Probiotiques (micro-organismes vivants) pour prévenir les infections des voies respiratoires supérieures (IVRS ; ex. rhume banal)

Objectif de la revue

La consommation de probiotiques (micro-organismes vivants) étant en augmentation, nous avons effectué une revue des effets des probiotiques comparativement à un placebo pour aider les personnes (sans immunodéficiences) à éviter les infections aiguës des voies respiratoires supérieures (IVRS), par exemple le rhume banal.

Contexte

Les IVRS incluent le rhume banal et l'inflammation de la trachée et du larynx, et sont associées à des symptômes tels que de la fièvre, de la toux, des douleurs et des céphalées. La plupart des IVRS aiguës sont causées par des infections virales et guérissent généralement au bout de trois à sept jours. Pour réduire l'incidence de ces infections, des vaccins spécifiques sont souvent recommandés, surtout pour les enfants et les personnes âgées.

Certains probiotiques (micro-organismes vivants) peuvent avoir des effets bénéfiques sur la santé des patients lorsqu'ils sont administrés en quantités appropriées. Les ferments lactiques et le bifidus actif sont les types de probiotiques les plus courants. On les trouve généralement dans les aliments fermentés, tels que les yaourts au lait ou au soja, ou sous forme de compléments alimentaires. Cependant, leurs effets dans la prévention des IVRS sont encore mal compris.

Caractéristiques des études et date de recherche

Après avoir recherché tous les essais pertinents dans des bases de données scientifiques, nous avons identifié 13 essais contrôlés randomisés (ECR) publiés avant juillet 2014. Nous avons pu extraire et combiner les données de 12 ECR portant sur 3 720 participants (des deux sexes), y compris des enfants, des adultes (âgés d'environ 40 ans) et des personnes âgées, menés en Finlande, en Espagne, en Suède, aux États-Unis, en Croatie, au Chili, en Thaïlande et au Japon.

Principaux résultats

Les probiotiques se sont avérés plus efficaces que le placebo pour réduire le nombre de participants présentant des épisodes d'IVRS aiguës d'environ 47 % et la durée d'un épisode d'IVRS aiguë d'environ 1,89 jours. Les probiotiques pourraient réduire légèrement l'utilisation d'antibiotiques et les absences scolaires dues au rhume. Les effets secondaires des probiotiques étaient mineurs, les symptômes gastro-intestinaux ayant été les plus fréquents.

Qualité des preuves

La qualité des preuves est faible ou très faible, principalement en raison d'une mauvaise réalisation des essais, dont la méthode de randomisation ou la mise en aveugle n'étaient pas claires, par exemple. Certains essais étaient sponsorisés par les fabricants des probiotiques évalués et d'autres avaient une taille d'échantillon très réduite.

Conclusion

Dans l'ensemble, les probiotiques ont été plus efficaces que le placebo dans la prévention d'IVRS aiguës. Davantage d'essais sont cependant nécessaires pour confirmer cette conclusion.

Conclusions des auteurs : 

Les probiotiques étaient plus efficaces que le placebo pour réduire le nombre de participants présentant des épisodes d'IVRS aiguës, la durée moyenne d'un épisode d'IVRS aiguë, l'utilisation d'antibiotiques et les absences scolaires dues au rhume. Cela indique que les probiotiques pourraient être plus efficaces que le placebo dans la prévention des IVRS aiguës. Cependant, la qualité des preuves était faible ou très faible.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Les probiotiques pourraient améliorer la santé des patients en régulant leur fonction immunitaire. Certains essais ont montré que des souches de probiotiques pouvaient prévenir les infections respiratoires. La version précédente de notre revue avait déjà mis en évidence certains effets bénéfiques des probiotiques dans les infections aiguës des voies respiratoires supérieures (IVRS), mais plusieurs nouvelles études ont été publiées depuis.

Objectifs : 

Évaluer l'efficacité et la sécurité des probiotiques (toute souche ou dose spécifiées) par rapport au placebo dans la prévention des IVRS aiguës chez les personnes de tous âges à risque d'IVRS aiguës.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (2014, numéro 6), MEDLINE (de 1950 à la 3ème semaine de juillet 2014), EMBASE (de 1974 à juillet 2014), Web of Science (de 1900 à juillet 2014) et la base de données de la littérature biomédicale chinoise (CBM), qui comprend les bases suivantes : China Biological Medicine Database (de 1978 à juillet 2014), Chinese Medicine Popular Science Literature Database (de 2000 à juillet 2014) et Masters Degree Dissertation of Beijing Union Medical College Database (de 1981 à juillet 2014). Nous avons également recherché des essais achevés et en cours dans le système d’enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et sur ClinicalTrials.gov le 31 juillet 2014.

Critères de sélection : 

Essais contrôlés randomisés (ECR) comparant des probiotiques à un placebo dans la prévention des IVRS aiguës.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué l'éligibilité et la qualité des essais et extrait les données en utilisant les procédures méthodologiques standard prévues par la Collaboration Cochrane.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus 13 ECR, bien que nous n'ayons pu extraire des données pour la méta-analyse qu'à partir de 12 essais portant sur 3 720 participants, y compris des enfants, des adultes (âgés d'environ 40 ans) et des personnes âgées. Les probiotiques se sont avérés plus efficaces que le placebo sur les mesures suivantes : nombre de participants présentant des épisodes d'IVRS aiguës (au moins un épisode : rapport des cotes (RC) de 0,53 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,37 à 0,76, P < 0,001, preuves de faible qualité ; au moins trois épisodes : RC 0,53 ; IC à 95 % de 0,36 à 0,80, P = 0,002, preuves de faible qualité) ; durée moyenne d'un épisode d'IVRS aiguë (différence moyenne (DM) de -1,89 ; IC à 95 % de -2,03 à -1,75, P < 0,001, preuves de faible qualité) ; réduction du taux de prescription d'antibiotiques pour les IVRS aiguës (RC 0,65 ; IC à 95 % de 0,45 à 0,94, preuves de qualité modérée) et absences scolaires dues au rhume (RC 0,10 ; IC à 95 % de 0,02 à 0,47, preuves de qualité très faible). Les probiotiques et le placebo étaient similaires en termes de rapport des taux d'épisodes d'IVRS aiguës (rapport des taux de 0,83 ; IC à 95 % de 0,66 à 1,05, P = 0,12, preuves de très faible qualité) et d'événements indésirables (RC 0,88 ; IC à 95 % de 0,65 à 1,19, P = 0,40, preuves de faible qualité). Les effets secondaires des probiotiques étaient mineurs, et les symptômes gastro-intestinaux étaient les plus fréquents. En effectuant des analyses groupées, nous avons constaté que certains sous-groupes présentaient un niveau d'hétérogénéité élevé, et le niveau de preuve était faible ou très faible.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.