Interventions visant à ralentir la progression de la myopie chez les enfants

La myopie est un défaut de la vision qui se trouble lorsque des objets sont observés à distance. Aux États-Unis, environ 30 % de la population est atteinte de myopie et dans certains pays asiatiques, 80 % des enfants seraient myopes. Plusieurs études ont examiné diverses méthodes (y compris les gouttes ophtalmiques, une correction partielle (aussi appelée « sous-correction ») de la myopie, des verres et des lentilles de contact multifocaux) pour ralentir l’aggravation de la myopie.

Dans cette revue, nous avons inclus 23 essais cliniques de traitements de la myopie réalisés chez des enfants. Deux études examinaient la sous-correction de la myopie ; douze études examinaient les lunettes multifocales (verres à foyer progressif (VFP) ou lunettes bifocales) ; une étude a examiné les lentilles de contact souples bifocales (LCSB) ; une étude a examiné de nouveaux verres conçus pour réduire la défocalisation hypermétropique périphérique (hypermétropie de la vision périphérique) (c’est-à-dire des verres permettant une focalisation de la vision périphérique, ainsi que de la vision centrale), deux études examinaient les lentilles de contact rigides perméables au gaz (LCRPG) ; et six études examinaient les gouttes ophtalmiques pharmaceutiques (cinq de ces études portaient sur des médicaments anti-muscariniques). Une seule étude examinait les lentilles multifocales et les gouttes ophtalmiques pharmaceutiques. Dans toutes les études, les interventions d’intérêt étaient comparées les unes aux autres, aux verres à foyer unique (VFU) (lunettes), aux lentilles de contact souple à vision unique (LCSVU) ou à un placebo. La période de suivi s’étendait sur au moins un an pour toutes les études.

Les effets positifs les plus efficaces pour le ralentissement de la progression de la myopie provenaient des médicaments anti-muscariniques (gouttes ophtalmiques), mais ces derniers provoquent une sensibilité à la lumière ou troublent la vision de près et ne sont pas encore commercialisés. Avec les lunettes multifocales, y compris les VFP et les lunettes bifocales, on constate un léger ralentissement de la progression de la myopie. Il a été constaté que la sous-correction de la myopie augmente légèrement sa progression, alors qu’aucune preuve n’a permis de démontrer que les LCRPG ont des effets sur sa progression.

Conclusions des auteurs : 

Le traitement ayant le plus de chance d’être efficace pour ralentir la progression de la myopie à l’heure actuelle est l’administration de médicaments topiques anti-muscariniques. Toutefois, les effets secondaires de ces médicaments incluent une sensibilité à la lumière et une vision de près trouble. Ils ne sont pas encore disponibles sur le marché, leur utilisation est donc limitée et n’est pas appliquée. D’autres informations sont requises pour les autres méthodes de contrôle de la myopie, comme l’utilisation prometteuse de lentilles de contact pour le remodelage de la cornée ou de lentilles de contact souples bifocales (LCSB) avec un centre optique situé à distance, mais il n’existe aucun essai contrôlé publié pour l’instant.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La myopie entraine une vision trouble des objets éloignés. Les personnes atteintes d’une forte myopie sont plus exposées à divers problèmes de vision, comme un décollement de rétine, une atrophie choroïdienne, la cataracte et le glaucome. Les interventions qui ont été explorées afin de ralentir la progression de la myopie incluent des lunettes bifocales, des gouttes cycloplégiques, des médicaments visant à réduire la pression intra-oculaire, des antagonistes des récepteurs muscariniques et des lentilles de contact. L’objectif de cette revue était d’évaluer de façon systématique l’efficacité des stratégies pour contrôler la progression de la myopie chez les enfants.

Objectifs : 

Évaluer les effets de différents types d’interventions, notamment les gouttes oculaires, la sous-correction de la myopie, les lunettes et des lentilles de contact multifocales, sur la progression de la myopie chez les enfants myopes de moins de 18 ans. Nous avons comparé ces interventions d’intérêt les unes aux autres, à des verres à foyer unique (VFU) (lunettes), un placebo ou l’absence de traitement.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (qui contient le registre des essais du groupe Cochrane sur l’ophtalmologie) (The Cochrane Library 2011, numéro 10), MEDLINE (janvier 1950 à octobre 2011), EMBASE (janvier 1980 à octobre 2011), Latin American and Caribbean Literature on Health Sciences (LILACS) (janvier 1982 à octobre 2011), le metaregistre des essais contrôlés (mECR) (www.controlled-trials.com) et ClinicalTrials.gov (http://clinicaltrials.gov). Aucune restriction de date ou de langue n’a été appliquée aux recherches électroniques d’essais. Des recherches dans les bases de données électroniques ont été effectuées pour la dernière fois le 11 octobre 2011. Nous avons également consulté les listes bibliographiques et Science Citation Index afin d’identifier des études supplémentaires et potentiellement pertinentes.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés (ECR) dans lesquels les participants étaient traités avec des lunettes, des lentilles de contact ou des agents pharmaceutiques en vue de contrôler la progression de la myopie. Nous avons exclu les essais dans lesquels les participants étaient âgés de plus de 18 ans à l’inclusion ou les participants dont la myopie était inférieure à - 0,25 dioptries (D) d’équivalent sphérique de la myopie.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont extrait les données et évalué les risques de biais pour chaque étude incluse, de façon indépendante. Quand cela était possible, nous avons analysé les données à l’aide de la méthode de variance inverse en utilisant un modèle à effets fixes ou à effets aléatoires, en fonction du nombre d’études et du niveau d’hétérogénéité détecté.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus 23 études (4 696 participants au total) dans cette revue, dont 17 ont été incluses dans une analyse quantitative. Étant donné que nous avons uniquement inclus des ECR dans cette revue, les études présentaient en général de faibles risques de biais pour le biais de sélection. La sous-correction de la myopie entraînait une légère augmentation de la progression de la myopie dans deux études ; pour les enfants faisant l’objet d’une sous-correction, on constatait une augmentation moyenne de 0,15 D (intervalle de confiance (IC) à 95 % - 0,29 à 0,00), de plus que les porteurs de VFU à correction totale, à un an. Aucune preuve n’a été identifiée au niveau des lentilles de contact rigides perméables au gaz (LCRPG) quant à leur effet sur la progression de la myopie dans deux études (aucune méta-analyse n’a été réalisée en raison de l’hétérogénéité entre les études). Les verres à foyer progressif (VFP), utilisés dans quatre études, et les lunettes bifocales, utilisées dans quatre études, ne contribuaient qu’à un léger ralentissement de la progression de la myopie. Dans sept études disposant de données quantitatives à un an, les enfants portant des verres multifocaux, VFP ou bifocaux, progressaient de 0,16 D (IC à 95 % 0,07 à 0,25) de moins que les enfants portant des VFU. Les effets positifs les plus probants concernant le ralentissement de la progression de la myopie provenaient des médicaments anti-muscariniques. A un an, les enfants traités au gel pirenzépine (deux études), aux gouttes ophtalmiques de cyclopentolate (une étude) ou aux gouttes ophtalmiques d’atropine (deux études), avaient une progression de la myopie significativement plus faible que les enfants traités avec un placebo (différences moyennes (DM) 0,31 (IC à 95 % 0,17 à 0,44), 0,34 (IC à 95 % 0,08 à 0,60) et 0,80 (IC à 95 % 0,70 à 0,90), respectivement).

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.