Contraceptifs oraux pour le traitement des kystes de l'ovaire

Les femmes en âge de procréer ovulent généralement une fois par mois. L'ovaire amène un ovule de l'intérieur jusqu'à sa surface en créant une poche remplie de liquide, appelée follicule, autour de l'ovule en développement. Lorsque le follicule (ou kyste) atteint la surface de l'ovaire, il éclate et libère l'ovule dans la cavité abdominale. Après cela, il peut se transformer en un autre type de kyste, fabriquant une hormone qui aide au développement de la grossesse (la progestérone). La plupart de ces kystes apparaissent et disparaissent sans problèmes. Certains peuvent cependant grossir ou devenir douloureux ; d'autres peuvent persister pendant des mois. Depuis des dizaines d’années, les professionnels de la santé savent que les femmes prenant des pilules contraceptives présentent moins de kystes, puisque la pilule empêche l’ovulation. Au regard de ce résultat, de nombreux cliniciens ont commencé à traiter les kystes ovariens avec des pilules contraceptives afin de les éliminer plus rapidement.

En mars 14, nous avons effectué une recherche informatisée pour trouver tous les essais contrôlés randomisés étudiant l'utilisation des pilules contraceptives pour traiter ces kystes bénins (également appelés kystes fonctionnels). Nous avons contacté des chercheurs afin de trouver d'autres essais. Nous avons trouvé huit essais dans quatre pays différents, incluant 686 femmes. Trois essais incluaient des femmes suivant un traitement médicamenteux d’aide à la procréation. Les cinq autres essais incluaient des femmes ayant développé des kystes sans traitement de l’infertilité. Les contraceptifs oraux n’ont permis d'éliminer plus rapidement les kystes dans aucun de ces essais. Il n’est donc pas judicieux d’utiliser les pilules contraceptives dans ce but. Attendre deux ou trois mois que les kystes disparaissent d'eux-mêmes représente une meilleure approche.

Conclusions des auteurs : 

Bien qu'ils soient utilisés dans le monde entier pour traiter les kystes ovariens fonctionnels, les contraceptifs oraux combinés semblent inefficaces. Une surveillance vigilante pendant deux ou trois cycles constitue une approche pertinente. Si les kystes persistent, un traitement chirurgical est souvent indiqué.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Les kystes ovariens fonctionnels sont un problème gynécologique fréquent chez les femmes en âge de procréer dans le monde entier. Lorsqu'ils sont gros, qu'ils persistent ou qu’ils deviennent douloureux, ces kystes peuvent nécessiter une opération et parfois l'ablation de l'ovaire. Sachant que les contraceptifs oraux sont associés à une incidence réduite des kystes ovariens fonctionnels, de nombreux cliniciens en ont déduit que les pilules contraceptives pouvaient être utilisées aussi pour traiter les kystes. Cette pratique est devenue courante dans le cadre clinique au début des années 1970.

Objectifs : 

Cette revue a examiné tous les essais contrôlés randomisés de contraceptifs oraux dans le traitement des kystes ovariens fonctionnels.

Stratégie de recherche documentaire : 

En mars 2014, nous avons consulté les bases de données CENTRAL, PubMed, EMBASE et POPLINE, ainsi que les bases de données d'essais cliniques (ClinicalTrials.gov et ICTRP). Nous avons également examiné les listes bibliographiques des articles. Pour la revue initiale, nous avions écrit aux auteurs des essais identifiés pour rechercher des articles que nous aurions manqués.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés, dans n'importe quelle langue, portant sur l'utilisation des contraceptifs oraux dans le traitement des kystes ovariens fonctionnels et non dans la prévention de ceux-ci. Les critères de diagnostic des kystes étaient ceux employés par les auteurs des essais.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont extrait les données des articles pertinents de manière indépendante. Un auteur a saisi les données dans le logiciel RevMan et un autre a vérifié l'exactitude des données saisies. Pour les résultats dichotomiques, le rapport de cotes (RC) de Mantel-Haenszel a été calculé avec un intervalle de confiance (IC) à 95 %. Pour les résultats continus, nous avons calculé la différence moyenne avec un IC à 95 %.

Résultats principaux : 

Nous avons identifié huit essais contrôlés randomisés dans quatre pays ; les études incluaient un total de 686 femmes. Le traitement avec les contraceptifs oraux combinés n'ont accéléré la résolution des problèmes de kystes ovariens fonctionnels dans aucun essai, que ces kystes soient apparus spontanément ou après une induction de l'ovulation. La plupart des kystes ont disparu sans traitement après quelques cycles ; les kystes persistants étaient souvent pathologiques (endométriome ou kyste para-ovarien par exemple) et non physiologiques.

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.