Colchicine dans le traitement des crises de goutte aiguë

Nous avons examiné les éléments de preuve sur les avantages et les inconvénients de la colchicine dans la goutte aiguë jusqu'à avril 2014 et avons identifié deux essais. Un essai portant sur 43 participants comparait la colchicine à dose élevée (1 mg de colchicine suivi par 0,5 mg toutes les deux heures jusqu'à la résolution de la crise ou à l'apparition d'effets secondaires chez les participants (dose totale non précisée)) par rapport à un placebo. La seconde étude portait sur 184 participants et comparait la colchicine à dose élevée (4,8 mg au total sur six heures) par rapport à la colchicine à faible dose (1,8 mg au total sur une heure), et la colchicine à dose élevée ou faible par rapport à un placebo.

Qu'est-ce que la goutte et la colchicine ?

La goutte est une cause très fréquente d'arthrite inflammatoire (douleur, rougeur, chaleur et gonflement des articulations touchées) et est provoquée par des cristaux d'urate qui se forment à l'intérieur ou autour des articulations. L'acide urique est un déchet normal qui est habituellement éliminé dans l'urine. Cependant, en cas de goutte, soit la production d'acide urique est excessive, soit l'organisme est incapable de l'éliminer assez rapidement, ou les deux facteurs sont combinés. Une crise de goutte survient habituellement rapidement et disparaît généralement en 7 à 10 jours.

La colchicine est un médicament utilisé principalement dans le traitement des crises de goutte aiguë ou pour prévenir les crises pendant l'initiation d'un traitement faisant baisser l'acide urique.

Meilleure estimation de ce qui arrive aux personnes atteintes de la goutte qui utilisent la colchicine à dose élevée, comparée à un médicament factice (placebo), après 32 à 36 heures :

Douleur :
- 52 personnes sur 100 qui ont utilisé la colchicine à dose élevée ont évalué leur douleur réduite de 50 %, comparativement à 24 personnes sur 100 qui ont utilisé un placebo (28 % d'écart absolu).

Effets secondaires :
- 84 personnes sur 100 qui ont utilisé la colchicine à dose élevée ont eu des effets secondaires (comme des diarrhées, des vomissements ou des nausées), comparativement à 22 personnes sur 100 qui ont utilisé un placebo (62 % d'écart absolu).

Inflammation (rougeur et gonflement de l'articulation) :

- 50 personnes sur 100 qui ont utilisé la colchicine à dose élevée ont évalué leur inflammation réduite de 50 %, comparativement à 5 personnes sur 100 qui ont utilisé un placebo (45 % d'écart absolu).

Meilleure estimation de ce qui arrive aux personnes atteintes de la goutte qui utilisent la colchicine à faible dose, comparée à un médicament factice (placebo), après 32 à 36 heures :

Douleur :

- 42 personnes sur 100 qui ont utilisé la colchicine à faible dose ont évalué leur douleur réduite de 50 %, comparativement à 17 personnes sur 100 qui ont utilisé un placebo (25 % d'écart absolu).

Effets secondaires :

- 26 personnes sur 100 qui ont utilisé la colchicine à faible dose ont eu des effets secondaires (comme des diarrhées, des vomissements ou des nausées), comparativement à 20 personnes sur 100 qui ont utilisé un placebo (6 % d'écart absolu).

Meilleure estimation de ce qui arrive aux personnes atteintes de la goutte qui utilisent la colchicine à dose élevée, comparée à la colchicine à faible dose, après 32 à 36 heures :

Douleur :

- 37 personnes sur 100 qui ont utilisé la colchicine à dose élevée ont évalué leur douleur réduite de 50 %, comparativement à 42 personnes sur 100 qui ont utilisé la colchicine à faible dose (cela peut être dû au hasard).

Effets secondaires :

- 77 personnes sur 100 qui ont utilisé la colchicine à dose élevée ont eu des effets secondaires (comme des diarrhées, des vomissements ou des nausées), comparativement à 26 personnes sur 100 qui ont utilisé la colchicine à faible dose (51 % d'écart absolu).

Nous ne savons pas combien de personnes ont abandonné les études à cause d'effets secondaires, ou si des changements sont survenus dans l'inflammation (gonflement/érythème/sensibilité des articulations), la fonction de l'articulation ciblée, l'évaluation globale par le patient ou la qualité de vie liée à la santé, parce que cela n'a pas été rapporté dans les études qui ont comparé la colchicine à faible dose à un placebo, ou la colchicine à dose élevée à la colchicine à faible dose.

Qualité des preuves

Cette revue montre que chez les personnes souffrant de crises de goutte aiguë:

- Il existe des preuves de faible qualité que le traitement de la goutte aiguë avec la colchicine à dose élevée pourrait réduire la douleur, le gonflement, la rougeur et la sensibilité des articulations.

- Il existe des preuves de faible qualité que la colchicine à dose élevée pourrait présenter peu ou aucune différence, en termes de réduction de la douleur, par rapport à la colchicine à faible dose.

- Il existe des preuves de faible qualité que la colchicine à faible dose entraîne moins d'effets secondaires tels que des nausées, des vomissements et des diarrhées que la colchicine à dose élevée.

D'autres recherches sont très susceptibles d'avoir un impact important sur notre confiance dans l'estimation de l'effet et de modifier celle-ci.

Conclusions des auteurs : 

Sur la base de seulement deux essais publiés, des preuves de faible qualité indiquent que la colchicine à faible dose est susceptible d'être un traitement efficace de la goutte aiguë. Nous avons déclassé les preuves en raison d'un risque possible de biais de sélection et de déclaration, et de l'imprécision. La colchicine à dose élevée ou faible améliore la douleur comparativement au placebo. Bien qu'une certaine incertitude persiste autour des estimations de l'effet, par rapport au placebo, la colchicine à dose élevée, mais pas à faible dose, semble entraîner un nombre d'événements indésirables plus important, de manière statistiquement significative. Par conséquent, la colchicine à faible dose pourrait être l'option de traitement préférée. Il n'y a pas d'essais sur l'effet de la colchicine dans les populations présentant des comorbidités ou en comparaison avec d'autres traitements couramment utilisés, tels que les AINS et les glucocorticoïdes.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Ceci est une mise à jour d'une revue Cochrane initialement publiée en 2006. La goutte est une des maladies rhumatismales les plus répandues au monde. Même si la colchicine est utilisée comme un traitement de première intention dans le traitement de la goutte aiguë, les données probantes sur ses avantages et ses inconvénients sont relativement limitées.

Objectifs : 

Évaluer les avantages et les inconvénients de la colchicine dans le traitement de la goutte aiguë.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons interrogé les bases de données suivantes, de leur création jusqu'à avril 2014 : registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE et EMBASE. Nous n’avons imposé aucune restriction concernant la date ou la langue lors de la recherche. Nous avons également recherché manuellement dans les actes de conférence de l'American College of Rheumatology et de la Ligue européenne contre le rhumatisme (de 2010 jusqu'à 2013) et dans les bibliographies des études identifiées. Nous avons consulté le registre d'essais cliniques clinicaltrials.gov ainsi que le registre des essais de l'OMS.

Critères de sélection : 

Nous avons pris en considération les essais contrôlés randomisés (ECR) et les essais cliniques contrôlés (ECC) publiés évaluant le traitement par la colchicine comparativement à un autre traitement (actif ou placebo) dans la goutte aiguë. Pour les avantages, le principal critère de jugement était la douleur, défini comme la proportion de personnes présentant une réduction de 50 % ou plus de la douleur, et pour les inconvénients, le principal critère de jugement était l'abandon par les participants en raison d'effets indésirables.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont indépendamment examiné les résultats de la recherche pour identifier les études pertinentes, extrait les données sous une forme normalisée et évalué le risque de biais des études incluses. Nous avons regroupé les données dont l’homogénéité clinique était estimée suffisante. Nous avons évalué la qualité du corpus de preuves, pour chaque critère de jugement, en utilisant l'approche GRADE.

Résultats principaux : 

Deux ECR (124 participants) ont été inclus dans cette revue mise à jour, dont un nouveau. Nous avons considéré que le premier essai était à faible risque de biais, tandis que l'essai nouvellement inclus était à risque imprécis. Les deux essais comportaient un bras placebo et un bras colchicine à dose élevée, bien que les schémas de colchicine différaient. Dans un essai, 0,5 mg de colchicine était administré toutes les deux heures jusqu'à la résolution complète des symptômes ou à l'apparition d'une toxicité, et les doses totales n'étaient pas spécifiées. Dans l'autre essai, un total de 4,8 mg de colchicine était administré sur six heures. L'essai nouvellement identifié comportait également un bras colchicine à faible dose (total de 1,8 mg sur une heure).

D'après les données regroupées provenant de deux essais (124 participants), des preuves de faible qualité indiquent qu'une plus grande proportion de personnes ayant reçu la colchicine à dose élevée a présenté une réduction de 50 % ou plus de la douleur par rapport à l'inclusion jusqu'à 32 à 36 heures comparativement au placebo (35/74 dans le groupe colchicine à dose élevée contre 12/50 dans le groupe placebo (risque relatif (RR) de 2,16 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % de 1,28 à 3,65), avec un nombre de sujets à traiter pour observer un bénéfice (NST) de 4 (IC à 95 % de 3 à 12). Cependant, le nombre total d'événements indésirables (diarrhées, vomissements ou nausées) est plus élevée chez les personnes ayant reçu la colchicine à dose élevée par rapport au placebo (62/74 dans le groupe colchicine à dose élevée contre 11/50 dans le groupe placebo (RR 3,81 ; IC à 95 % de 2,28 à 6,38), avec un nombre nécessaire pour nuire (NNN) de 2 (IC à 95 % de 2 à 5). Un seul essai a inclus la réduction de l'inflammation dans le cadre d'une mesure composite comprenant la douleur, la sensibilité, le gonflement et l'érythème, évalués chacun sur une échelle de quatre points (aucun 0 à sévère 3) pour dériver un score maximum de 12 pour une articulation donnée. Cet essai a rapporté la proportion de personnes qui ont obtenu une réduction de 50 % de ce score composite. Sur la base d'un essai (43 participants), des preuves de faible qualité indiquent que davantage de personnes dans le groupe colchicine à dose élevée ont présenté une réduction de 50 % ou plus du score composite par rapport à l'inclusion jusqu'à 32 à 36 heures que de personnes dans le groupe placebo (11/22 dans le groupe colchicine à dose élevée contre 1/21 dans le groupe placebo (RR 10,50 ; IC à 95 % de 1,48 à 74,38) et 45 % d'écart absolu).

D'après les données d'un essai (103 participants), des preuves de faible qualité indiquent que la colchicine à faible dose est plus efficace que le placebo en ce qui concerne la proportion de personnes qui obtiennent une réduction de 50 % ou plus de la douleur par rapport à l'inclusion à 32 à 36 heures (colchicine à faible dose 31/74 contre placebo 5/29 (RR 2,43 ; IC à 95 % de 1,05 à 5,64)), avec un NST de 5 (IC à 95 % de 2 à 20). En termes d'événements indésirables (diarrhées, nausées ou vomissements), aucun inconvénient supplémentaire n'a été constaté pour la colchicine à faible dose par rapport au placebo (19/74 et 6/29 respectivement (RR 1,24 ; IC à 95 % de 0,55 à 2,79)).

D'après les données d'un essai (126 participants), des preuves de faible qualité indiquent qu'il n'y a aucun avantage supplémentaire, en termes de la proportion de personnes obtenant une réduction de 50 % ou plus de la douleur par rapport à l'inclusion jusqu'à 32 à 36 heures, avec une dose élevée de colchicine par rapport à une faible dose (19/52 et 31/74 respectivement (RR 0,87 ; IC à 95 % de 0,56 à 1,36). Cependant, les événements indésirables étaient de façon statistiquement significative plus fréquents chez les personnes ayant reçu la colchicine à dose élevée (40/52 contre 19/74 dans le groupe à faible dose (RR 3,00 ; IC à 95 % de 1,98 à 4,54)), avec un NNN de 2 (IC à 95 % de 2 à 3).

Aucun essai ne rapportait la fonction de l'articulation ciblée, l'évaluation globale du patient de la réussite du traitement, la qualité de vie liée à la santé ou les abandons en raison d'événements indésirables. Nous n'avons identifié aucune étude comparant la colchicine à des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ou à d'autres traitements actifs tels que des glucocorticoïdes (par toute voie).

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.