Antibiotiques au moment de l'opération de la cataracte pour prévenir l'endophtalmie aiguë après l'opération

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

L'endophtalmie (inflammation de l'intérieur du globe oculaire due à une infection ou un traumatisme) est une complication de l'opération de la cataracte rare, mais pouvant entraîner une cécité. Elle est classiquement provoquée par des bactéries qui pénètrent dans l'œil pendant l'opération ou au cours des premiers jours suivant l'opération. Plusieurs mesures de prévention sont utilisées pour essayer de prévenir l'infection après l'opération. Plusieurs études ont examiné différents modes de prévention, tels que les types d'antibiotiques utilisés, le mode d'application ou de prise des antibiotiques et le moment de l'administration des antibiotiques au cours de l'opération.

Les auteurs ont recherché dans la littérature des essais contrôlés randomisés portant sur l'opération de la cataracte et évaluant l'administration d'antibiotiques peu de temps avant, pendant ou immédiatement après l'opération pour prévenir l'endophtalmie aiguë. Quatre essais totalisant 100 876 adultes et 131 cas d'endophtalmie ont répondu aux critères d'inclusion. Parmi ces quatre essais, deux ont rapporté des taux d'endophtalmie réduits lorsque des antibiotiques injectés dans l'œil étaient comparés à des antibiotiques administrés sous forme de gouttes ophtalmiques. Dans une étude, la pénicilline injectée dans l'œil a donné une réduction de 67 % de l'endophtalmie après l'opération. Dans l'étude ESCRS plus récente, du céfuroxime injecté dans l'œil a réduit le risque d'endophtalmie de 80 % à 90 % selon que des gouttes d'antibiotiques étaient également utilisées ou non. Cette étude fournit les meilleures preuves actuellement disponibles pour la prévention antibiotique de l'endophtalmie. Le céfuroxime est largement utilisé en Europe, mais de façon limitée aux Etats-Unis où certains médecins ont exprimés des inquiétudes quant au risque de contamination ou d'erreurs de dilution au cours du processus de composition (préparation des médicaments pour usage oculaire) qui pourrait provoquer une toxicité oculaire (préjudices). 

Du fait que les essais cliniques ayant des critères de jugement rares doivent recruter un grand nombre de participants et sont onéreux à mener, il est peu probable que des essais cliniques supplémentaires soient réalisés pour évaluer l'efficacité de l'antibioprophylaxie périopératoire pour prévenir l'endophtalmie aiguë après l'opération de la cataracte. Les praticiens doivent prendre en compte les preuves fournies par l'étude ESCRS indiquant que les antibiotiques injectés dans l'œil sont susceptibles de réduire le risque d'endophtalmie après une opération de la cataracte lorsqu'ils peuvent être obtenus et administrés de manière stérile.

Conclusions des auteurs : 

Plusieurs mesures de prévention de l'endophtalmie après l'opération de la cataracte ont été étudiées. L'une des études incluses, l'étude ESCRS (European Society of Cataract and Refractive Surgeons), a été réalisée en utilisant une technique chirurgicale contemporaine et a utilisé le céfuroxime, un antibiotique couramment employé dans de nombreux pays dans le monde. Les essais cliniques avec des critères de jugement rares nécessitent de très grandes tailles d'échantillons et sont assez coûteux à mener ; par conséquent, il est peu probable que des essais cliniques supplémentaires soient réalisés pour évaluer la prophylaxie actuellement disponible. Les praticiens doivent se fier aux preuves actuelles pour prendre des décisions éclairées quant aux choix de prophylaxie.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'endophtalmie est une grave inflammation des chambres antérieure et/ou postérieure de l'œil qui peut être stérile ou associée à une infection. Il s'agit d'une complication de l'opération de la cataracte dangereuse pour la vue. Les mesures prophylactiques contre l'endophtalmie ciblent différentes sources d'infection.

Objectifs : 

L'objectif de cette revue était d'évaluer les effets de l'antibioprophylaxie périopératoire contre l'endophtalmie après une opération de la cataracte.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué une recherche dans CENTRAL (qui contient le registre des essais du groupe Cochrane sur l'œil et la vision) (The Cochrane Library 2012, numéro 10), Ovid MEDLINE, Ovid MEDLINE In-Process and Other Non-Indexed Citations, Ovid MEDLINE Daily, Ovid OLDMEDLINE (de janvier 1950 à octobre 2012), EMBASE (de janvier 1980 à octobre 2012), Latin American and Caribbean Literature on Health Sciences (LILACS) (de janvier 1982 à octobre 2012), le métaRegistre des essais contrôlés (mREC) (www.controlled-trials.com), ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov) et le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (ICTRP) (www.who.int/ictrp/search/en). Pour les recherches électroniques d'essais nous n'avons appliqué aucune restriction concernant la date ou la langue. Nous avons consulté les bases de données électroniques pour la dernière fois le 25 octobre 2012. Nous avons également recherché des études supplémentaires faisant référence aux essais inclus au moyen du Science Citation Index.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés portant sur des adultes subissant une opération de la cataracte (toute méthode et tout type d'incision) en raison d'une opacité du cristallin quelle qu'en soit la cause. Les essais qui évaluaient les antibiotiques préopératoires, l'antibioprophylaxie peropératoire (intracamérulaire, sous-conjonctivale ou systémique) ou postopératoire contre l'endophtalmie aiguë ont été inclus. Nous n'avons pas inclus les études qui évaluaient les préparations préopératoires antiseptiques utilisant des agents, tels que la povidone iodée, et n'avons pas inclus non plus les études qui évaluaient les antibiotiques pour traiter l'endophtalmie aiguë après une opération de la cataracte.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont indépendamment examiné les résumés et les articles complets en vue de leur inclusion, évalué le risque de biais de chaque étude incluse et extrait les données.

Résultats principaux : 

Quatre études, portant sur 100 876 adultes et 131 cas d'endophtalmie, ont répondu aux critères d'inclusion de cette revue. Si la taille des échantillons est très importante, l'hétérogénéité des plans d'étude et des modes d'administration des antibiotiques n'a pas permis de conduire une méta-analyse formelle. Les interventions examinées dans les études incluaient l'utilité de l'ajout de vancomycine et de gentamycine à la solution d'irrigation comparé à l'irrigation par la solution saline tamponnée standard seule, l'utilisation de céfuroxime intracamérulaire et/ou de lévofloxacine topique périopératoires, d'injections périoculaires de pénicilline et de gouttes de chloramphénicol-sulfadimidine topiques comparé aux antibiotiques topiques seuls et le mode d'administration des antibiotiques (injections sous-conjonctivales versus rétrobulbaires). Deux études ayant des tailles d'échantillons adéquates pour évaluer un critère de jugement rare ont trouvé un risque d'endophtalmie réduit avec les injections d'antibiotiques pendant l'opération comparé aux antibiotiques topiques seuls : risque relatif (RR) 0,33, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,12 à 0,92 (pénicilline périoculaire versus chloramphénicol-sulfadimidine topique) et RR 0,21, IC à 95% 0,06 à 0.74 (céfuroxime intracamérulaire versus lévofloxacine topique). Une autre n'a trouvé aucune différence significative en termes d'endophtalmie en comparant les injections d'antibiotiques sous-conjonctivales versus rétrobulbaires (RR 0,85, IC à 95 % 0,55 à 1,32). La quatrième étude qui comparait l'irrigation avec la solution saline tamponnée (BSS pour balanced salt solution) seule versus BSS avec antibiotiques ne disposait pas de la puissance suffisante pour détecter des différences d'endophtalmie entre les groupes. Le risque de biais des études était de faible à incertain en raison de l'absence de notification de certaines informations.

Notes de traduction : 

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.

Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.