Vigabatrin pour le traitement de l'épilepsie partielle réfractaire

Le vigabatrin, pris avec d'autres médicaments antiépileptiques en tant que traitement d'appoint, peut réduire les crises chez les personnes atteintes d'une épilepsie partielle réfractaire aux médicaments, bien que son usage soit associé à certains effets secondaires. Ces résultats ont été obtenus à partir d'essais contrôlés randomisés à court terme. Cependant, il convient de remarquer que des informations non rapportées dans cette revue, tirées d'études avec suivi à plus long terme portant sur des personnes utilisant le vigabatrin, ont révélé que son utilisation était fréquemment associée à des anomalies du champ visuel qui peuvent ne pas être détectées.

Conclusions des auteurs : 

Cette revue d'essais contrôlés randomisés a montré que le vigabatrin pouvait réduire la fréquence des crises chez les personnes atteintes d'épilepsie partielle réfractaire aux médicaments. Le suivi à court terme des patients a montré que des effets secondaires étaient associés à son usage. Une analyse supplémentaire d'études observationnelles à plus long terme est nécessaire pour évaluer la probabilité pour les patients de développer des anomalies du champ visuel et déterminer si ces effets secondaires sont associés à la dose et à la durée de l'usage du médicament.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'épilepsie est une maladie neurologique courante touchant entre 0,5 % et 1 % de la population. Environ 30 % des personnes atteintes d'épilepsie ne réagissent pas au traitement avec les médicaments actuellement disponibles. La majorité de ces personnes souffrent d'épilepsie partielle. Le vigabatrin est un médicament antiépileptique homologué pour l'usage dans le traitement de l'épilepsie réfractaire. Aucun effet secondaire majeur associé à l'usage du vigabatrin n'a été détecté par les essais contrôlés randomisés initiaux portant sur ce médicament. Cependant, des études observationnelles à plus long terme ont par la suite découvert que son usage était associé à une constriction du champ visuel asymptomatique.

Objectifs : 

L'objectif de cette revue était de résumer les preuves issues d'essais randomisés à court terme, contrôlés par placebo, portant sur le vigabatrin. Nous avons résumé les effets du vigabatrin sur les crises et les effets secondaires à court terme lors d'un usage en tant que traitement d'appoint pour les personnes atteintes d'épilepsie partielle réfractaire aux médicaments. Un examen d'études observationnelles à plus long terme et d'estimations des proportions de patients développant des constrictions du champ visuel est actuellement en cours et les résultats seront mentionnés dans cette revue le moment venu.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l’épilepsie (12 octobre 2012), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, The Cochrane Library 2012, numéro 9), MEDLINE (de 1946 à la 1ère semaine d'octobre 2012) et les listes bibliographiques des articles. Nous avons également contacté les fabricants du vigabatrin (Hoechst Marion Roussel).

Critères de sélection : 

Nous avons inclus des essais randomisés, en double aveugle, contrôlés par placebo, publiés intégralement et portant sur le vigabatrin utilisé chez des personnes atteintes d'une épilepsie partielle réfractaire aux médicaments.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont évalué les essais à inclure et extrait les données. L'analyse principale a été effectuée en intention de traiter (ITT). Les critères de jugement évalués comprenaient la réduction d'au moins 50 % de la fréquence des crises d'épilepsie, l'abandon du traitement et les effets secondaires observables à court terme. Les résultats sont présentés sur l'échelle du risque relatif (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % ou 99 %.

Résultats principaux : 

Onze essais adéquats qui testaient des doses de vigabatrin entre 1 000 mg et 6 000 mg ont été identifiés et inclus dans l'analyse. Il y a eu 982 observations portant sur 747 patients dans l'analyse principale en ITT de l'efficacité du traitement. Les patients traités avec le vigabatrin ont été significativement plus susceptibles d'obtenir une réduction d'au moins 50 % de la fréquence des crises d'épilepsie comparé à ceux traités avec un placebo (RR 2,58, IC à 95 % 1,87 à 3,57). Les patients traités au vigabatrin ont également été significativement plus susceptibles de voir leur traitement arrêté (RR 2,49, IC à 95 % 1,05 à 5,88) et ont été plus susceptibles de ressentir un certain nombre d'effets secondaires, et ce de façon significative pour la fatigue ou la somnolence. Certaines preuves ont indiqué un biais d'effet de petite taille d'étude, les études de plus petite taille ayant tendance à rapporter des estimations de RR plus importantes que les études de plus grande taille. Il est, par conséquent, possible que le RR réel d'obtenir une réduction de 50 % de la fréquence des crises soit inférieur à celui obtenu par une méta-analyse des études publiées intégralement.

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.