Soins en collaboration pour les personnes souffrant de dépression et d'anxiété

De nombreuses personnes souffrent de dépression et d'anxiété. Ces problèmes peuvent rendre les gens tristes, craintifs et même suicidaires, et peuvent avoir des répercussions sur leur travail, leurs relations et leur qualité de vie. La dépression et l'anxiété peuvent survenir en raison de problèmes personnels, financiers, sociaux ou de santé.

Les « soins en collaboration » sont un moyen novateur de traiter la dépression et l'anxiété. Ils impliquent un certain nombre de professionnels de la santé qui s'occupent d'un patient pour l'aider à surmonter ses problèmes. Les soins en collaboration impliquent souvent un médecin, un responsable de cas (ayant une formation sur la dépression et l'anxiété), et un spécialiste en matière de santé mentale comme un psychiatre. Le responsable de cas est en contact régulier avec la personne et organise les soins, en collaboration avec le médecin et le spécialiste. Le responsable de cas peut offrir de l'aide avec un traitement médicamenteux, ou l'accès à une « thérapie par la parole » afin d'aider le patient à se sentir mieux.

Les soins en collaboration ont été testés chez des patients dans un certain nombre de pays et de systèmes de soins de santé, mais on ne sait pas s'ils devraient être recommandés chez les personnes souffrant de dépression ou d'anxiété.

Dans cette revue nous avons trouvé 79 essais contrôlés randomisés (ECR) (90 comparaisons) incluant 24 308 patients dans le monde entier, comparant les soins en collaboration aux soins de routine ou aux traitements alternatifs (comme la consultation-liaison) pour la dépression et l'anxiété. Des problèmes ont été rencontrés avec les méthodes dans certaines études. Par exemple, les méthodes utilisées pour assigner les patients aux soins en collaboration ou aux soins de routine n'étaient pas toujours exemptes de biais, et de nombreux patients n'ont pas terminé le suivi ou fourni d'informations sur leurs résultats. La plupart des études se sont concentrées sur la dépression et les preuves suggèrent que les soins en collaboration sont plus efficaces que les soins de routine pour l'amélioration de la dépression jusqu'à deux ans. Un plus petit nombre d'études ont examiné l'effet des soins en collaboration sur l'anxiété et les preuves suggèrent que les soins en collaboration sont également plus efficaces que les soins habituels pour l'amélioration de l'anxiété jusqu'à deux ans. Les soins en collaboration augmentent le nombre de patients ayant recours à un traitement médicamenteux en ligne avec les directives actuelles, et peuvent améliorer la qualité de vie liée à la santé mentale. Les patients souffrant de dépression et d'anxiété traités par des soins en collaboration sont également davantage satisfaits de leur traitement.

Conclusions des auteurs : 

Les soins en collaboration sont associés à une amélioration significative des résultats pour la dépression et l'anxiété par rapport aux soins habituels, et représentent un complément utile aux parcours cliniques chez les patients adultes souffrant de dépression et d'anxiété.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

On estime que les problèmes de santé mentale courants, comme la dépression et l'anxiété, affectent jusqu'à 15 % de la population du Royaume-Uni à tout moment, et les systèmes de soins de santé dans le monde ont besoin de mettre en œuvre des interventions afin de réduire l'impact et le fardeau de ces affections. Les soins en collaboration sont une intervention complexe, basée sur les modèles de prise en charge des maladies chroniques qui peuvent être efficaces dans la prise en charge de ces problèmes de santé mentale courants.

Objectifs : 

Évaluer l'efficacité des soins en collaboration chez les patients souffrant de dépression et d'anxiété.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes jusqu'au mois de février 2012 : les registres d'essais du groupe Cochrane sur la dépression, l’anxiété et la névrose (CCDAN) (références CCDANCTR et études CCDANCTR) qui comprennent des essais contrôlés randomisés (ECR) pertinents provenant de MEDLINE (de 1950 à aujourd'hui), EMBASE (de 1974 à aujourd'hui), PsycINFO (de 1967 à aujourd'hui) et le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, toutes les années) ; le portail des essais de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) (ICTRP) ; ClinicalTrials.gov ; et CINAHL (jusqu'à novembre 2010 uniquement). Nous avons examiné les bibliographies des rapports de toutes les études incluses et des revues systématiques publiées, à la recherche de rapports d'études supplémentaires.

Critères de sélection : 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) de soins en collaboration chez des participants de tous âges souffrant de dépression ou d'anxiété.

Recueil et analyse des données : 

Deux chercheurs indépendants ont extrait les données en utilisant un formulaire standardisé d'extraction de données. Deux chercheurs indépendants ont réalisé des évaluations du « risque de biais » en utilisant les critères de la Cochrane Collaboration. Nous avons combiné les mesures de critères de jugement continues en utilisant les différences moyennes standardisées (DMS) avec intervalle de confiance (IC) à 95 %. Nous avons combiné les mesures dichotomiques en utilisant le risque relatif (RR) avec IC à 95 %. Les analyses de sensibilité ont testé la robustesse des résultats.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus soixante-dix-neuf ECR (incluant 90 comparaisons pertinentes) impliquant 24 308 participants dans la revue. Les études variaient en termes de risque de biais.

Les résultats des analyses principales ont mis en évidence une amélioration significativement plus importante des résultats pour la dépression chez les adultes souffrant de dépression traités avec le modèle de soins en collaboration à court terme (DMS -0,34, IC à 95 % -0,41 à -0,27 ; RR 1,32, IC à 95 % 1,22 à 1,43), à moyen terme (DMS -0,28, IC à 95 % -0,41 à -0,15 ; RR 1,31, IC à 95 % 1,17 à 1,48), et à long terme (DMS -0,35, IC à 95 % -0,46 à -0,24 ; RR 1,29, IC à 95 % 1,18 à 1,41). Toutefois, ces bénéfices significatifs n'ont pas été démontrés à très long terme (RR 1,12, IC à 95 % 0,98 à 1,27).

Les résultats ont montré également une amélioration significativement plus importante des résultats pour l'anxiété chez les adultes souffrant d'anxiété traités avec le modèle de soins en collaboration à court terme (DMS -0,30, IC à 95 % -0,44 à -0,17 ; RR 1,50, IC à 95 % 1,21 à 1,87), à moyen terme (DMS -0,33, IC à 95 % -0,47 à -0,19 ; RR 1,41, IC à 95 % 1,18 à 1,69), et à long terme (DMS -0,20, IC à 95 % -0,34 à -0,06 ; RR 1,26, IC à 95 % 1,11 à 1,42). Aucune comparaison n'a examiné les effets de l'intervention sur les résultats pour l'anxiété à très long terme.

Il existait des preuves d'un bénéfice dans les résultats secondaires incluant l'usage d'un traitement médicamenteux, la qualité de vie liée à la santé mentale, et la satisfaction des patients, bien qu'il y ait eu moins de preuves d'un bénéfice en termes de qualité de vie physique.

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.