Utilisation de la cardiotocographie (forme de surveillance électronique du fœtus) pour évaluer le bien-être du bébé dans l'utérus au cours de la grossesse

Certaines grossesses peuvent être compliquées par une affection médicale de la mère (par ex. diabète ou hypertension) ou une maladie susceptible d'affecter la santé ou le développement du bébé. Si l'on pouvait identifier ces bébés susceptibles d'avoir des problèmes et s'il existait des interventions efficaces pour améliorer leurs résultats cliniques, il serait souhaitable de disposer d'un test diagnostique précis qui pourrait être utilisé au cours de la grossesse. La cardiotocographie (CTG) est un enregistrement électronique continu du rythme cardiaque du bébé, obtenu par un capteur à ultrasons placé sur l'abdomen de la mère. C'est ce que l'on appelle parfois la surveillance fœtale électronique (SFE). Cette revue systématique a examiné si l'utilisation de la CTG pendant la grossesse pouvait améliorer les résultats cliniques des bébés, en permettant d'identifier ceux qui présentent des complications. Elle a recherché des études portant sur des femmes qui présentaient un risque élevé ou faible de complications. La revue inclut six études, toutes portant sur des femmes à risque élevé de complications. Quatre de ces études ont été menées dans les années 1980 et deux à la fin des années 1990. Les études incluses ne sont pas de haute qualité. Les résultats cliniques identifiés n'ont pas révélé de différence (preuves de qualité faible/très faible), même si les résultats semblaient prometteurs lorsque la CTG était interprétée par informatique. Toutefois, les écrans de CTG, les technologies associées et la façon dont les sages-femmes et les obstétriciens prennent en charge les femmes présentant différentes complications en cours de grossesse ont évolué au fil des années. Cela signifie qu'il faut mener d'autres études pour savoir si les résultats cliniques des bébés présentant un risque élevé de complications peuvent être améliorés avec la CTG anténatale, en particulier la CTG informatisée.

Conclusions des auteurs : 

Il n'existe pas de preuves concluantes indiquant que la CTG anténatale améliore les résultats cliniques périnataux, mais il serait souhaitable de mener d'autres études portant sur l'utilisation de la CTG informatisée dans des populations de femmes spécifiques présentant un risque accru de complications.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La cardiotocographie (CTG) est un enregistrement continu du rythme cardiaque du fœtus, obtenu par un capteur à ultrasons placé sur l'abdomen de la mère. La CTG est largement utilisée au cours de la grossesse pour évaluer le bien-être du fœtus, principalement dans les grossesses présentant un risque accru de complications.

Objectifs : 

Évaluer l'efficacité de la CTG anténatale (évaluations traditionnelles et informatisées) pour améliorer les résultats cliniques de la mère et du bébé pendant et après la grossesse.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué une recherche dans le registre d’essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et l’accouchement (26 juin 2015) et dans les bibliographies des études trouvées.

Critères de sélection : 

Essais randomisés et quasi randomisés comparant la CTG anténatale traditionnelle à l'absence de CTG ou à une CTG avec dissimulation des résultats ; la CTG informatisée à l'absence de CTG ou à une CTG avec dissimulation des résultats ; et la CTG informatisée à la CTG traditionnelle.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué les essais à inclure et leurs risques de biais, ont extrait les données et en ont vérifié l'exactitude.

Résultats principaux : 

Six études (impliquant 2 105 femmes) ont été incluses. Dans l'ensemble, les études incluses n'étaient pas de très bonne qualité, et seules deux avaient des processus adéquats de séquencement de la randomisation et de dissimulation du traitement attribué. Toutes les études qui ont pu être incluses n'ont recruté que des femmes présentant un risque accru de complications.

La comparaison de la CTG traditionnelle à l'absence de CTG n'a montré aucune différence significative en termes de mortalité périnatale (risque relatif (RR) 2,05 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,95 à 4,42 ; 2,3 % vs 1,1 %, quatre études, N = 1 627, preuves de faible qualité) ou de décès pouvant être évités (RR 2,46 ; IC à 95 % de 0,96 à 6,30 ; quatre études, N = 1 627), bien que la méta-analyse ait été d'une puissance insuffisante pour évaluer ce résultat. De même, aucune différence significative n'a été identifiée en termes de césarienne (RR 1,06 ; IC à 95 % de 0,88 à 1,28 ; 19,7 % vs 18,5 %, trois essais, N = 1 279, preuves de faible qualité). Enfin, aucune différence significative n'a été identifiée dans les critères de jugement secondaires relatifs aux scores Apgar inférieurs à sept à cinq minutes (RR 0,83 ; IC à 95 % de 0,37 à 1,88 ; un essai, N = 396, preuves de qualité très faible) ; ou à l'admission à l'unité néonatale de soins spéciaux ou intensifs (RR 1,08 ; IC à 95 % de 0,84 à 1,39 ; deux essais, N = 883, preuves de faible qualité), ni dans les autres critères secondaires évalués.

Il n'y avait aucune étude éligible comparant la CTG informatisée à l'absence de CTG.

La comparaison de la CTG informatisée à la CTG traditionnelle a montré une réduction significative de la mortalité périnatale avec la CTG informatisée (RR 0,20 ; IC à 95 % de 0,04 à 0,88 ; deux études, 0,9 % vs 4,2 %, 469 femmes, preuves de qualité modérée). Toutefois, aucune différence significative n'a été identifiée en matière de décès pouvant être évités (RR 0,23 ; IC à 95 % de 0,04 à 1,29 ; deux études, N = 469), mais la méta-analyse avait une puissance insuffisante pour évaluer ce résultat. Aucune différence significative n'a été identifiée en termes de césariennes (RR 0,87 ; IC à 95 % de 0,61 à 1,24 ; 63 % vs 72 %, une étude, N = 59, preuves de faible qualité), de scores Apgar inférieurs à sept à cinq minutes (RR 1,31 ; IC à 95 % de 0,30 à 5,74 ; deux études, N = 469, preuves de très faible qualité), ni en ce qui concerne les critères de jugement secondaires.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.