L'innocuité des corticostéroïdes topiques chez la femme enceinte

Conclusions des auteurs : 

L'information apportée par cette mise à jour s'ajoute aux preuves existantes de l'absence d'une association causale entre l'exposition maternelle aux corticostéroïdes topiques (toutes puissances confondues) et les issues cliniques de la grossesse, y compris le mode d'accouchement, les anomalies congénitales, l'accouchement prématuré, la mort fœtale et un faible score d'Apgar. Cette constatation est en accord avec la version précédente de cette revue. La présente mise à jour apporte une analyse stratifiée sur base de la puissance des stéroïdes utilisés ; nous n'avons trouvé aucune association entre l'utilisation de corticostéroïdes topiques (toutes puissances confondues) chez la mère et une augmentation des complications de la grossesse, y compris le mode d'accouchement, les malformations congénitales, l'accouchement prématuré, la mort fœtale et un faible score d'Apgar. De même que dans la version précédente de la revue, cette mise à jour a identifié une association probable entre le faible poids de naissance et l'utilisation par la mère de corticostéroïdes topiques de puissance élevée à très élevée, en particulier lorsque la dose cumulée de corticostéroïdes topiques tout au long de la grossesse était très importante. Cette dernière observation justifie des recherches supplémentaires. La découverte d'un possible effet protecteur des corticostéroïdes topiques de puissance faible à modérée sur le risque de mort fœtale pourrait également être examinée.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Les corticostéroïdes topiques représentent le traitement dermatologique le plus fréquemment prescrit et sont souvent utilisés par les femmes enceintes ayant des problèmes cutanés. On sait cependant peu de choses concernant leur innocuité pendant la grossesse.

Objectifs : 

Évaluer les effets des corticostéroïdes topiques utilisés chez la femme enceinte sur l'issue de la grossesse.

Stratégie de recherche documentaire : 

Ceci est une mise à jour de la revue publiée en 2009. Nous avons mis à jour nos recherches dans les bases de données suivantes jusqu'à juillet 2015 : le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la dermatologie, le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la grossesse et l'accouchement, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (2015, numéro 6), MEDLINE, EMBASE et LILACS. Nous avons également effectué des recherches dans cinq registres d'essais cliniques et vérifié les références bibliographiques des études incluses ainsi que celles des articles qui les citaient, les références des revues publiées, et enfin un recueil de la littérature appartenant à un des auteurs, en vue de retrouver d'autres références pertinentes à des essais contrôlés randomisés.

Critères de sélection : 

Essais contrôlés randomisés et études de cohorte sur l'utilisation des corticostéroïdes topiques chez les femmes enceintes, ainsi que les études cas-témoins comparant l'exposition maternelle aux corticostéroïdes topiques entre les cas et les témoins, lorsque celles-ci rapportaient les critères de jugement prédéfinis. Les principaux critères de jugement comprenaient le mode d'accouchement, les malformations congénitales majeures, le poids de naissance et l'accouchement prématuré (avant 37 semaines de grossesse) ; les critères secondaires incluaient la mort fœtale, les malformations congénitales mineures, ainsi qu'un score d'Apgar bas (inférieur à 7 à 5 minutes de vie).

Recueil et analyse des données : 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques habituelles prévues par Cochrane. Deux auteurs ont chacun indépendamment appliqué les critères de sélection, extrait les données et évalué la qualité des études incluses. Un troisième auteur était disponible pour résoudre les divergences d'opinion. Un dernier auteur a indépendamment extrait les données issues des études incluses réalisées auparavant par les auteurs de cette revue systématique.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus 7 nouvelles études observationnelles dans cette mise à jour, ce qui porte leur nombre total à 14, dont 5 études de cohorte et 9 études cas-témoins, portant sur 1 601 515 participants.

La plupart des études ne rapportaient aucune association causale entre l'exposition maternelle aux corticostéroïdes topiques de toutes concentrations et les issues cliniques de la grossesse, comparé à l'absence d'exposition à ces substances. Ces critères cliniques incluaient : le mode d'accouchement (risque relatif (RR) 1,04, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,95 à 1,15, 1 étude de cohorte, n = 9 904, preuves de faible qualité) ; les anomalies congénitales, y compris la fente labio-palatine et l'hypospadias (où l'ouverture urétrale est sur la partie inférieure du pénis) (RR 0,82, IC à 95 % 0,34 à 1,96, 2 études de cohorte, n = 9 512, preuves de faible qualité ; et le rapport des cotes ou odds ratio (RC) 1,07, IC à 95 % 0,71 à 1,60, 1 étude cas-témoins, n = 56 557) ; le faible poids de naissance (RR 1,08, IC à 95 % 0,86 à 1,36 ; n = 59 419, 4 études de cohorte ; preuves de très faible qualité) ; l'accouchement prématuré (RR 0,93, IC à 95 % 0,81 à 1,08, 4 études de cohorte, n = 59 419, preuves de faible qualité) ; la mort fœtale (RR 1,02, IC à 95 % 0,60 à 1,73, 4 études de cohorte, n = 63 885, preuves de très faible qualité) ; et un faible score d'Apgar (RR 0,84, IC à 95 % 0,54 à 1,31, 1 étude de cohorte, n = 9 220, preuves de faible qualité).

Nous avons stratifié l'analyse de l'effet des corticostéroïdes topiques selon leur puissance (faible à modérée, et élevée à très élevée) mais nous n'avons trouvé aucune association causale entre l'exposition maternelle aux corticostéroïdes topiques de quelque puissance et les malformations congénitales, la fente labio-palatine, un accouchement prématuré ou un score d'Apgar bas. Dans le cas du faible poids de naissance, bien que le résultat de la méta-analyse basée sur des données de l'étude n'était pas statistiquement significatif entre les corticostéroïdes de puissance faible à modérée (RR combiné de 0,90, IC à 95 % 0,74 à 1,09, 3 études de cohorte, n > 55 713) ou entre ceux de puissance élevée à très élevée (RR combiné de 1,58, IC à 95 % 0,96 à 2,58, 4 études de cohorte, n > 47 651), il existait toutefois une différence statistiquement significative entre les deux sous-groupes (P = 0,04). Les résultats de trois des études incluses dans la méta-analyse indiquaient un risque accru de faible poids de naissance chez les enfants de femmes ayant reçu des corticostéroïdes topiques de puissance élevée à très élevée. L'utilisation maternelle de corticostéroïdes topiques de puissance faible à modérée était associée à une réduction du risque de mort fœtale (RR combiné de 0,70, IC à 95 % 0,64 à 0,77, 2 études, n = 48 749 ; preuves de faible qualité), mais nous n'avons pas observé cet effet lorsque des corticostéroïdes topiques de puissance élevée à très élevée avaient été administrés pendant la grossesse (RR combiné de 1,14, IC à 95 % 0,69 à 1,88, 3 études, n = 37 086, preuves de faible qualité).

Nous avons utilisé le système d'évaluation du groupe de travail GRADE (Grades of Recommendation, Assessment, Development and Evaluation Working Group) pour juger de la qualité globale des preuves. Les données issues d'études observationnelles étaient jugées de faible qualité au départ. Nous avons encore abaissé le score de qualité des preuves apportées par celles-ci en raison de l'imprécision existant autour du critère de faible poids de naissance et de l'incohérence de l'association avec la mort fœtale. La faible qualité des preuves a entraîné une plus grande incertitude de l'estimation de l'effet pour ces critères.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Dr Nathanael Goldman et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.