Corticostéroïdes dans le traitement de la pneumonie

Question de la revue

Nous avons examiné les effets de l'utilisation de corticostéroïdes (également connus sous le nom de stéroïdes ou de glucocorticoïdes) pour traiter des personnes ayant une pneumonie sur le nombre de décès, la réponse au traitement, les complications liées au traitement, et les effets secondaires. Nous avons comparé le traitement à base de corticostéroïdes associés à des antibiotiques à un placebo ou à l'absence de traitement.

Contexte

La pneumonie aiguë est une infection des poumons habituellement traitée par des antibiotiques ciblant les bactéries en cause dans l'infection. La pneumonie est relativement courante, et malgré un traitement antibiotique approprié, des complications voire parfois un décès peuvent survenir.

Les corticostéroïdes sont des hormones sécrétées naturellement dans les glandes surrénales. Les corticostéroïdes se sont avérés bénéfiques dans le traitement de certaines infections. Toutefois, leurs effets bénéfiques sont souvent contrebalancés par de graves effets secondaires, principalement lorsque ceux-ci sont utilisés à des doses élevées et sur le long terme. Cet article est une mise à jour d'une revue publiée en 2011.

Date de la recherche

Les preuves sont à jour jusqu'au 3 mars 2017.

Caractéristiques de l'étude

Nous avons inclus 17 études ayant évalué la corticothérapie systémique (corticoïdes administrés par voie intraveineuse ou par voie orale sous la forme de comprimés) chez des personnes ayant une pneumonie (2264 participants ; 1954 adultes et 310 enfants). Nous avons inclus 12 nouvelles études dans cette mise à jour, et nous avons exclu une étude précédemment incluse. Toutes les études incluses portaient sur des personnes ayant contracté une pneumonie communautaire (PC) et ayant été traitées à l'hôpital ; aucune étude ne portait sur des personnes ayant contracté une pneumonie à l'hôpital ou sur des personnes respirant au moyen d'appareils respiratoires (ventilation mécanique).

Sources de financement des études

Huit essais ne rapportaient pas les sources de financement ; sept essais ont été financés par des sponsors académiques ; un essai a été financé par un laboratoire pharmaceutique ; et une étude a rapporté n'avoir reçu aucun financement.

Principaux résultats

Les corticostéroïdes réduisaient le nombre de décès chez les adultes ayant une PC sévère, mais pas chez les patients ayant une PC non sévère. Il est nécessaire de traiter dix-huit adultes ayant une PC sévère avec des corticostéroïdes pour éviter un décès.

Les personnes ayant une PC traitées au moyen de corticostéroïdes avaient de plus faibles taux d'échecs cliniques (décès, aggravation des examens d'imagerie, ou absence d'amélioration clinique), un délai de guérison plus court, une durée d'hospitalisation plus courte, et un taux de complications moindre. Nous avons trouvé des preuves de bonne qualité indiquant que les corticostéroïdes réduisaient les taux d'échecs cliniques chez les enfants ayant une pneumonie, mais les données étaient basées sur un petit nombre d'enfants ayant différents types de pneumonies.

Les personnes traitées au moyen de corticostéroïdes avaient des taux de glycémie plus élevés (hyperglycémie) que celles n'ayant pas été traitées au moyen de corticostéroïdes. Le traitement par corticostéroïdes n'était pas associé à une augmentation du taux d'autres événements indésirables graves.

Les corticostéroïdes étaient bénéfiques pour les adultes ayant une PC sévère. Les personnes ayant une PC non sévère pourraient également obtenir un bénéfice de la corticothérapie, mais sans gain sur la survie.

Qualité des preuves

Nous avons rétrogradé la qualité des preuves en raison de problèmes liés à la conception des études, à la clarté des résultats ou parce que les résultats n'étaient pas similaires entre les études. Concernant la mortalité et les échecs cliniques chez les adultes, nous avons évalué la qualité des preuves comme étant modérée. Concernant les échecs cliniques chez les personnes ayant une PC sévère, une PC non sévère et chez les enfants, nous avons évalué la qualité des preuves comme étant élevée.

Conclusions des auteurs : 

La corticothérapie a réduit la mortalité et la morbidité chez les adultes ayant une PC sévère ; le nombre de sujets à traiter pour obtenir un bénéfice était de 18 patients (IC à 95 % 12 à 49) pour éviter un décès. La corticothérapie a réduit la morbidité, mais pas la mortalité chez les adultes et les enfants ayant une PC non sévère. La corticothérapie était associée à un plus grand nombre d'événements indésirables, en particulier l'hyperglycémie, mais les effets délétères ne semblaient pas contrebalancer les bénéfices.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La pneumonie est une maladie courante et potentiellement grave. Les corticostéroïdes ont été proposés pour le traitement de différents types d'infections, cependant leur rôle dans le traitement de la pneumonie reste incertain. Cet article est une mise à jour d'une revue publiée en 2011.

Objectifs : 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité des corticostéroïdes dans le traitement de la pneumonie.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les infections respiratoires aiguës, sur CENTRAL, MEDLINE, Embase, LILACS le 3 mars 2017, ainsi que dans les actes de conférence pertinents et dans les références bibliographiques des essais identifiés. Nous avons également effectué des recherches dans trois registres d'essais pour identifier des essais en cours et non publiés.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) ayant évalué la corticothérapie systémique, administrée en complément à un traitement antibiotique, par rapport à un placebo ou à l'absence de corticostéroïdes chez des adultes et des enfants ayant une pneumonie.

Recueil et analyse des données : 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standard prévues par Cochrane. Deux auteurs de la revue ont évalué les risques de biais et extrait les données de façon indépendante. Nous avons contacté les auteurs des études pour obtenir des informations supplémentaires. Nous avons estimé les risques relatifs (RR) avec leurs intervalles de confiance à 95 % (IC) et combiné les données en utilisant un modèle à effets fixes de Mantel–Haenszel lorsque cela était possible.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus 17 ECR portant sur un total de 2264 participants ; 13 ECR ont inclus 1954 participants adultes, et quatre ECR ont inclus 310 enfants. Cette mise à jour a inclus 12 nouvelles études, exclu une étude précédemment incluse, et exclu cinq nouveaux essais. Un essai est en attente de classification.

Tous les essais ont inclus uniquement des patients hospitalisés ayant une pneumonie communautaire (PC), avec ou sans pneumonie associée aux soins de santé (PASS). Nous avons évalué le risque de biais de sélection et de biais d'attrition comme étant faible ou incertain. Nous avons évalué le risque de biais de performance comme étant faible pour neuf essais, incertain pour un essai, et élevé pour sept essais. Nous avons évalué le risque de biais de notification comme étant faible pour trois essais et élevé pour les 14 essais restants.

Les corticostéroïdes réduisaient significativement la mortalité chez les adultes ayant une pneumonie sévère (RR 0,58, IC à 95 % 0,40 à 0,84 ; preuves de qualité modérée), mais pas chez les adultes ayant une pneumonie non sévère (RR 0,95, IC à 95 % 0,45 à 2,00). Les taux d'échecs cliniques précoces (définis comme la mortalité toutes causes confondues, la progression radiographique, ou l'instabilité clinique à J5 ou J8) ont été significativement réduits avec les corticostéroïdes chez les patients ayant une pneumonie sévère ou non sévère (RR 0,32, IC à 95 % 0,15 à 0,7 ; et RR 0,68, IC à 95 % 0,56 à 0,83, respectivement ; preuves de haute qualité). Les corticostéroïdes ont réduit le délai de guérison clinique, la durée d'hospitalisation et de séjour en unité de soins intensifs, le développement d'insuffisances respiratoires ou les chocs non présents à l'apparition de la pneumonie, et les taux de complications de la pneumonie.

Chez les enfants ayant une pneumonie bactérienne, les corticostéroïdes ont réduit les taux d'échecs cliniques précoces (définis de la même manière que pour les adultes, RR 0,41, IC à 95 % 0,24 à 0,70 ; preuves de haute qualité) sur la base de deux petits essais cliniquement hétérogènes, et ils ont réduit le délai de guérison clinique.

L'hyperglycémie était significativement plus fréquente chez les adultes traités au moyen de corticostéroïdes (RR 1,72, IC à 95 % 1,38 à 2,14). Il n'y avait aucune différence significative entre les patients traités au moyen de corticostéroïdes et les groupes témoins concernant les autres événements indésirables ou les infections secondaires (RR 1,19, IC à 95 % 0,73 à 1,93).

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.