La balnéothérapie ou l’hydrothérapie contre l’arthrose

Ce résumé d’une revue systématique Cochrane présente les connaissances actuelles issues de la recherche sur l’effet de la balnéothérapie (bains d’eau minérale) sur l'arthrose. La revue montre que chez les personnes atteintes d’arthrose :

- Prendre un bain d’eau minérale, par rapport à l’absence de traitement, peut améliorer la douleur et la qualité de vie.
- Prendre un bain soufré et un bain d’eau de la Mer Morte, par rapport à l’absence de traitement, peut améliorer la douleur un mois après le traitement.
- Prendre un bain soufré ou un bain d’eau de la Mer Morte, par rapport à l’absence de traitement, n’entraînerait aucune différence en termes de douleur.

Les données sont insuffisantes pour déterminer si le fait de prendre des bains d’eau minérale a un effet sur la fonction physique ou la qualité de vie des personnes.
Le ressenti général des personnes et les effets secondaires n’ont pas été mesurés dans ces études.

Qu’est-ce que l’arthrose et qu’est-ce que la balnéothérapie ?
L’arthrose est une maladie des articulations. Lorsque les articulations perdent du cartilage, l’os tente de réparer le dommage. Au lieu d'améliorer la situation, l'os se développe anormalement et empire les choses. L’os peut notamment se déformer et rendre l’articulation douloureuses et instable.
Les médecins pensaient généralement que l’arthrose était due à l’usure du cartilage. Cependant, on estime actuellement qu’il s’agit d’une maladie de toute l’articulation. L'arthrose est l'une des formes d'arthrite les plus courantes et affecte autant d'hommes que de femmes. Pour de nombreuses personnes, l’arthrose est l’une des principales causes d’incapacité à long terme.

La balnéothérapie, ou hydrothérapie, est un traitement ancien et populaire. Elle implique de passer du temps dans une piscine intérieure remplie d'eau minérale à une température comprise entre 31 et 34 degrés Celsius (88 à 93 degrés Fahrenheit). Différentes eaux minérales peuvent être employées pour ce traitement.

Conclusions des auteurs : 

Nous avons trouvé des preuves limitées, de niveau « argent », (www.cochranemsk.org) des effets bénéfiques des bains d’eau minérale par rapport à l’absence de traitement. Pour tous les autres traitements de balnéothérapie, aucun effet évident n’a été trouvé. Cependant, les preuves scientifiques sont faibles attendu la faible qualité méthodologique et l’absence d’une analyse statistique et d’une présentation des données adaptées. Par conséquent les « conclusions positives » mentionnées doivent être prises avec précaution.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La balnéothérapie (hydrothérapie ou bains d’eau minérale) est l’une des thérapies les plus anciennes recommandées aux personnes atteintes d'arthrite. L’un des objectifs de la balnéothérapie est de calmer la douleur, pour ainsi soulager la souffrance des patients et leur permettre de se sentir mieux. Dans cette mise à jour, nous avons inclus une étude supplémentaire.

Objectifs : 

Évaluer l’efficacité de la balnéothérapie chez les patients atteints d’arthrose.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué une recherche dans les bases de données suivantes jusqu’en octobre 2006 : EMBASE, PubMed, la base de données Cochrane dans le champ « rééducation et thérapies connexes », PEDro, CENTRAL (Numéro 3, 2006) ; nous avons également vérifié les références et pris contact avec les auteurs pour identifier des études éligibles.

Critères de sélection : 

Essais contrôlés randomisés (ECR) comparant la balnéothérapie à tout type d’intervention ou à l’absence d’intervention. Au moins 90% des patients étaient atteints d’arthrose avérée.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont évalué la qualité et extrait les données indépendamment. Les divergences ont été résolues par consensus. En cas d’hétérogénéité clinique ou de manque de données, nous n’avons pas effectué de synthèse statistique.

Résultats principaux : 

Sept essais (498 patients) ont été inclus dans cette revue. Deux études comparaient un traitement de balnéothérapie et l’absence de traitement. Une étude évaluait les bains en tant que traitement complémentaire à des exercices à domicile, et une autre étude comparait l'eau thermale de Cserkeszölö et de l’eau courante (placebo). Trois études évaluaient les bains soufrés ou d’eau de la Mer Morte par rapport à l’absence de traitement ou des bains d’eau minérale par rapport à des bains d'eau courante ou à l'absence de traitement. Une seule étude a réalisé une analyse de l’intention de traiter et deux études ont fourni des données pour que nous puissions réaliser une analyse de l’intention de traiter. Un essai a rapporté un résultat de « qualité de vie ».

Nous avons trouvé :

des preuves limitées (niveau « argent ») des effets bénéfiques sur la douleur, la qualité de vie et la prise d’analgésiques des bains d’eau minérale par rapport à l’absence de traitement (DMS entre 1,82 et 0,34).
une différence statistique en termes de douleur et de fonction des bains d’eau de la Mer Morte + bains soufrés versus l’absence de traitement, uniquement à la fin du traitement (DMP 5,7, IC à 95% entre 3,3 et 8,1), mais pas lors du suivi à 3 mois (DMP 2,6, IC à 95% entre -1,1 et 6,3).
aucune différence statistiquement significative en termes de douleur ou de fonction à un ou trois mois pour les bains de la Mer Morte versus l’absence de traitement (DMP 0,5, IC à 95% entre -0,6 et 1,6) ou à un ou trois mois pour les bains soufrés versus l’absence de traitement (DMP 0,4, IC à 95% entre -0,9 et 1,7).


Les événements indésirables n’ont pas été mesurés dans ces études.

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.