Tube de drainage après le retrait des ganglions lymphatiques de l'aisselle pour un cancer du sein

Le cancer le cancer du sein est l'une des tumeurs malignes les plus courantes chez les femmes, et la cause d'un grand nombre de décès dans le monde chaque année. Parfois, une partie essentielle de la prise en charge du cancer du sein comprend le retrait chirurgical des ganglions lymphatiques de l'aisselle, appelé « dissection axillaire », ou parfois aussi « lymphadénectomie axillaire ». Cette opération peut être nécessaire si le cancer s'est propagé à l'aisselle (métastases). Une des conséquences du retrait de certains ou de tous ces ganglions lymphatiques est qu'une accumulation de liquide appelée sérome peut se développer dans l'aisselle. Cela peut provoquer une gêne et peut nécessiter un drainage (également appelé aspiration). D'autres complications peuvent être un risque d'infection, des saignements et un lymphSdème du bras. Une stratégie qui est largement utilisés pour tenter de réduire ces complications est l'insertion d'un drain en plastique dans l'aisselle pendant l'intervention chirurgicale, ce qui permet au liquide qui s'accumule dans l'aisselle d'être évacué. Cependant, l'intérêt de ces drains est débattu parmi les chirurgiens car ils peuvent provoquer des douleurs et une gêne et pourrait retarder la sortie d'hôpital.

Cette revue Cochrane a pour objectif de déterminer si l'insertion de drains réduit les taux de complication ou est associée à un risque ou à des effets indésirables. Nous avons analysé sept essais contrôlés randomisés portant sur 960 participantes qui comparaient une insertion de drains avec une absence de drainage après une lymphadénectomie axillaire pour le traitement du cancer du sein. Nous avons trouvé que le risque de développer un sérome si un drain était insérée était plus faible qu'en l'absence de drainage (0,46 fois moins de chances), et que le nombre d'aspirations nécessaires (en utilisant une aiguille pour drainer le liquide du sérome lors d'une consultation) était plus faible (en moyenne 0,79 de moins par participant). Ces effets bénéfiques doivent être mis en mis en regard avec une durée d'hospitalisation plus longue en moyenne de 1,47 jours dans la population drainée, bien que de plus en plus des patientes puissent sortir de l'hôpital avec leurs drain en place, qui sera retiré plus tard. Le risque d'infection, le volume de liquide aspiré et les fréquences de lymphSdème (gonflement du bras) ou d'hématome (contusion) ne différaient pas entre les participantes avec et sans drain.

Conclusions des auteurs : 

Il existe des preuves de qualité limitée indiquant que l'insertion d'un drain après une lymphadénectomie axillaire réduit les risques de développer un sérome et réduit le nombre d'aspirations postopératoire de sérome. Ces bénéfices doivent être mis en regard avec une augmentation de la durée du séjour hospitalier dans la population drainée.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La dissection axillaire est souvent utilisée dans le cancer du sein. Nous ne savons pas avec certitude si l'insertion d'un drain réduit les taux de complications.

Objectifs : 

Évaluer les effets du drainage des plaies après dissection des ganglions axillaires dans le cancer du sein sur l'incidence de la formation de sérome postopératoire. Les critères de jugement secondaires incluaient l'incidence d'infection et la durée du séjour hospitalier.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans les registres des groupes Cochrane spécialisés sur les blessures et le cancer du sein (22 février 2013), MEDLINE (de 1950 jusqu'au 22 février 2013), EMBASE (de 1966 au 22 février 2013), l'International Clinical Trials Registry Platform (ICTRP) de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et ClinicalTrials.gov (22 février 2013) sur tous les essais enregistrés de manière prospective et en cours (22 février 2013). Les références bibliographiques des études incluses ont été examinées manuellement par deux auteurs indépendants de la revue pour rechercher des essais éligibles supplémentaires.

Critères de sélection : 

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant le drainage des plaies par rapport à l'absence de drainage des plaies chez des patientes après dissection des ganglions axillaires pour le traitement d'un cancer du sein ont été inclus. Tous les stades de la maladie ont été considérés. Une chirurgie de conservation du sein et une mastectomie ont été considérés. Les patientes chez qui une biopsie d'un ganglion « sentinelle » était réalisée sans dissection des ganglions axillaires n'ont pas été incluses. Aucune limite n'a été appliquée sur la langue ou le lieu de l'étude. Deux auteurs de la revue ont indépendamment déterminé l'éligibilité de chaque étude.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment extrait les données pour chaque étude incluse à l'aide d'un formulaire d'extraction des données établi a priori, et ont évalué le risque de biais à l'aide de l'outil « Risque de biais » de la collaboration Cochrane. Les discordances ont été résolues par consensus avec un troisième auteur de la revue. Les variables dichotomiques ont été analysées à l'aide d'un modèle de Mantel-Haenszel pour estimer des rapports de cotes (RC). Les variables continues ont été analysées en utilisant un modèle pondéré par l'inverse de la variance pour estimer une différence moyenne (DM).

Résultats principaux : 

Sept ECR portant sur 960 participants ont été identifiés. La qualité des essais était généralement faible, avec plusieurs études présentant un risque de biais de sélection, et aucune des études n'ayant utilisé de procédure d'aveugle au cours du traitement ou de l'évaluation des critères de jugement. Il y avait un niveau élevé d'hétérogénéité statistique entre les études, ce qui diminue la fiabilité des résultats. Le RC pour la formation de sérome était de 0,46 (intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,23 à 0,91 ; P =0,03) en faveur d'une réduction de l'incidence de sérome chez les participantes avec un drain. Il n'y avait aucune différence significative sur les taux d'infection entre les groupes drainage et absence de drainage (RC =0,70 ; IC à 95 % 0,44 à 1,12, P =0,14). La différence moyenne de la durée du séjour hospitalier, rapportée dans quatre essais portant sur 600 participants, était plus importante de 1,47 jours dans la population drainée (IC à 95 % 0,67 à 2,28, P =0,0003). Le nombre d'aspirations postopératoire de sérome était en moyenne 0,79 de moins dans la population drainée (IC à 95 % 1,23 à 0,35 de moins, P =0,0004) dans deux essais impliquant 212 participants. Aucune différence significative du volume des aspirations de sérome n'a été rapportée (DM -19.44, IC à 95 % -59.45 à 20.57, P =0,34) dans trois essais incluant 519 participants. Aucune différence significative d'incidence de lymphSdème n'a été montrée (RC 2,31 en faveur de l'absence de drainage, IC à 95% 0,47 à 11,37 ; P =0,30), avec seulement six cas rapportés dans trois essais de 360 participants au total, ni aucune différence significative en termes d'incidence d'hématome (OR 1,68, IC à 95 % 0,33 à 8.51, P =0,53), avec seulement cinq cas rapportés dans deux essais portant sur 314 participants.

Notes de traduction : 
Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.