Utilisation de la toxine botulique pour le traitement du strabisme

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Le strabisme est une affection qui se caractérise par le non-alignement des yeux ; l'œil peut dévier vers l'intérieur, vers l'extérieur, vers le haut ou vers le bas. Le strabisme peut se développer pendant l'enfance ou se manifester à l'âge adulte. Les options de traitement incluent un traitement oculaire, le port de lunettes ou de prismes, l'occlusion, l'utilisation de toxine botulique ou une intervention chirurgicale, afin de réduire la déviation oculaire. À l'heure actuelle, il n'existe aucune recommandation claire concernant l'utilisation de toxine botulique pour le traitement du strabisme.

Cette revue a trouvé quatre essais contrôlés randomisés comparant la toxine botulique à un autre traitement ou l'absence de traitement. Les résultats ont montré l'absence d'une utilisation prophylactique de la toxine botulique pour le traitement d'une paralysie du sixième nerf crânien, des effets quasi nuls pour des cas de strabisme horizontal sans vision binoculaire chez des adultes et aucune différence en termes de réponse pour le retraitement d'une ésotropie infantile ou des premiers signes d'une ésotropie aiguë. Il était impossible de déterminer le rapport dose-effet en raison des différents types et doses de toxines botuliques utilisés dans chaque essai. Les complications liées à l'utilisation de la toxine botulique (Botox™ ou Dysport™) incluaient un ptosis transitoire, une déviation verticale et des taux combinés pour ces complications compris entre 24 % et 55,54 %. Cette revue a identifié le besoin d'identifier des essais contrôlés randomisés supplémentaires afin d'obtenir davantage de preuves fiables concernant une utilisation efficace de la toxine botulique pour le traitement du strabisme.

Conclusions des auteurs : 

Une grande partie de la littérature publiée concernant l'utilisation de la toxine botulique pour le traitement du strabisme se compose d'études rétrospectives, d'études de cohorte ou de revues d'études de cas. Bien que celles-ci fournissent des informations descriptives utiles, l'efficacité de la toxine botulique comme modalité de traitement indépendante doit être clarifiée. Quatre ECR concernant l'utilisation thérapeutique de la toxine botulique pour le traitement du strabisme ont montré plusieurs réponses pouvant aller d'un nombre de preuves insuffisantes en termes d'effets prophylactiques de la toxine botulique pour le traitement d'une paralysie du sixième nerf crânien, à une réponse médiocre chez les patients atteints de strabisme horizontal sans vision binoculaire et à l'absence de différences en termes de réponse chez les patients exigeant un retraitement en raison d'une ésotropie acquise ou infantile. Il était impossible d'obtenir des informations sur le rapport dose-effet. Les taux de complication concernant l'utilisation du Botox™ ou du Dysport™ variaient de 24 % à 55,54 %.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'utilisation de la toxine botulique comme modalité d'enquête et de traitement du strabisme est largement documentée dans la littérature médicale. Toutefois, son efficacité est incertaine comparée à d'autres options de traitement du strabisme.

Objectifs : 

Évaluer l'efficacité de la toxine botulique pour le traitement du strabisme par rapport à des options de traitement alternatives, étudier le rapport dose-effet et les taux de complication.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (qui contient le registre des essais du groupe Cochrane sur l'œil et la vision) (The Cochrane Library 2011, numéro 11), MEDLINE (de janvier 1950 à décembre 2011), EMBASE (de janvier 1980 à décembre 2011), Latin American and Caribbean Literature on Health Sciences (LILACS) (de janvier 1982 à décembre 2011), le méta-registre des essais contrôlés (mREC) (www.controlled-trials.com), ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov) et le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (ICTRP pour International Clinical Trials Registry Platform) (www.who.int/ictrp/search/fr). Aucune restriction concernant la langue ou la date n'a été appliquée aux recherches électroniques d'essais. Les dernières recherches dans les bases de données électroniques ont été effectuées le 5 décembre 2011. Nous avons également effectué des recherches manuelles dans l'Australian Orthoptic Journal and British et l'Irish Orthoptic Journal, ainsi que dans les actes de conférence de l'ESA, l'ISA et l'IOA. Nous avons essayé de contacter les chercheurs qui sont actifs dans ce domaine afin d'obtenir des informations concernant d'autres études publiées ou non publiées.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) concernant l'utilisation de la toxine botulique pour le traitement du strabisme.

Recueil et analyse des données : 

Chaque auteur de revue a évalué de manière indépendante les résumés des études identifiées suite aux recherches électroniques et manuelles. Les analyses des auteurs ont ensuite été comparées et des documents complets ont été obtenus pour les études correspondantes.

Résultats principaux : 

Nous avons trouvé quatre ECR éligibles pour l'inclusion. Deux essais ont trouvé qu'il n'y avait aucune différence entre l'utilisation de la toxine botulique et une intervention chirurgicale chez les patients exigeant un retraitement en raison d'une ésotropie acquise ou infantile. Il n'y avait aucune preuve concernant des effets prophylactiques de la toxine botulique dans un essai portant sur le traitement des premiers signes d'une paralysie aiguë du sixième nerf crânien. La toxine botulique présentait une réponse quasi nulle par rapport à une intervention chirurgicale dans un essai composé de patients exigeant un traitement pour leur strabisme horizontal sans vision binoculaire. Des complications signalées incluaient un ptosis, ainsi qu'une déviation verticale, et variaient de 24 % dans un essai utilisant du Dysport™ à 52,17 % et 55,54 % dans des essais utilisant du Botox™.

Notes de traduction : 

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.