Prise en charge par les proches pour la sécurité, la stabilité et le bien-être des enfants maltraités

La violence et la négligence envers les enfants sont des problèmes courants dans le monde qui entraînent des conséquences négatives pour les enfants, les familles et les communautés. Les enfants qui ont été victimes d'abus ou de négligences sont souvent retirés de la maison et placés en résidence ou dans une autre famille, y compris en famille d'accueil. Les familles d'accueil étaient traditionnellement recrutées par les travailleurs sociaux dans la communauté spécifiquement pour prendre soin d'enfants dont les parents ne pouvaient s'occuper. Ces familles n'avaient typiquement aucun lien de parenté avec les enfants placés chez eux, et ne les connaissaient pas avant l'organisation du placement. Ces dernières années, de nombreuses sociétés ont introduit des politiques favorisant le placement des enfants qui ne peuvent vivre à domicile avec d'autres membres de leur famille ou avec des amis de la famille. Cette pratique est appelée « prise en charge par les proches » ou « placement dans la famille ou chez des amis ». On ne sait pas quel type de prise en charge hors du domicile (placement) est le meilleur pour les enfants.

Cette revue a été conçue pour aider à déterminer si les études de recherche pouvaient nous indiquer le meilleur type de placement. Nous avons identifié 102 études portant sur 666 615 enfants qui répondaient aux normes méthodologiques acceptables pour nous. Lorsque cela était possible, nous avons combiné les données issues d'études examinant le même critère de jugement relatif à l'enfant, afin de renforcer notre confiance en ce que la recherche disait. Les meilleures preuves actuellement disponibles suggèrent que les enfants pris en charge par les proches pourraient avoir de meilleurs résultats que les enfants placés en famille d'accueil traditionnelle en termes de développement comportemental, de santé et de fonction mentales, et de stabilité de placement. Les enfants placés en famille d'accueil traditionnelle pourraient mieux évoluer en ce qui concerne l'adoption et l'obtention de services dont ils peuvent avoir besoin. Les enfants pris en charge par les proches n'ont pas ressenti d'effets négatifs. La principale limitation de cette revue systématique est que la qualité de la recherche sur la prise en charge par les proches est affaiblie par la faiblesse méthodologique des études incluses. Les implications pour la pratique et les recherches futures sont examinées.

Conclusions des auteurs : 

Cette revue étaye la pratique consistant à considérer la prise en charge par les proches comme une option valable pour le placement hors du domicile des enfants qui en ont été retirés en raison de maltraitances. Toutefois, cette conclusion doit être tempérée à cause des faiblesses marquées dans la méthodologie et la conception des études incluses.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Chaque année un grand nombre d'enfants à travers le monde sont retirés de leur domicile car ils sont victimes de maltraitances. Les agences de la protection de l'enfance sont responsables du placement de ces enfants dans des environnements hors du domicile favorisant la sécurité, la stabilité et le bien-être. Toutefois, les enfants placés hors du domicile présentent typiquement plus de troubles éducatifs, comportementaux et psychologiques que leurs pairs, bien qu'il soit difficile de savoir si cela résulte du placement lui-même, des maltraitances qui l'ont précipité, ou de lacunes dans le système de protection de l'enfance.

Objectifs : 

Évaluer l'effet de la prise en charge par les proches par rapport au placement en famille d'accueil sur la sécurité, la stabilité et le bien-être des enfants placés hors du domicile en raison de maltraitances.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes pour cette revue mise à jour le 14 mars 2011 : le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, PsycINFO, CINAHL, Sociological Abstracts, Social Science Citation Index, ERIC, Conference Proceedings Citation Index-Social Science and Humanities, ASSIA, et Dissertation Express. Nous avons effectué une recherche manuelle dans les journaux pertinents sur le travail social ainsi que dans les références bibliographiques des revues de littérature publiée, et contacté des auteurs.

Critères de sélection : 

Études contrôlés expérimentales et quasi expérimentales dans lesquelles des enfants retirés du domicile en raison de maltraitances et pris en charge par les proches ont été comparés avec des enfants placés en famille d'accueil sans lien de parenté sur les critères de jugement relatifs à l'enfant dans les domaines du bien-être, de la stabilité ou de la sécurité.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment lu les titres et résumés identifiés dans les recherches et sélectionné les études appropriées. Deux auteurs de la revue ont évalué l'éligibilité de chaque étude dans la collection de preuves et ensuite évalué la qualité méthodologique des études incluses. Pour finir, nous avons extrait les données de résultats et les avons saisies dans le logiciel Review Manager 5 (RevMan) pour une méta-analyse dont les résultats sont présentés sous forme écrite et graphique.

Résultats principaux : 

Cent-deux études quasi expérimentales avec 666 615 enfants sont incluses dans cette revue. L'analyse du risque de biais indique que la collection de preuves contient des études à risque incertain de biais de sélection, de performance, de détection, de notification et d'attrition, le risque le plus élevé étant associé au biais de sélection et le risque le plus faible au biais de notification. Les données de résultats suggèrent que les enfants pris en charge par les proches présentent moins de troubles comportementaux (différence moyenne standardisée dans l'ampleur de l'effet de -0,33, intervalle de confiance à 95 % (IC) de -0,49 à -0,17) et mentaux (rapport des cotes (RC) 0,51, IC à 95 % 0,42 à 0,62), un meilleur bien-être (RC 0,50, IC à 95 % 0,38 à 0,64) et moins d'interruptions dans le placement (RC 0,52, IC à 95 % 0,40 à 0,69) par rapport aux enfants placés en famille d'accueil sans lien de parenté. En ce qui concerne la stabilité, il n'y avait aucune différence dans les taux de réunification, bien que les enfants en famille d'accueil sans lien de parenté étaient plus susceptibles d'être adoptés (RC 2,52, IC à 95 % 1,42 à 4,49), tandis que les enfants pris en charge par les proches étaient plus susceptibles d'être mis sous tutelle (RC 0,26, IC à 95 % 0,17 à 0,40). Pour finir, les enfants placés en famille d'accueil sans lien de parenté étaient plus susceptibles de recourir à des services de santé mentale (RC 1,79, IC à 95 % 1,35 à 2,37).

Notes de traduction : 
Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.