Interventions de conseil et d'éducation pour stimuler l’observance thérapeutique dans la tuberculose

Beaucoup de personnes ne prennent pas leurs médicaments tels qu'ils leur ont été prescrits. Les conséquences de ceci pour les infections chroniques et invalidantes comme la tuberculose sont graves et peuvent comprendre des périodes prolongées de contagiosité, de rechute, d'émergence de souches de Mycobacterium tuberculosis résistants aux médicaments, et une augmentation de la morbidité et de la mortalité. Notre revue a considéré des essais portant sur l'éducation et le conseil pour stimuler l’observance du traitement de la tuberculose aussi bien latente (dormante) qu'active.

Nous avons identifié trois essais, dont les données étaient de très faible qualité et impliquant un total de 1 437 participants, ayant évalué des interventions d'éducation et de conseil pour stimuler l’observance jusqu'à la fin de la prise des médicaments dans le traitement de la tuberculose latente. Deux de ces études ont mis en lumière un effet bénéfique de l'éducation et du conseil sur l’observance du traitement médicamenteux, tandis qu'une autre n'a pas rapporté cet effet.

Il existait d'importantes différences entre les essais par rapport aux populations ciblées, aux interventions choisies et aux critères mesurés. Les preuves existantes sont insuffisantes pour orienter la politique relative à l'utilisation de l'éducation et du conseil pour stimuler l’observance du traitement de la tuberculose.

Conclusions des auteurs : 

Les interventions d'éducation ou de conseil peuvent améliorer l'achèvement du traitement contre la tuberculose latente. Comme on pouvait s'y attendre, l'ampleur du bénéfice est susceptible de dépendre de la nature de l'intervention, ainsi que des raisons expliquant les faibles taux d'achèvement dans le contexte spécifique.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La non-observance du traitement de la tuberculose peut conduire à des périodes prolongées de contagiosité, de rechute, d'émergence de résistance aux médicaments, et à une augmentation de la morbidité et de la mortalité. Dans cette revue, nous évaluons si les interventions d'éducation ou de conseil, ou les deux, à destination des patients stimulent l’observance du traitement dans la tuberculose.

Objectifs : 

Évaluer les effets des interventions d'éducation ou de conseil, ou des deux, à destination des patients sur l'achèvement du traitement et la guérison chez les personnes nécessitant un traitement contre la tuberculose active ou latente.

Stratégie de recherche documentaire : 

Sans restriction concernant la langue, nous avons recherché des études éligibles dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les maladies infectieuses, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE et LILACS ; nous avons vérifié les listes bibliographiques des articles pertinents ; et nous avons contacté les chercheurs et les organisations travaillant dans ce domaine jusqu'au 24 novembre 2011.

Critères de sélection : 

Des essais contrôlés randomisés examinant les effets des interventions d'éducation ou de conseil, ou des deux, sur l'achèvement du traitement et la guérison chez les personnes atteintes de tuberculose clinique ; et sur l'achèvement du traitement et la tuberculose clinique chez les personnes ayant une maladie latente.

Recueil et analyse des données : 

Nous avons indépendamment examiné l'éligibilité des études identifiées, évalué la qualité méthodologique et extrait des données, dont les différences ont été résolues par consensus. Nous avons exprimé les résultats des études sous la forme de risques relatifs (RR) avec intervalle de confiance (IC) à 95 %.

Résultats principaux : 

Nous avons trouvé trois essais, totalisant 1 437 participants, ayant examiné les effets de différentes interventions d'éducation et de conseil pour l'observance du traitement contre la tuberculose latente.

Les trois essais rendaient tous compte de la proportion de personnes qui avaient réussi à achever le traitement contre la tuberculose latente. Globalement, les interventions d'éducation et de conseil peuvent améliorer l'achèvement du traitement réussi mais l'ampleur du bénéfice est susceptible de varier en fonction de la nature de l'intervention, et du contexte (données non combinées, 923 participants, trois essais, données de faible qualité).

Dans un essai à quatre bras portant sur des enfants en Espagne, les conseils donnés par le personnel infirmier au téléphone ont augmenté la proportion d'enfants achevant le traitement de 65 % à 94 % (RR 1,44 ; IC à 95 % 1,21 à 1,72 ; 157 participants, un essai), et les conseils donnés par le personnel infirmier dans le cadre de visites à domicile ont augmenté l'achèvement jusqu'à 95 % (RR 1,46 ; IC à 95 % 1,23 à 1,74 ; 156 participants, un essai). Ces deux interventions étaient supérieures aux conseils fournis par les médecins à la clinique de traitement de la tuberculose (RR 1,20 ; IC à 95 % 0,98 à 1,47 ; 159 participants, un essai).

Aux États-Unis, un programme de conseils fournis par des pairs à destination des adolescents n'est pas parvenu à mettre en lumière un effet sur les taux d'achèvement du traitement à six mois (RR 1,01 ; IC à 95 % 0,90 à 1,13 ; 394 participants, un essai). Dans cet essai, l'achèvement du traitement était d'environ 75 % même dans le groupe témoin.

Dans la troisième étude, portant sur des prisonniers aux États-Unis, l'achèvement du traitement était très faible dans le groupe témoin (12 %), et bien que les conseils l'aient considérablement amélioré, l'achèvement dans le groupe bénéficiant des interventions demeurait faible à 24 % (RR 1,94 ; IC à 95 % 1,03 à 3,68 ; 211 participants, un essai).

Aucun de ces essais n'avait pour objectif d'évaluer l'effet de ces interventions sur le développement ultérieur de la tuberculose active, et nous n'avons trouvé aucun essai ayant évalué les effets des interventions d'éducation ou de conseil à destination des patients sur l'observance du traitement contre la tuberculose active.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.