Suppléments nutritionnels pour les personnes traitées pour une tuberculose active

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les chercheurs de la Collaboration Cochrane ont effectué une revue des effets des suppléments nutritionnels pour les personnes traitées pour une tuberculose. Après avoir recherché des études pertinentes, ils ont identifié 23 articles pertinents. Leurs résultats sont résumés ci-dessous.

Qu'est-ce que la tuberculose et comment les suppléments nutritionnels fonctionneraient-ils ?

La tuberculose est une infection bactérienne qui affecte le plus souvent les poumons. La plupart des personnes qui sont infectées ne développent jamais de symptômes, car leur système immunitaire réussit à contrôler les bactéries. La tuberculose active survient lorsque l'infection n'est plus contenue par le système immunitaire et les symptômes classiques sont la toux, les douleurs thoraciques, la fièvre, les sueurs nocturnes, la perte de poids et parfois les crachats de sang. Le traitement consiste en une combinaison de médicaments antibiotiques qui doivent être pris pendant au moins six mois.

Les personnes atteintes de tuberculose souffrent souvent de malnutrition et les personnes souffrant de malnutrition présentent un risque plus élevé de développement de la tuberculose, car leur système immunitaire est affaibli. Les suppléments nutritionnels pourraient aider les personnes à se rétablir de la maladie en renforçant leur système immunitaire et en améliorant la prise de poids et la force musculaire, permettant au patient de prendre une vie active.

Une bonne nutrition nécessite un apport quotidien en macro-nutriments (glucides, protéines et lipides) et en micro-nutriments (vitamines et minéraux essentiels).

Ce que disent les recherches

Effet d'une distribution de suppléments nutritionnels aux personnes traitées pour une tuberculose

Nous ne savons pas, actuellement, si une distribution d'aliments gratuits aux patients tuberculeux, sous la forme de repas chauds ou de colis alimentaires, réduit les décès ou améliore la guérison. Le fait de distribuer des aliments gratuits améliore probablement la prise de poids au cours du traitement et pourrait améliorer la qualité de vie, mais des recherches supplémentaires doivent être menées.

Nous ne savons pas si les vitamines réduisent les décès chez les personnes négatives au VIH, mais elles ne fonctionnent probablement pas chez les personnes positives au VIH atteintes de tuberculose. Aucune étude n'a évalué si les vitamines amélioraient la guérison de la tuberculose. Les vitamines n'améliorent probablement pas la prise de poids et aucune étude n'a évalué leur effet sur la qualité de vie.

Conclusions des auteurs : 

Les recherches sont insuffisantes pour savoir si la distribution régulière d'aliments ou de suppléments énergétiques gratuits donne de meilleurs résultats pour le traitement de la tuberculose ou une qualité de vie améliorée. Des essais supplémentaires, en particulier dans des zones en situation d'insécurité alimentaire, devraient avoir des tailles d'échantillon adéquates pour identifier ou exclure les bénéfices cliniquement importants.

Bien que les taux sanguins de certaines vitamines puissent être faibles chez les patients démarrant un traitement contre la tuberculose active, il n'y a actuellement aucune preuve fiable indiquant qu'une supplémentation régulière aux quantités ou supérieure aux quantités journalières recommandées présente des bénéfices cliniques.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La tuberculose et la malnutrition sont liées par une relation complexe. L'infection peut provoquer une dénutrition par des besoins métaboliques accrus et des apports réduits, et les carences nutritionnelles peuvent aggraver la maladie ou retarder le rétablissement en diminuant d'importantes fonctions immunitaires. Actuellement, il n'existe pas de conseils nutritionnels fondés sur des preuves pour les adultes et les enfants traités pour une tuberculose.

Objectifs : 

Evaluer les effets de suppléments nutritionnels oraux (suppléments alimentaires, protéiques/énergétiques ou micro-nutriments) sur les résultats du traitement contre la tuberculose et le rétablissement chez les personnes recevant un traitement aux antituberculeux contre une tuberculose active.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les maladies infectieuses (The Cochrane Library), MEDLINE, EMBASE, LILACS, mRCT, et l' Indian Journal of Tuberculosis jusqu'en juillet 2011 et avons vérifié les références bibliographiques de toutes les études incluses.

Critères de sélection : 

Essais contrôlés randomisés comparant tout supplément nutritionnel oral administré pendant au moins quatre semaines avec une absence d'intervention nutritionnelle, un placebo ou des conseils alimentaires, uniquement pour les personnes traitées pour une tuberculose active.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont sélectionné les essais, extrait les données et évalué le risque de biais de manière indépendante. Les résultats sont présentés sous la forme de risques relatifs (RR) pour les variables dichotomiques et de différences moyennes (DM) pour les variables continues, avec des intervalles de confiance (IC) à 95%. Le cas échéant, les données des essais avec des interventions et des résultats semblables ont été combinées. La qualité des preuves a été évaluée au moyen de l’echelle GRADE.

Résultats principaux : 

Vingt-trois essais, impliquant 6842 participants, ont été inclus.

Supplémentation en macro-nutriments

Cinq essais ont évalué une supplémentation en micronutriments multiples dans des doses jusqu'à dix fois supérieures à l'apport alimentaire de référence et 12 essais ont évalué une supplémentation d'un ou de deux micronutriments.

Les essais disponibles ont été réalisés à trop petite échelle pour pouvoir prouver ou exclure de manière fiable les bénéfices cliniquement importants en termes de mortalité, de guérison ou d'achèvement du traitement. Un essai à petite échelle mené en Inde a toutefois découvert un bénéfice statistiquement significatif en termes d'achèvement du traitement, ainsi qu'une clairance des bactéries dans les expectorations, mais ces résultats n'ont pas été confirmé par ailleurs par des essais de plus grande taille (preuves de TRES FAIBLE qualité).

La distribution d'aliments ou de produits nutritionnels hautement énergétiques gratuits provoque probablement une légère augmentation de la prise de poids au cours du traitement pour la tuberculose active (preuves de qualité MODEREE). Deux études à petite échelle fournissent des preuves indiquant que la fonction physique et la qualité de vie pourraient également être améliorées, mais les essais sont de taille trop petite pour avoir une grande confiance dans le résultat (preuves de qualité FAIBLE). Ces effets n'ont pas été observés dans l'essai qui incluait uniquement des patients positifs au virus de l'immunodéficience humaine (VIH).

Supplémentation en micronutriments

Cinq essais ont évalué une supplémentation en micronutriments multiples dans des doses jusqu'à dix fois supérieures à l'apport alimentaire de référence et 12 essais ont évalué une supplémentation d'un ou de deux micronutriments.

Les preuves sont insuffisantes pour juger de l'effet bénéfique des micronutriments multiples sur la mortalité chez les patients négatifs au VIH atteints de tuberculose (preuves de qualité TRES FAIBLE), mais les études disponibles montrent que les micronutriments multiples ont probablement peu d'effet, voire pas d'effet sur la mortalité chez les patients positifs au VIH atteints de tuberculose (preuves de qualité MODEREE). Aucune étude n'a évalué les effets des micronutriments multiples sur la guérison ou l'achèvement du traitement.

Les suppléments en micronutriments multiples pourraient avoir peu d'effet, voire pas d'effet sur la proportion des patients tuberculeux restant positifs pour les expectorations au cours des huit premières semaines (preuves de qualité FAIBLE) et n'ont probablement pas d'effet sur la prise de poids au cours du traitement (preuves de qualité MODEREE). Aucune étude n'a évalué la qualité de vie.

Les taux plasmatiques de vitamine A semblent augmenter après le démarrage du traitement de la tuberculose indépendamment de la supplémentation. En revanche, les taux plasmatiques de zinc, de vitamines D et E, et de sélénium pourraient être améliorés par la supplémentation au cours des premiers stades du traitement de la tuberculose, mais il n'a pas été démontré de bénéfice constant pour les résultats du traitement de la tuberculose ou le rétablissement nutritionnel.

Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.