Est-ce que des programmes de lutte antitabac incluant une campagne dans les médias de masse aident à réduire les niveaux de tabagisme chez les adultes ?

Contexte

Les programmes médiatiques de masse comprennent la communication par la télévision, la radio, les journaux, les panneaux publicitaires et les affiches ou les brochures ayant comme objectifs d'encourager les fumeurs à arrêter de fumer et à maintenir l'abstinence chez les non-fumeurs. Il est difficile de déterminer leur rôle dans ce processus et ceux-ci nécessitent une conception méthodologique rigoureuse.

Question de la revue

Évaluer l'efficacité des interventions dans les médias de masse dans la réduction du tabagisme chez les adultes.

Les caractéristiques de l'étude

Nous avons réalisé des recherches jusqu'au 30 novembre 2016, et nous avons trouvé 11 études pertinentes pour cette revue. Le nombre de participants variait entre les études incluses. Toutes les études portaient sur des adultes, bien que certaines incluaient également des personnes plus jeunes (ayant 14 ans ou plus ou 15 ans ou plus). Les campagnes ont inclus la publicité à la télévision, à la radio, dans la presse écrite et sur des panneaux publicitaires. Les études différaient en terme de contexte, de durée, de contenu de l'intervention, de durée des observations, et de mesures du comportement tabagique et dans leur manière de présenter les résultats. Deux campagnes ont rapporté des diminutions avérées de la prévalence du tabagisme, et certains effets positifs ont été observés dans trois autres. Trois campagnes à grande échelle ont rapporté une plus faible consommation de tabac. Trois études ont montré un certain effet positif au niveau de l'abstinence ou des taux de sevrage. Une étude n'a pas montré de diminutions significatives mais a démontré un effet de l'intervention chez les fumeurs et chez les ex-fumeurs combinés.

Principaux résultats

Les programmes de lutte antitabac incluant des campagnes médiatiques peuvent modifier le comportement tabagique chez l'adulte, mais les preuves sont issues d'études de qualité variable, réalisées à des échelles différentes et surviennent souvent dans un environnement où il existe d'autres facteurs influençant le tabagisme, ce qui rend difficile d'isoler les effets de la campagne médiatique elle-même. Aucun profil cohérent en termes d'âge, d'éducation, d'origine ethnique ou de sexe n'a été trouvé.

La qualité des preuves

Il y avait des problèmes au niveau de la conception et de la réalisation de toutes les études, ce qui a brouillé les preuves. Il serait utile que les futures études incluent des communautés n'étant pas exposées aux interventions dans les médias de masse comme comparateurs pour obtenir une meilleure estimation de l'effet de la campagne médiatique.

Conclusions des auteurs : 

Il existe des preuves indiquant que les programmes globaux de lutte antitabac incluant des campagnes médiatiques peuvent être efficaces pour modifier le comportement tabagique chez l'adulte, mais les preuves sont issues d'un groupe hétérogène d'études de qualité méthodologique variable. Un programme de lutte anti-tabac (au Massachusetts) a montré des résultats positifs jusqu'à huit ans après la campagne. Un autre (en Californie) a montré des résultats positifs au cours de la période de mise en œuvre et lorsque le financement était adéquat ainsi que lors de l'évaluation finale depuis le début du programme. Six des neuf études menées dans des communautés ou dans des régions, ont montré certains effets positifs sur le comportement tabagique et au moins un changement significatif dans la prévalence du tabagisme (à Sydney). L'intensité et la durée des campagnes médiatiques peuvent influer sur l'efficacité, mais la durée du suivi et les tendances et les événements sociétaux concomitants peuvent rendre la quantification difficile. Aucune relation cohérente n'a été observée entre l'efficacité des campagnes et l'âge, l'éducation, l'origine ethnique ou le sexe.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Les campagnes médiatiques de lutte antitabac peuvent atteindre un grand nombre de personnes. Une grande partie de la littérature est focalisée sur les effets de la publicité antitabac chez les jeunes, mais il existe également un certain nombre d'évaluations de campagnes visant les fumeurs adultes, qui montrent des résultats mitigés. Les campagnes peuvent être locales, régionales ou nationales, et peuvent être combinées à d'autres composantes d'une politique globale de lutte antitabac.

Objectifs : 

Évaluer l'efficacité des interventions dans les médias de masse dans la réduction du tabagisme chez les adultes.

Stratégie de recherche documentaire : 

La stratégie de recherche du groupe Cochrane sur le tabagisme a été combinée à d'autres recherches visant à identifier toutes les études se référant au tabagisme/sevrage tabagique, aux médias de masse et ciblant des adultes. Nous avons également effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) et dans un certain nombre de bases de données électroniques. La dernière recherche a été effectuée en novembre 2016.

Critères de sélection : 

Les essais contrôlés assignant des communautés, des régions ou des états à une intervention ou à une condition de contrôle ainsi que les séries chronologiques interrompues.

Les adultes, de 25 ans ou plus, fumant régulièrement des cigarettes. Les études ciblant tous les adultes, tels que définis dans les études, ont été incluses.

Les médias de masse sont définis ici comme étant des canaux de communication, tels que la télévision, la radio, les journaux, les panneaux publicitaires et les affiches ou les brochures visant à atteindre un grand nombre de personnes et ne dépendant pas d'un contact interpersonnel. Le but principal de la campagne médiatique devait être d'encourager les fumeurs à arrêter de fumer. Celles-ci pouvaient avoir été offertes seules ou en association avec des programmes de lutte anti-tabac.
Le critère de jugement principal était le changement du comportement tabagique. Celui-ci pouvait être rapporté des manières suivantes : modification de la prévalence, modification de la consommation de cigarettes, des taux de sevrage, ou de la probabilité de devenir fumeur.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont, de manière indépendante, évalué toutes les études sur la base des critères d'inclusion et évalué leur qualité (MB, LS, RTM). Un auteur (MB) a extrait les données et un second auteur (LS) les a vérifiées.

Les résultats n'ont pas été regroupés en raison de l'hétérogénéité des études incluses; ceux-ci sont ainsi présentés de manière narrative et sous la forme d'un tableau.

Résultats principaux : 

Onze études répondaient aux critères d'inclusion pour cette revue. Les études variaient en termes de conception, de contexte, de durée, de contenu et d'intensité de l'intervention, de durée du suivi, de méthodes d'évaluation et également en termes de définitions et de mesures du comportement tabagique utilisées. Parmi les sept campagnes ayant rapporté la prévalence du tabagisme, des diminutions significatives ont été observées dans les campagnes de lutte anti-tabac à échelle nationale réalisées en Californie et au Massachusetts en comparaison avec le reste des États-Unis. Certains effets positifs sur la prévalence dans la population générale ou dans des sous-groupes ont été observés dans trois des sept études restantes. Trois campagnes à grande échelle parmi les sept présentant des résultats sur la consommation de tabac ont constaté des diminutions statistiquement significatives. Parmi les huit études présentant des taux d'abstinence ou de sevrage, quatre ont montré un certain effet positif, bien que l'une de celles-ci ait combiné les mesures du sevrage et de la diminution de la consommation. Parmi les trois études n'ayant pas montré de diminutions significatives, une étude a montré un effet significatif de l'intervention sur les fumeurs et sur les ex-fumeurs combinés.

Notes de traduction : 

Traduction notes CD004704.pub4

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.