Symphysiotomie en cas de disproportion fœto-pelvienne

La symphysiotomie est une opération permettant d'agrandir le diamètre pelvien de la mère en sectionnant partiellement les fibres qui relient les os pubiens à l'avant du bassin. Il est d'usage de pratiquer une césarienne en cas de disproportion fœto-pelvienne. Si la césarienne ne peut être pratiquée faute d'installations disponibles ou faute de temps suffisant (par exemple, lorsque le corps du bébé est déjà sorti et que la tête est coincée), ou si la mère est trop malade ou la refuse, il est possible de réaliser une symphysiotomie. On injecte alors un anesthésique local pour endormir la zone, avant de réaliser une petite incision de la peau à l'aide d'un scalpel et de sectionner la majeure partie des fibres de la symphyse. Au moment de la naissance, la symphyse s'écarte juste suffisamment pour permettre le passage du bébé. Des études observationnelles à grande échelle ont montré que la symphysiotomie est parfaitement sure en ce qui concerne les complications potentiellement mortelles, mais peut, dans de rares cas, entraîner une instabilité pelvienne. Pour cette raison mais aussi parce qu'elle est considérée comme une opération « de deuxième choix », la symphysiotomie est rarement pratiquée de nos jours. Les professionnels de la santé ont peur d'être blâmés s'ils réalisent une symphysiotomie qui entraîne des complications. Ses partisans soutiennent que l'usage de la symphysiotomie permettrait d'éviter de nombreux décès de mères et de bébés dus à un accouchement prolongé dans les régions du monde ne disposant pas des installations nécessaires pour pratiquer des césariennes. Cette revue n'a identifié aucun essai randomisé évaluant la symphysiotomie.

Conclusions des auteurs : 

En raison de la controverse qui entoure son usage et de la possibilité qu'elle permette de sauver des vies dans certaines circonstances, les instances professionnelles et internationales devraient établir des directives concernant l'utilisation (ou la non utilisation) de la symphysiotomie, en se fondant sur les meilleures preuves disponibles (actuellement issues d'études observationnelles). Des recherches sont nécessaires pour obtenir des preuves solides de l'efficacité et de la sécurité de la symphysiotomie par rapport, d'une part, à l'absence de symphysiotomie ou à d'autres techniques de symphysiotomie dans des cas cliniques où la césarienne n'est pas disponible et, d'autre part, à la césarienne dans les cas cliniques où les risques relatifs et avantages sont incertains (par exemple, chez les femmes présentant de très forts risques de complications de césarienne).

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La symphysiotomie est une opération consistant à sectionner une partie des fibres de la symphyse pubienne pour permettre aux ligaments de s'écarter, et donc d'accroître le diamètre pelvien pendant l'accouchement. Elle est réalisée sous analgésie locale et ne nécessite pas de salle d'opération ou de compétences chirurgicales avancées. Elle peut permettre de sauver la vie de la mère ou du bébé, ou des deux, dans plusieurs cas cliniques, tels que l'arrêt de la progression du travail alors que la césarienne n'est pas disponible, pas sûre ou refusée par la mère, ou le blocage de la tête du bébé en cas d'accouchement par le siège. Les critiques à l'encontre de cette opération du fait de ses complications, notamment de l'instabilité pelvienne, et parce qu'elle est considérée comme une opération « de deuxième choix », ont entraîné son déclin ou sa disparition dans de nombreux pays. Plusieurs études observationnelles à grande échelle ont fait état de forts taux de réussite, de faibles taux de complications et de très faibles taux de mortalité.

Objectifs : 

Déterminer, à partir des meilleures preuves disponibles, l'efficacité et l'innocuité de la symphysiotomie par rapport à d'autres options, en cas d'arrêt du travail, dans différents cas cliniques.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et l’accouchement (7 juillet 2012).

Critères de sélection : 

Des essais randomisés comparant la symphysiotomie avec d'autres types d'interventions, ou d'autres techniques de symphysiotomie, en cas d'arrêt du travail ou de blocage de la tête du bébé dans le cadre d'un accouchement par le siège.

Recueil et analyse des données : 

Il était prévu d'appliquer des critères de qualité objectifs pour déterminer si une étude devait être incluse, d'extraire les données et de les analyser en utilisant le risque relatif ou la différence moyenne, avec un intervalle de confiance à 95 %. Les critères de jugement principaux étaient la morbidité grave ou les décès maternels et périnataux.

Résultats principaux : 

Nous n'avons trouvé aucun essai randomisé évaluant la symphysiotomie.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.