Respiration d'oxygène à haute pression pendant la radiothérapie pour le traitement du cancer

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La respiration d'oxygène alors qu'elle est à une pression élevée dans une chambre fermée (oxygène hyperbare ou OHB) peut augmenter l'efficacité de la radiothérapie et ainsi améliorer la mortalité et réduire la reprise de la croissance tumorale. Nous avons trouvé quelques preuves que les personnes atteintes de cancer de la tête et du cou risquent moins de mourir dans les cinq ans si elles sont traitées de cette manière, et des preuves que la reprise de la croissance de la tumeur au site d'origine est moins probable pour le cancer de la tête et du cou et du col de l'utérus. Toutefois, l'oxygénothérapie hyperbare (OTH) ne peut être efficace que lorsque la radiothérapie est administrée par un nombre inhabituellement petit de sessions, chacune avec une dose relativement élevée. L'oxygénothérapie hyperbare (OTH) ne semble pas fonctionner pour d'autres cancers étudiés. Nos conclusions s'appuient sur 19 essais randomisés totalisant plus de 2 000 patients.

Conclusions des auteurs : 

Il existe quelques preuves que l'OTH améliore le contrôle local de la tumeur et la mortalité pour les cancers de la tête et du cou, et la récurrence de la tumeur locale dans les cancers de la tête et du cou, et du col de l'utérus. Ces effets bénéfiques peuvent se manifester uniquement avec des schémas de fractionnement inhabituels. L'oxygénothérapie hyperbare (OTH) est associée à des effets indésirables significatifs incluant des crises convulsives toxiques dues à l'oxygène et des lésions tissulaires graves dues à la radiothérapie. Les inadéquations des méthodologies et de la notification des études incluses forcent une interprétation prudente. Des recherches supplémentaires doivent être effectuées pour le cancer de la tête et du cou, mais ne sont probablement pas justifiées pour le cancer de la vessie. Les preuves disponibles concernant les cancers au niveau d'autres sites anatomiques sont peu nombreuses pour fonder une recommandation.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Le cancer est une maladie fréquente et la radiothérapie est un traitement bien établi pour certaines tumeurs solides. L'oxygénothérapie hyperbare (OTH) peut améliorer la capacité de la radiothérapie à tuer les cellules cancéreuses hypoxiques, l'administration de la radiothérapie avec respiration simultanée d'oxygène hyperbare peut donc entraîner une baisse de la mortalité et de la récurrence.

Objectifs : 

Évaluer les effets bénéfiques et nocifs de la radiothérapie avec respiration simultanée d'OHB.

Stratégie de recherche documentaire : 

En mars 2011, nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), (The Cochrane Library, numéro 3), MEDLINE, EMBASE, DORCTHIM et les listes bibliographiques des articles.

Critères de sélection : 

Les études randomisées et quasi-randomisées comparant le critère de jugement des tumeurs malignes suite à la radiothérapie avec respiration simultanée d'OHB avec l'air.

Recueil et analyse des données : 

Trois auteurs de la revue ont évalué la qualité des essais pertinents et extrait les données à partir des essais inclus de façon indépendante.

Résultats principaux : 

Dix-neuf essais ont contribué à cette revue (2 286 patients : 1 103 assignés au groupe de l'OTH et 1 153 au groupe témoin). Avec l'OTH, il y avait une baisse de la mortalité pour les cancers de la tête et du cou à la fois à un an et cinq ans après la thérapie (risque relatif (RR) 0,83 ; P = 0,03, nombre de sujets à traiter (NST) = 11 ; et RR 0,82 ; P = 0,03, NS = 5 respectivement), ainsi qu'une amélioration du contrôle local de la tumeur à trois mois (RR avec l'OTH 0,58 ; P = 0,006 ; NST = 7). L'effet de l'OTH variait selon les différents schémas de fractionnement. Il y avait moins de risques de récurrence de la tumeur locale avec l'OTH à un an (cancer de la tête et du cou : RR 0,66 ; P < 0,0001 ; NST = 5), à deux ans (cancer du col de l'utérus : RR 0,60 ; P = 0,04, NST = 5) et à cinq ans (cancer de la tête et du cou : (RR 0,77 ; P = 0,01 ; NST = 6). Tout avantage est obtenu au prix de certains effets indésirables. Il y avait une augmentation significative des taux à la fois de lésions tissulaires graves dues à la radiothérapie (RR 2,35 ; P < 0,0001 ; (nombre de patients à traiter pour observer un effet indésirable du traitement (NNH) = 8) et de risques de crises convulsives pendant la thérapie (RR 6,76 ; P = 0,03 ; NNH = 22) avec l'OTH.

Notes de traduction : 

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.