Vaccins pour la prévention de la grippe saisonnière et ses complications chez les personnes de 65 ans et plus

La vaccination antigrippale des personnes âgées est recommandée dans le monde entier. À partir de 65 ans, elles présentent en effet un risque plus élevé de complications, d'hospitalisation et de décès. Cette revue portait sur les preuves provenant d'études expérimentales et non expérimentales réalisées au cours de 40 ans de vaccination antigrippale. Nous avons inclus 75 études. Elles ont d'abord été regroupées en fonction de la conception de l'étude puis en fonction de l'environnement (communautaire ou établissements de soins de longue durée). Compte tenu du peu d'essais de bonne qualité disponibles, les résultats se fondent principalement sur des études non expérimentales (observationnelles) qui présentent un risque de biais plus important. Parmi les vaccins antigrippaux, les vaccins trivalents inactivés sont les plus utilisés. Les preuves disponibles étant de faible qualité, aucune conclusion à l'égard des effets des vaccins antigrippaux sur les personnes de 65 ans et plus ne peut être tirée. Sur le plan de la santé publique, le profil d'innocuité des vaccins semble être acceptable.

Conclusions des auteurs : 

Les preuves disponibles sont de mauvaise qualité et ne donnent aucune indication quant à l'innocuité, l'efficacité potentielle et réelle des vaccins antigrippaux pour les personnes de 65 ans et plus. Pour mettre fin à l'incertitude, un essai contre placebo randomisé, suffisamment puissant et financé par des fonds publics, réalisé sur plusieurs saisons devrait être entrepris.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Au cours des quarante dernières années, les vaccins se sont avérés être la principale arme pour minimiser l'impact de la grippe chez les personnes âgées. Dans le monde, ils sont recommandés pour les personnes de 65 ans et plus. Le premier objectif de la vaccination antigrippale chez les personnes âgées est de réduire le risque de complications pour les plus vulnérables.

Objectifs : 

Évaluer l'efficacité des vaccins dans la prévention de la grippe, du syndrome d'allure grippale (SAG), des admissions à l'hôpital, des complications et de la mortalité chez les personnes âgées.
Identifier et évaluer les études comparatives portant sur les effets des vaccins antigrippaux chez les personnes âgées.
Consigner les types et la fréquence des effets indésirables associés aux vaccins antigrippaux chez les personnes âgées.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) qui contient le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les infections respiratoires aiguës (IRA) (Bibliothèque Cochrane 2009, numéro 4), ainsi que dans MEDLINE (janvier 1966 à la 1ère semaine d'octobre 2009), EMBASE (1974 à octobre 2009) et Web of Science (1974 à octobre 2009).

Critères de sélection : 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) et quasi-ECR, les études de cohorte et les études cas témoins évaluant l'efficacité antigrippale (cas confirmés en laboratoire) ou l'efficacité contre le syndrome d'allure grippale (SAG), ou encore l'innocuité. Tout vaccin antigrippal administré indépendamment, avec toute dose, préparation ou tout calendrier de vaccination, comparé à un placebo ou à l'absence d'intervention était pris en considération.

Recueil et analyse des données : 

Les rapports ont d'abord été regroupés en fonction de l'environnement de l'étude (communautaire ou établissements de soins de longue durée), puis en fonction du niveau de circulation du virus et de la correspondance du vaccin. Nous les avons par la suite classés en fonction de la co-administration d'un vaccin antipneumococcique polysaccharidique (VAP) et des différents types de vaccins antigrippaux. Les critères d'évaluation suivants ont été analysés : grippe, syndrome d'allure grippale, admissions à l'hôpital, complications et décès.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus 75 études. Globalement, ce sont 100 ensembles de données qui ont été identifiés. Un ECR évaluant l'efficacité potentielle et réelle a été recensé. Bien qu'il semble révéler un effet contre les symptômes grippaux, il n'était pas assez puissant pour détecter un effet sur les complications (1348 participants). Le reste de notre base de preuves incluait des essais contrôlés non randomisés. En raison de la faible qualité générale des essais contrôlés non randomisés et de la probable présence de biais, qui rendent l'interprétation de ces données difficiles et toute conclusion définitive potentiellement équivoque, il n'a pas été possible de parvenir à des conclusions claires en ce qui concerne les effets des vaccins sur les personnes âgées.

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.