compte les résultats négatifs d'autres essais dans le domaine de la neuropathie diabétique périphérique qui ne pouvaient pas être inclus dans notre méta-analyse. Nous n'avons pas trouvé de données issues d'essais contrôlés randomisés permettant de déterminer l'efficacité ou l'innocuité de l'oxcarbazépine pour d'autres types de douleur neuropathique. La plupart des effets indésirables liés à l'oxcarbazépine sont classés comme légers à modérés, mais les événements indésirables ayant conduit à l'arrêt de l'administration du médicament ou à des effets indésirables graves ne sont pas rares. Il sera nécessaire d'effectuer de nouveaux essais contrôlés randomisés bien conçus sur l'oxcarbazépine pour différents types de douleur neuropathique.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La douleur neuropathique est difficile à traiter. L'oxcarbazépine est un anticonvulsivant étroitement lié à la carbamazépine et qui serait mieux toléré. Il a été rapporté que l'oxcarbazépine était efficace dans le traitement de la douleur neuropathique.

Objectifs : 

Déterminer les avantages et les inconvénients de l'oxcarbazépine pour différentes formes de douleur neuropathique.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons recherché des essais dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuro-musculaires (30 octobre 2012), CENTRAL (2012, numéro 10), MEDLINE (de janvier 1966 à octobre 2012), EMBASE (de janvier 1980 à octobre 2012) et le Chinese Biomedical Retrieval System (de janvier 1978 à octobre 2012). Nous avons également cherché des essais cliniques en cours dans les bases de données du National Institutes of Health (NIH) et dans le système d’enregistrement international des essais cliniques de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), et nous avons écrit aux fabricants de l'oxcarbazépine et à des spécialistes de la douleur pour leur demander des informations supplémentaires.

Critères de sélection : 

Était éligible tout essai clinique randomisé et toute étude croisée sur l'oxcarbazépine pour le traitement de personnes de tout âge et tout sexe atteintes de douleurs neuropathiques. Nous avions prévu d'inclure des essais sur l'oxcarbazépine comparée à un placebo ou à toute autre intervention, quelle que soit la voie d'administration, la posologie et la durée du traitement.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont, de manière indépendante, sélectionné les études à inclure, évalué leurs risques de biais, extrait les données et saisi celles-ci sur des formulaires. Les auteurs ont résolu tous les désaccords par la discussion.

Résultats principaux : 

Quatre essais randomisés, en double aveugle, contrôlés par placebo et multicentriques, avec un total de 779 participants, étaient éligibles à l'inclusion. Ils faisaient partie d'une série d'études financées par le fabricant. Trois d'entre eux avaient étudié l'oxcarbazépine chez les personnes souffrant de neuropathie diabétique douloureuse (634 participants) et le quatrième était un essai sur l'oxcarbazépine pour la douleur neuropathique due à une radiculopathie (145 participants). Bien que ces essais aient été bien conçus, la quantité importante et déséquilibrée de données de résultat incomplètes conduisait à un risque de biais dans les résultats. Les résultats pour la neuropathie diabétique douloureuse ont montré que la proportion de participants ayant fait état d'une baisse de 50 % ou de 30 % des scores de douleur après 16 semaines de traitement était significativement plus élevée dans le groupe à oxcarbazépine que dans le groupe à placebo (baisse de 50 % : risque relatif (RR) 1,91 , intervalle de confiance (IC) à 95% 1,08 à 3,39 , nombre de sujets à traiter pour observer un résultat bénéfique supplémentaire (NSTb) 6,0 , IC à 95% 3,3 à 41,0 ; baisse de 30 % : RR 1,57 , IC à 95% 1,01 à 2,44 , NSTb 6,1 , IC à 95% 3,1 à 113,6). Ces deux résultats sont toutefois basés sur des données provenant du seul essai positif (146 participants) puisque les deux essais négatifs n'ont pas fourni de données pouvant être incluses dans une méta-analyse. Pour les participants souffrant de douleurs neuropathiques dues à une radiculopathie, l'essai n'avait pas mis en évidence d'efficacité significative pour l'oxcarbazépine. Bien que les rapports des essais indiquaient que la plupart des effets indésirables étaient légers à modérés, la proportion d'événements conduisant à des retraits était statistiquement plus élevée dans le groupe à oxcarbazépine que dans le groupe à placebo, tant pour la neuropathie diabétique douloureuse (RR 3,86 ; IC à 95% 2,29 à 6,40) que pour la radiculopathie (RR 2,84 ; IC à 95% 1,55 à 5,23).

Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.