Dacryocystorhinostomie endonasale ou externe pour l'obstruction du canal lacrymo-nasal

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

L'obstruction du passage lacrymo-nasal qui provoque le larmoiement est un problème courant qui se traduit par une gêne significative pour le patient. Une opération reliant le sac lacrymal au nez, connue sous le nom dacryocystorhinostomie (DCR), peut soulager ce problème. Elle peut être réalisée soit par une incision sur le côté du nez (externe DCR) soit en opérant à l'intérieur du nez (DCR endonasale). Le succès de ces approches a été décrit dans la littérature médicale. Cette revue compare les capacités des deux opérations à soulager les symptômes ou à lever l'obstruction au passage des larmes.

Les recherches électroniques ont permis d'identifier un essai satisfaisant à nos critères d'inclusion. Cette étude avait comparé 64 procédures sur des participants adultes : 32 DCR endonasales et 32 ​​DCR externes. La DCR endonasale s'était avérée quatre fois plus susceptible d'échouer que la DCR externe. Cette augmentation du risque était statistiquement significative. Dans aucun des groupes il n'avait été détecté de saignement pendant l'opération. Il y avait eu un cas de saignement en postopératoire dans le groupe à DCR externe.

La solidité des conclusions formulées dans cette revue est limitée par le manque d'essais contrôlés randomisés et la faible qualité de l'étude incluse.  

Conclusions des auteurs : 

Le seul essai inclus dans la revue fournit la preuve que la DCR endonasale présente un risque statistiquement plus élevé d'échec que la DCR externe. Toutefois, cette conclusion est limitée par manque d'ECR, le nombre restreint de participants et le manque de clarté de la démarche méthodologique. Des ECR bien conduits et dotés d'une puissance suffisante seront nécessaires pour répondre à la question de cette recherche.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Les procédures de dacryocystorhinostomie (DCR) peuvent être effectuées par une approche externe ou endonasale. Les taux de réussite comparatifs de ces procédures ne sont pas connus.

Objectifs : 

Comparer les taux de réussite des approches externe et endonasale de la DCR.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (qui contient le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur l'œil et la vision) (The Cochrane Library 2010, numéro 11), MEDLINE (de janvier 1950 à décembre 2010), EMBASE (de janvier 1980 à décembre 2010), Latin American and Caribbean Literature on Health Sciences (LILACS) (de janvier 1982 à décembre 2010), le méta-registre des essais contrôlés (mREC) (www.controlled-trials.com), ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov) (décembre 2010) et Web of Science Conference Proceedings Citation Index- Science (CPCI-S) (de janvier 1990 à décembre 2010). Aucune restriction concernant la langue ou la date n'a été appliquée aux recherches électroniques d'essais. Les dernières recherches dans les bases de données électroniques ont été effectuées le 7 décembre 2010. Nous avons demandé ou examiné des actes de conférence pertinents pour trouver des essais appropriés.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus tout essai contrôlé randomisé (ECR) ayant comparé les dacryocystorhinostomies externe et endonasale.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont, de manière indépendante, effectué l'extraction des données et l'évaluation de la qualité au moyen d'un formulaire prédéfini. Nous avons contacté des chercheurs afin de clarifier la qualité méthodologique des études.

Résultats principaux : 

Nous avons identifié un essai répondant aux critères d'inclusion. Cet essai avait comparé 64 procédures de DCR (32 procédures externes et 32 ​​endonasales). La DCR endonasale s'était avérée quatre fois plus susceptible d'échouer que la DCR externe. Cela était statistiquement significatif (intervalle de confiance (IC) à 95% 1,25 à 12,84).

Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.