Interventions utilisées pour un carcinome épidermoïde de la conjonctive chez les personnes infectées par le VIH

Le carcinome épidermoïde de la conjonctive, une tumeur de la fine membrane qui recouvre le blanc de l'œil, devient plus courant et plus agressif, touchant des personnes plus jeunes, en particulier des femmes. Cette affection est associée à la pandémie du VIH/SIDA, l'exposition aux radiations solaires et l'infection provoquée par le virus du papillome humain (VPH). Différentes modalités de traitement existent, mais le taux de récurrence est élevé et le résultat esthétique de la maladie en phase terminale est inesthétique (Figure 1). Le décès peut survenir lorsque la maladie se propage aux structures environnantes et au cerveau. Cette revue a été réalisée pour évaluer les effets des interventions actuelles. Aucun essai contrôlé randomisé des interventions pour ce type de cancer n'a été trouvé. La pratique clinique actuelle semble être basée sur des séries de cas et des rapports de cas. Ce sont des sources de preuves insuffisantes pour justifier de l'efficacité d'un traitement. Il est nécessaire de réaliser des essais cliniques contrôlés randomisés.

Conclusions des auteurs : 

Implications pour la pratique :
la pratique clinique actuelle du carcinome épidermoïde de la conjonctive est basée sur des données factuelles vagues de séries de cas et de rapports de cas.

Implications pour la recherche :
il est nécessaire de réaliser des essais contrôlés randomisés sur le traitement de cette maladie dans les contextes où elle survient le plus fréquemment. Des interventions préventives doivent également être identifiées. La recherche sur le VIH/SIDA n'a pas ciblé le traitement de cette tumeur.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Le carcinome épidermoïde de la conjonctive est décrit par la littérature ophtalmique comme une tumeur de l'œil rare et à croissance lente, affectant généralement les hommes âgés autour de 70 ans. En Afrique, la maladie est toutefois différente. L'incidence croît rapidement, affectant des personnes jeunes (autour de 35 ans) et généralement des femmes. Elle est plus agressive, avec une évolution moyenne de trois mois lors de la présentation. Cette affection est liée à la co-existence de la pandémie du VIH/SIDA, l'exposition élevée au VPH et aux radiations solaires dans la région. Différentes interventions existent, mais malgré les traitements, le taux de récurrence est élevé (jusqu'à 43 %) et les résultats esthétiques mauvais en phase terminale de la maladie. Cette revue a été réalisée pour évaluer les interventions du traitement du carcinome épidermoïde de la conjonctive chez les personnes infectées par le VIH.

Objectifs : 

Evaluer l'effet des interventions pour traiter un carcinome épidermoïde de la conjonctive chez les personnes infectées par le VIH sur le contrôle local, la récurrence, la mortalité, le temps de récurrence et les effets indésirables.

Stratégie de recherche documentaire : 

A l'aide d'une stratégie de recherche sensible, nous avons tenté d'identifier tous les essais pertinents, quelque soit la langue ou le statut de publication, à partir des bases de données électroniques suivantes : PubMedPubMed, EMBASE et The Cochrane Library. Nous avons également effectué des recherches dans les registres des essais clinques ; le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (ICTRP pour International clinical Trials Registry Platform) et US National Institutes of Health Clinicaltrials.gov. Nous avons effectué des recherches dans les actes de conférence internationaux sur le VIH/SIDA et les cancers liés au SIDA à partir de l'AEGIS (AIDS Education Global Education System). Les recherches ont été conduites entre janvier et février 2012.

Critères de sélection : 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) impliquant des personnes infectées par le VIH souffrant d'une néoplasie épidermoïde de la surface oculaire.

Recueil et analyse des données : 

Nous avons filtré les résultats de la recherche de manière indépendante afin de sélectionner les études potentiellement pertinentes et extraire les articles complets. Nous avons appliqué de manière indépendante les critères d'inclusion aux études potentiellement pertinentes. Aucune étude répondant aux critères de sélection n'a été identifiée.

Résultats principaux : 

Aucun ECR portant sur les interventions actuellement utilisées pour lutter contre le carcinome épidermoïde de la conjonctive chez les personnes infectées par le VIH n'a été identifié. Il y a un ECR en cours au Kenya qui a été enregistré en juillet 2012.

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.