Plantes médicinales pour le traitement des lombalgies

Objectif de la revue

Nous avons examiné les éléments de preuve concernant l'effet des plantes médicinales sur la douleur chez les personnes souffrant de lombalgie non spécifique (LNS).

Contexte
Le mal de dos est fréquent, et peut concerner par mois jusqu'à 35 % de la population. Les lombalgies non-spécifiques sont définies par une douleur entre la dernière côte et le bas des fesses qui n'est pas causée par de graves problèmes sous-jacents tels que la polyarthrite rhumatoïde, l'infection, la fracture, le cancer ou la sciatique vertébrale commune due à une hernie du disque intervertébral ou toute autre pression sur les nerfs. Les médicaments à base de plantes pris par voie orale ou appliqués sur la peau sont utilisés pour traiter de nombreuses conditions, y compris les maux de dos.

Caractéristiques des études
Des chercheurs de la Collaboration Cochrane ont examiné les données disponibles jusqu'au 5 août 2013. Quatorze études portant sur 2 050 adultes souffrant de lombalgie aiguë ou chronique non spécifique avaient testé six médicaments à base de plantes. Deux traitements oraux à base de plantes, Harpagophytum procumbens (griffe du diable) et Salix alba (écorce de saule blanc), ont été comparés au placebo (pilules fausses ou factices) et au rofécoxib (Vioxx®). Trois crèmes, cataplasmes ou gels pour application locale, Capsicum frutescens (piment de Cayenne), Symphytum officinale L. (consoude) et Solidago chilensis (arnica brésilienne), ont été comparés à des crèmes ou des cataplasmes placebo et à un gel homéopathique. Une huile essentielle de lavande a été comparée à l'absence de traitement. L'âge moyen des personnes incluses dans les essais était de 52 ans et les études ont généralement duré trois semaines.

Principaux résultats
La griffe du diable, dans une dose quotidienne standardisée de 50 mg ou 100 mg d'harpagoside, pourrait réduire la douleur davantage que le placebo ; une dose quotidienne standardisée de 60 mg a réduit la douleur à peu près autant qu'une dose quotidienne de 12,5 mg de Vioxx®. L'écorce de saule blanc, dans une dose quotidienne standardisée de 120 mg et 240 mg de salicine a davantage réduit la douleur que le placebo ; une dose quotidienne standardisée de 240 mg a réduit la douleur à peu près autant qu'une dose quotidienne de 12,5 mg de Vioxx® (un anti-inflammatoire non stéroïdien). Le piment de Cayenne a été testé sous plusieurs formes : sous forme de plâtre, il a réduit la douleur davantage que le placebo et à peu près autant que le gel homéopathique Spiroflor SLR. Deux autres onguents médicinaux, S. officinale et S. chilensis , ont semblé plus réduire la perception de la douleur que des crèmes placebo. L'huile essentielle de lavande appliquée par acupression a semblé efficace pour réduire la douleur et améliorer la flexibilité par rapport à un traitement conventionnel. Des effets indésirables ont été signalés, mais ceux-ci semblaient se limiter principalement à des maladies gastro-intestinales transitoires bénignes ou des irritations de la peau.

Qualité des preuves
La plupart des essais inclus étaient à faible risque de biais et la qualité des preuves allait de majoritairement très faible à modérée. Seules les preuves sur C. frutescens ont été classées comme étant de qualité modérée. Les essais ont seulement testé les effets d'une utilisation à court terme (jusqu'à six semaines). Les auteurs de huit des essais inclus avaient un conflit d'intérêts potentiel et quatre autres auteurs n'ont pas divulgué les conflits d'intérêt. Le Vioxx® ayant été retiré du marché en raison des effets indésirables, les trois substances devraient être comparées à des médicaments antidouleur facilement disponibles tels que les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et l'acétaminophène, pour évaluer leur efficacité et innocuité relatives.

Conclusion
Des preuves de qualité faible à modérée montrent que quatre médicaments à base de plantes peuvent à court terme réduire la douleur dans la lombalgie aiguë et chronique et ont peu d'effets secondaires. Il n'existe pas encore de preuve démontrant que l'une de ces substances soit sûre ou efficace pour une utilisation à long terme. De grands essais bien conçus sont nécessaires pour tester encore l'efficacité de ces interventions.

Conclusions des auteurs : 

C. frutescens (piment de Cayenne) réduit la douleur plus que le placebo. Bien que H. procumbens, S. alba , S. officinale L., S. chilensis et l'huile essentielle de lavande semblent aussi réduire la douleur plus que le placebo, les preuves sur ces substances étaient de qualité modérée, au mieux. D'autres grands essais bien conçus sont nécessaires pour tester ces médicaments à base de plantes contre les traitements standard. En général, l'intégralité des rapports dans ces essais était pauvre. Les investigateurs devraient se reporter à l'extension des déclarations CONSORT concernant la notification des essais portant sur des interventions couvrant les plantes médicinales.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Les lombalgies sont une pathologie courante qui fait peser un lourd fardeau économique sur les habitants des sociétés industrialisées. Une grande proportion de personnes souffrant de lombalgies chroniques utilisent des médicaments complémentaires et alternatifs (MCA), se rendent aux consultations des praticiens MCA, ou les deux. Plusieurs plantes médicinales ont été proposées pour une utilisation dans le traitement de personnes souffrant de lombalgies. Ceci est la mise à jour d'une revue Cochrane initialement publiée en 2006.

Objectifs : 

Déterminer l'efficacité des plantes médicinales pour le traitement des lombalgies non-spécifiques.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données électroniques suivantes jusqu'à septembre 2014 : MEDLINE, EMBASE, CENTRAL, CINAHL, Clinical Trials.gov, Système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTPR) de l'Organisation mondiale de la Santé et PubMed ; vérifié les références bibliographiques d'articles de revues, de lignes directrices et des essais récupérés ; et contacté en personne des experts dans ce domaine.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés (ECR) examinant des adultes (âgés de plus de 18 ans) souffrant de lombalgies aiguës, subaiguës ou chroniques non spécifiques. Les interventions étaient des plantes médicinales, que nous avons définies comme des plantes utilisées à des fins médicinales dans toutes les formes. Les principaux critères de résultat étaient la douleur et la fonction.

Recueil et analyse des données : 

Un documentaliste du groupe de revue Cochrane sur les douleurs lombaires a mené les recherches dans les bases de données. Un auteur de la revue a contacté des experts dans le domaine et trouvé des références pertinentes. Nous avons téléchargé les références complètes et les résumés des études identifiées et récupéré une copie papier de chaque étude pour les décisions finales d'inclusion. Deux auteurs ont évalué les risques de biais, les critères GRADE (GRADE 2004) et le respect de CONSORT, et un sous-ensemble aléatoire a été comparé à des évaluations par une troisième personne. Deux auteurs de la revue ont évalué la pertinence clinique et résolu les désaccords éventuels par consensus.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus 14 ECR (2 050 participants) dans cette revue. Un essai sur Solidago chilensis M. (arnica brésilienne) (20 participants) a trouvé des preuves de très faible qualité d'une réduction dans la perception de la douleur et d'une flexibilité améliorée avec l'application deux fois par jour de gel contenant de l'arnica brésilienne par rapport au gel placebo. Les crèmes ou cataplasmes deCapsicum frutescens produisent probablement des résultats plus bénéfiques que le placebo chez les personnes souffrant de lombalgie chronique (trois essais, 755 participants, preuves de qualité modérée). D'après les données actuelles, il n'est pas clair si la crème topique au piment est plus bénéfique pour le traitement des personnes souffrant de lombalgie aiguë que le placebo (un essai, 40 participants, preuves de faible qualité ). Un autre essai a conclu à l'équivalence d'une crème de C. frutescens et une pommade homéopathique (un essai, 161 participants, preuves de qualité très faible ). Des doses quotidiennes de Harpagophytum procumbens (griffe du diable), normalisé à 50 mg ou 100 mg harpagoside, pourraient être meilleures que le placebo pour des améliorations à court terme dans la douleur et réduire l'utilisation de médicaments de secours (deux essais, 315 participants, preuves de faible qualité). Un autre essai sur H. procumbens a démontré une équivalence relative à 12,5 mg par jour de rofécoxib (Vioxx®), mais était de très faible qualité (un essai, 88 participants, très faible qualité ). Des doses quotidiennes de Salix alba (écorce de saule blanc), normalisé à 120 mg ou 240 mg de salicine, sont probablement mieux que le placebo pour les améliorations à court terme dans la douleur et l'usage de médicaments de secours (deux essais, 261 participants, preuves de qualité modérée). Un essai supplémentaire a démontré une équivalence relative à 12,5 mg par jour de traitement par rofécoxib(un essai, 228 participants), mais le niveau de preuve a été classé comme étant de qualité très faible. S. alba a eu peu d'effet sur la thrombose plaquettaire par rapport à une dose cardioprotectrice d'acétylsalicylate (un essai, 51 participants). Un essai (120 participants) examinant Symphytum officinale L. (extrait de racine de consoude) a trouvé des preuves de faible qualité qu'une pommade Kytta-Salbe à l'extrait de consoude est meilleure que la pommade placebo pour des améliorations à court terme dans la douleur évaluée par l'EVA. L'huile essentielle aromatique de lavande appliquée par acupression peut réduire l'intensité de la douleur subjective et améliorer la flexion latérale de la colonne vertébrale et le temps de marche par rapport aux participants non traités (un essai, 61 participants, preuves de qualité très faible ). Aucun effet indésirable significatif n'a été observé dans les essais inclus.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.