Combinaisons orales d'un antihistaminique-décongestionnant-analgésique pour le traitement du rhume

Le rhume est probablement la maladie connue la plus courante et se présente en général sous divers symptômes comme des maux de gorge, une obstruction nasale, mais aussi des écoulements, des éternuements et la présence de toux. En moyenne, les jeunes enfants attrapent six à huit rhumes par an et les adultes entre deux et quatre. Des virus en sont à l'origine (plus de 200 virus ont été impliqués) et il s'agit d'une affection bénigne qui se guérit seule dans un délai allant d'une à deux semaines. Toutefois, le rhume a des effets non négligeables sur les absences au travail ou à l'école et entraîne une gêne importante.

Étant donné qu'il n'existe aucun remède contre le rhume, seul un traitement symptomatique peut être administré. Beaucoup de personnes utilisent des médicaments oraux disponibles sans ordonnance contenant des antihistaminiques, des décongestionnants, des analgésiques ou une combinaison de ces derniers afin de traiter elles-mêmes les symptômes du rhume. Notre revue, basée sur 27 essais totalisant plus de 5 000 participants, montre quelques effets bénéfiques de ces traitements chez les adultes et des enfants plus âgés en termes de guérison générale et de symptômes. La combinaison d'un antihistaminique-décongestionnant est la plus efficace, mais beaucoup de personnes ressentent des effets secondaires comme des somnolences, une sécheresse buccale, des insomnies et des étourdissements Il n'existe aucune preuve révélant des effets bénéfiques chez les jeunes enfants. Les essais inclus ont étudié des populations, des traitements et des résultats très différents, mais la qualité méthodologique était acceptable dans l'ensemble.

Conclusions des auteurs : 

Des preuves actuelles suggèrent que la combinaison d'un antihistaminique-analgésique-décongestionnant a des effets bénéfiques généraux chez les adultes et les enfants plus âgés. Ces effets doivent être évalués par rapport aux risques d'effets indésirables. Il n'existe aucune preuve concernant leur efficacité chez les jeunes enfants.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Bien que des formules combinées contenant des antihistaminiques, des décongestionnants et / ou des analgésiques soient disponibles sans ordonnance et en grande quantité pour le traitement d'un rhume, les preuves concernant leur efficacité sont limitées.

Objectifs : 

Évaluer l'efficacité de la combinaison d'un antihistaminique-décongestionnant-analgésique à réduire la durée et atténuer les symptômes d'un rhume chez les adultes et les enfants.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2011, numéro 4), qui contient le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les infections respiratoires aiguës, OLDMEDLINE (de 1953 à 1965) et MEDLINE (de 1966 à la 3ème semaine de novembre 2011) et EMBASE (de 1990 à décembre 2011).

Critères de sélection : 

Des essais contrôlés randomisés (ECR) étudiant l'efficacité de la combinaison d'un antihistaminique-décongestionnant-analgésique par rapport à un placebo, un autre traitement actif (hormis les antibiotiques) ou l'absence de traitement chez des enfants et adultes atteints d'un rhume.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont extrait et récapitulé des données concernant la guérison générale, l'obstruction nasale, la rhinorrhée, les éternuements, la toux et les effets secondaires de façon indépendante. Nous avons classé les essais en fonction des ingrédients actifs.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus 27 essais (5 117 participants) concernant des traitements du rhume. Quatorze essais ont étudié les combinaisons antihistaminique-décongestionnant ; deux les combinaisons antihistaminique-analgésique ; six les combinaisons analgésique-décongestionnant et cinq les combinaisons antihistaminique-analgésique-décongestionnant. Un placebo était utilisé comme intervention de contrôle dans 21 essais et une substance active était utilisée dans les six autres essais. La notification des méthodes dans la majorité des essais était médiocre et des différences flagrantes étaient observées au niveau de la conception, des participants, des interventions et des critères. Le regroupement était uniquement possible pour un nombre limité d'études et de critères.

Antihistaminique-décongestionnant : 12 essais. Huit essais étudient l'efficacité globale, six pouvaient être regroupés (n = 309 sous traitement actif, n = 312 sous placebo) ; le rapport des cotes (RC) concernant l'échec du traitement était de 0,27 (intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,15 à 0,50) ; le nombre de sujets à traiter pour observer un effet bénéfique du traitement était de quatre (IC à 95 % 3 à 5,6). Le jour de l'évaluation finale, 41 % des participants du groupe sous placebo présentaient une réponse favorable par rapport aux 66 % sous traitement actif. Sur les deux essais qui n'étaient pas inclus dans le regroupement, l'un a montré des effets globaux et l'autre n'en a montré aucun.

Antihistaminique-analgésique : trois essais. Deux rapportaient l'efficacité globale, les données d'une étude étaient présentées (n = 290 sous traitement actif, n = 292 sous acide ascorbique). Le RC concernant l'échec du traitement était de 0,33 (IC à 95 % 0,23 à 0,46) et le nombre de sujets à traiter pour observer un effet bénéfique du traitement était de 6,67 (IC à 95 % 4,76 à 12,5). Après six jours de traitement, 43 % des participants étaient guéris dans le groupe témoin et 70 % dans le groupe de traitement actif. La seconde étude montrait aussi des effets en faveur du traitement actif.

Analgésique-décongestionnant : six essais. Un essai étudiait l'efficacité globale : 73 % des participants constataient des effets bénéfiques contre 52 % dans le groupe témoin (paracétamol) (RC 0,28, IC à 95 % 0,15 à 0,52).

Antihistaminique-analgésique-décongestionnant : cinq essais. Quatre essais étudiaient l'efficacité globale, deux pouvaient être regroupés : des effets globaux étaient signalés (moins d'un point de gravité sur une échelle de quatre à cinq points) avec un traitement actif (52 %) et un placebo (34 %) ; le RC concernant l'échec du traitement était de 0,47 (IC à 95 % 0,33 à 0,67) et le nombre de sujets à traiter pour observer un effet bénéfique du traitement était de 5,6 (IC à 95 % 3,8 à 10,2). Deux autres essais n'ont trouvé aucun effet bénéfique. Deux autres études n'ont montré aucun effet.

Deux études concernant un traitement antihistaminique-décongestionnant (113 enfants) n'ont pu être regroupées. Le traitement actif ne présentait aucun effet significatif.

Effets indésirables : la combinaison d'un antihistaminique-décongestionnant présentait plus d'effets indésirables que l'intervention de contrôle, mais la différence n'était pas significative : 157/810 (19 %) contre 60/477 (13 %) participants présentaient un ou plusieurs effets indésirables (RC 1,58, IC à 95 % 0,78 à 3,21). La combinaison d'un analgésique-décongestionnant présentait des effets indésirables encore plus significatifs par rapport à l'intervention de contrôle (RC 1,71, IC à 95 % 1,23 à 2,37) ; le nombre de sujets à traiter pour observer un effet indésirable du traitement était de 14. Aucune des deux autres combinaisons ne générait significativement plus des d’effets indésirables encore plus significatifs. Antihistaminique-analgésique : 11/90 participants bénéficiant d'un traitement combiné présentaient un ou plusieurs effets indésirables (12 %) contre 9/91 (10 %) participants bénéficiant d'un traitement de contrôle (RC 1,27, IC à 95 % 0,50 à 3,23). Antihistaminique-analgésique-décongestionnant : dans une étude, 5/224 (2 %) participants bénéficiant d'un traitement actif présentaient des effets indésirables contre 9/208 (4 %) participants bénéficiant d'un traitement placebo. Deux autres essais ne signalaient aucune différence entre les groupes de traitement, mais aucun nombre n'était indiqué.

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.