Tai-chi pour la polyarthrite rhumatoïde

Le tai-chi aide-t-il les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde ?
Pour répondre à cette question, des scientifiques ont analysé 4 études. Ces études portaient sur 202 personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde. Certains participants ont suivi des cours de tai-chi ou ont pratiqué cette discipline pendant 8 à 10 semaines. Les autres n'ont pas suivi de cours de tai-chi. Ces études n'étaient pas de haute qualité mais cette revue Cochrane fournit les meilleures preuves actuellement disponibles concernant le tai-chi.

Qu'est-ce que le tai-chi et en quoi pourrait-il aider les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde ?
La polyarthrite rhumatoïde est une maladie dans laquelle le système immunitaire attaque ses propres tissus sains. Cette attaque se produit principalement au niveau des articulations des pieds et des mains et entraîne des rougeurs, des douleurs, un gonflement et une sensation de chaleur autour de l'articulation. Le tai-chi, également connu sous le nom de tai-chi-chuan, combine une respiration profonde, des exercices de relaxation et des mouvements lents et doux. Chez les personnes âgées, le tai-chi réduit le stress, augmente la force musculaire du bas du corps et améliore l'équilibre, la posture et la mobilité. On ignore si le tai-chi pourrait apporter les mêmes bénéfices aux personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde.

Le tai-chi est-il efficace ?
Deux études montraient que la capacité des sujets à réaliser leurs tâches quotidiennes, la sensibilité de leurs articulations, le nombre d'articulations enflées et la force de préhension étaient comparables qu'ils pratiquent ou non le tai-chi.

Une étude montrait que l'amplitude de mouvement de la cheville, de la hanche et du genou s'améliorait davantage en pratiquant le tai-chi qu'en ne faisant pas d'exercice. Au bout de 10 semaines de tai-chi, puis 4 mois plus tard, les personnes pratiquant le tai-chi appréciaient cet exercice et signalaient davantage d'améliorations que les personnes qui ne pratiquaient pas le tai-chi.

Ces études n'examinaient cependant pas l'amélioration de la douleur ou de la qualité de vie.

Des effets secondaires ont-ils été observés ?
Dans deux études, environ un tiers des personnes pratiquant le tai-chi se sont plaintes de douleurs au niveau des genoux, des épaules ou des lombaires au cours des 3 premières semaines, mais la douleur a diminué et elles ont continué le tai-chi (à l'exception d'une personne). Davantage de personnes ne pratiquant pas le tai-chi ont abandonné les études.

Quelles conclusions peut-on en tirer ?
Des preuves de niveau « argent » indiquent que le tai-chi améliore l'amplitude de mouvement de la cheville, de la hanche et du genou chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde. Il n'améliore pas la capacité à réaliser des tâches quotidiennes, la sensibilité articulaire, la force de préhension ni le nombre d'articulations enflées mais n'accroît pas les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde. Les personnes pratiquant le tai-chi ressentaient cependant une amélioration et appréciaient cette discipline.

On ignore encore si le tai-chi améliore la douleur associée à la polyarthrite rhumatoïde et la qualité de vie des patients. On ignore également quelles sont la fréquence, l'intensité et la durée nécessaires pour obtenir ces bénéfices.

Basé sur le travail de Han A, Robinson V, Judd M, Taixiang W, Wells G, Tugwell P. Tai-chi pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde Dans la Bibliothèque Cochrane, Numéro 3, 2004 (sous presse).

Conclusions des auteurs : 

Les résultats suggèrent que le tai-chi n'exacerbe pas les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde. En outre, le tai-chi offre des bénéfices statistiquement significatifs pour l'amplitude de mouvement des extrémités inférieures, notamment des chevilles, pour les personnes atteintes de PR. Les études incluses n'évaluaient pas les effets sur la douleur déclarée par les patients.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une maladie auto-immune inflammatoire systémique et chronique qui entraîne la destruction de l'appareil locomoteur. Les principaux objectifs du traitement sont de soulager la douleur, de réduire l'inflammation, de ralentir ou d'interrompre les dommages articulaires, de prévenir le handicap et de maintenir ou d'améliorer la sensation de bien-être et les capacités fonctionnelles. Le tai-chi, également connu sous le nom de tai-chi-chuan, est un art martial chinois très ancien utilisé pour promouvoir la santé. En Chine, son efficacité pour le traitement de l'arthrite est reconnue depuis des siècles.

Objectifs : 

Évaluer l'efficacité et la sécurité du tai-chi pour le traitement des personnes atteintes de PR.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons consulté le registre Cochrane des essais contrôlés (CCTR) et les bases de données MEDLINE, Pedro et CINAHL jusqu'en septembre 2002 au moyen de la stratégie de recherche documentaire de Cochrane Collaboration pour les essais contrôlés randomisés. Nous avons également consulté la base de données biomédicale chinoise jusqu'en décembre 2003 et l'Académie chinoise de médecine traditionnelle de Pékin jusqu'en décembre 2003.

Critères de sélection : 

Les essais contrôlés randomisés et les essais cliniques comparatifs examinant les bénéfices et les effets indésirables des programmes d'exercices consistant en des cours de tai-chi ou intégrant les principes de cette discipline ont été sélectionnés. Nous avons inclus des groupes témoins n'ayant reçu aucun traitement, un faux traitement ou un autre type de traitement.

Recueil et analyse des données : 

Deux évaluateurs ont choisi les études à inclure dans cette revue, ont évalué la qualité méthodologique et ont extrait les données à l'aide de formulaires standardisés.

Résultats principaux : 

Quatre essais portant sur 206 participants ont été inclus dans cette revue. Les programmes d'exercices basés sur le tai-chi ne présentaient pas d'effet cliniquement important ou statistiquement significatif sur la plupart des résultats de l'activité de la maladie, qui incluaient les activités de la vie quotidienne, les articulations sensibles et enflées et l'évaluation générale et globale des patients. Pour l'amplitude de mouvement, le groupe du tai-chi présentait une amélioration statistiquement significative et cliniquement importante de la flexion plantaire de la cheville. Aucun effet adverse n'a été observé. L'une des études indiquait que, par rapport aux personnes participant à des programmes d'exercices traditionnels visant à développer l'amplitude de mouvement de manière active/passive, les personnes participant à un programme de tai-chi montraient un niveau de participation largement supérieur et appréciaient davantage ces exercices immédiatement après avoir terminé le programme et quatre mois après.

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.