Les solutions de réhydratation orale à base d'aliments pour la diarrhée aiguë

Conclusions des auteurs : 

Les SRO à base de polymères montrent des avantages par rapport aux SRO à base de glucose (à une osmolarité ≥ 310 mOsm/L). Les comparaisons étaient en faveur des SRO à base de polymères par rapport aux SRO lorsque l'osmolarité était ≤ 270, mais l'analyse manquait de puissante statistique.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La diarrhée aiguë est l'une des principales causes de morbidité et de mortalité chez les enfants dans les pays à faible revenu. Les solutions de réhydratation orales à base de glucose (SRO) permettent de remplacer les liquides perdus et de prévenir la déshydratation causée par la diarrhée aiguë. Depuis 2004, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande des mélanges ayant une osmolarité de moins de 270 mOsm/L (SRO ≤ 270) plutôt que des mélanges ayant une osmolarité supérieure à 310 mOsm/L (SRO ≥ 310). Les SRO à base de polymères (par exemple, préparés en utilisant du riz ou du blé) libèrent lentement le glucose et pourraient être supérieurs aux SRO à base de glucose.

Objectifs : 

Comparer les solutions de réhydratation orale à base de polymères (SRO à base de polymères) avec une solution de réhydratation orale à base de glucose (SRO à base de glucose) pour le traitement de la diarrhée aqueuse aiguë.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans les sources suivantes jusqu'au 5 septembre 2016 : le registre des essais du groupe Cochrane sur les maladies infectieuses (registre spécialisé CIDG), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (la bibliothèque Cochrane 2016, numéro 9), MEDLINE (de 1966 au 5 septembre 2016), EMBASE (de 1974 au 5 septembre 2016), LILACS (de 1982 au 5 septembre 2016) et mRCT (de 2007 au 5 septembre 2016). Nous avons également contacté des chercheurs, des organisations et des laboratoires pharmaceutiques, et consulté les références bibliographiques.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur des personnes souffrant de diarrhée aqueuse aiguë (induite par le choléra ou associée à d'autres causes) qui comparaient les SRO à base de polymères et de glucose (dont les contenus électrolytiques étaient identiques).

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué les résultats de la recherche et le risque de biais et extrait les données. Dans les groupes avec deux ou plusieurs groupes de traitement, nous avons combiné les résultats de façon appropriée et réalisé des comparaisons collectives par rapport au groupe témoin.

Résultats principaux : 

Trente-cinq essais portant sur 4284 participants remplissaient les critères d'inclusion : 28 essais portaient exclusivement sur des enfants, cinq incluaient des adultes, et deux incluaient des adultes et des enfants.

Les SRO à base de polymères comparés aux SRO à base de glucose (osmolarité ≤ 270)

Huit essais (752 participants) avaient évalué cette comparaison, et sept essais utilisaient le riz comme polymère de base. Les SRO à base de polymères pourraient réduire la quantité moyenne des selles excrétées dans les premières 24 heures de 24 ml/kg (différence moyenne (DM) -24,60 ml/kg, IC à 95 % -40,69 à -8,51 ; un essai, 99 participants, preuves de faible qualité). La durée moyenne de la diarrhée peut être réduite de huit heures (DM -8,24 heures, IC à 95 % de -13,17 à -3,30 ; statistique I² = 86 %, cinq essais, 364 participants, preuves de faible qualité) avec un SRO à base de polymères, mais les résultats sont hétérogènes. Des essais limités n'ont pas montré de différences dans le risque d'utilisation non-planifiée de liquides par voie intraveineuse (RR 0,66, IC à 95 % 0,43 à 1,02; I² = 30 %; quatre essais, 376 participants, preuves de très faible qualité), de vomissements (preuves de très faible qualité), et d'hyponatrémie (preuves de très faible qualité).

Les SRO à base de polymères comparés aux SRO à base de glucose (osmolarité ≥ 310)

Vingt-sept essais (3532 participants) avaient évalué cette comparaison en utilisant une variété de polymères. En moyenne, un SRO à base de polymères peut réduire le volume total des selles dans les premières 24 heures d'environ 65 ml/kg (DM -65,47 ml/kg, IC à 95 % de -83,92 à -47,03 ; 16 essais, 1483 participants, preuves de faible qualité), et pourrait réduire la durée des diarrhées d'environ huit heures (DM de -8,57 heures; SD de -13,17 à -4,03 ; 16 essais, 1137 participants, preuves de faible qualité), avec une hétérogénéité substantielle. La proportion de participants qui nécessitaient une hydratation intraveineuse était faible dans la plupart des essais avec moins de personnes dans le groupe du SRO à base de polymères (RR 0,75, IC à 95 % 0,57 à 0,98 ; 19 essais, 1877 participants, preuves de faible qualité). L'analyse en sous-groupes par type d'agent pathogène a suggéré un effet sur l'usage non-planifié de liquides par voie intraveineuse chez les personnes infectées par des agents pathogènes mixtes (RR 0,63, IC à 95 % 0,41 à 0,96 ; 11 essais, 928 participants, preuves de faible qualité), mais pas chez les participants ayant un résultat positif pour l'infection à la bactérie Vibrio cholerae (RR 0,94, IC à 95 % 0,66 à 1,34 ; 7 essais, 535 participants, preuves de faible qualité). Aucune différence n'a été observée quant au nombre de patients ayant développé des vomissements (RR 0,91, IC à 95 % 0,72 à 1,14 ; 10 essais, 584 participants, preuves de très faible qualité), une hyponatrémie (RR 1,82, IC à 95 % 0,52 à 6,44 ; 4 essais, 385 participants, preuves de très faible qualité), une hypokaliémie (RR 1,29, IC à 95 % 0,74 à 2,25 ; 2 essais, 260 participants, preuves de faible qualité), ou des diarrhées persistantes (RR 1,28, IC à 95 % 0,68 à 2,41 ; 2 essais, 885 participants, preuves de très faible qualité).

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.