Antioxydants contre l'hypofertilité masculine

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Le stress oxydatif peut endommager les spermatozoïdes. Ces lésions peuvent être réduites par les propres défenses antioxydantes naturelles de l'organisme. Les antioxydants peuvent faire partie de notre alimentation et être pris sous la forme d'un complément. On pense que dans de nombreux cas d'hypofertilité non expliquée, mais aussi en cas de problème lié aux spermatozoïdes, la prise d'un complément oral d'antioxydants peut augmenter les chances d'un couple de concevoir dans le cadre d'un traitement pour la fertilité. Cette revue a identifié 34 essais contrôlés randomisés portant sur 2 876 participants. Les résultats combinés de trois essais de petite taille suggèrent une augmentation des taux de naissances vivantes pour les partenaires d'hommes hypofertiles prenant un complément d'antioxydants dans le cadre d'un programme de procréation assistée. Cependant, de nouveaux essais randomisés de grande taille, contrôlés par placebo, bien conçus, sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

Conclusions des auteurs : 

Les preuves préliminaires issues de trois essais contrôlés randomisés de petite taille suggèrent qu'une supplémentation en antioxydants chez les hommes hypofertiles peut améliorer les taux de naissances vivantes pour les couples hypofertiles dans le cadre de cycles de TPA. Cependant, de nouveaux essais randomisés de grande taille, contrôlés par placebo, bien conçus, sont nécessaires pour confirmer cela.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

On considère qu'entre 30 % et 80 % des cas d'hypofertilité masculine sont dûs aux effets nocifs du stress oxydatif sur les spermatozoïdes. Une supplémentation orale en antioxydants peut améliorer la qualité des spermatozoïdes en réduisant le stress oxydatif.

Objectifs : 

Cette revue Cochrane avait pour objectif d'évaluer l'effet d'une supplémentation orale en antioxydants pour les partenaires masculins de couples dans le cadre de techniques de procréation assistée (TPA).

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et de la fertilité, ainsi que dans les bases de données CENTRAL (The Cochrane Library), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, PsycINFO et AMED (de leur origine jusqu'à février 2010), dans des registres d'essais, des sources de littérature non publiée, des bibliographies et nous avons interrogé des experts du domaine.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés comparant tout type ou toute dose de supplément d'antioxydant (seul ou combiné) pris(e) par le partenaire masculin d'un couple recherchant un traitement pour la fertilité à un placebo, l'absence de traitement ou un autre antioxydant. Les critères de jugement étaient la naissance vivante, la grossesse, la fausse couche, la mortinaissance, les atteintes à l'ADN des spermatozoïdes, la motilité des spermatozoïdes, leur concentration et les effets indésirables.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont, de façon indépendante, évalué les études à inclure et la qualité des essais, et extrait les données.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus 34 essais portant sur un total de 2 876 couples.

Naissance vivante : trois essais ont rapporté les naissances vivantes. Les hommes prenant des antioxydants oraux ont connu une augmentation statistiquement significative du taux de naissances vivantes (rapport de cotes (RC) combiné 4,85, IC à 95 % 1,92 à 12,24 ; P = 0,0008, I2 = 0 %) comparé aux hommes prenant le témoin. Cependant, ce résultat ne s'est basé que sur 20 naissances vivantes sur un total de 214 couples dans trois études de petite taille.

Taux de grossesse : on a compté 96 grossesses dans 15 essais portant sur 964 couples. L'utilisation d'antioxydants a été associée à une augmentation statistiquement significative du taux de grossesses comparé au témoin (RC combiné 4,18, IC à 95 % 2,65 à 6,59 ; P < 0,00001, I2 = 0 %).

Effets secondaires : aucune étude n'a rapporté de preuves d'effets secondaires nocifs de la thérapie aux antioxydants utilisée.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.