Les régimes alimentaires à faible indice glycémique dans les maladies cardiovasculaires

Contexte

L'indice glycémique (IG) est une mesure de la capacité d'un carbohydrate (par exemple le sucre ou l'amidon) à affecter les taux de sucre dans le sang.

Caractéristiques de l'étude

Dans cette mise à jour, nous avons examiné 21 études randomisées évaluant les effets des régimes à faible IG par rapport à des régimes ayant une composition similaire, mais un IG plus élevé sur les événements de maladies cardiovasculaires et les taux de cholestérol dans le sang ou la pression artérielle (les principaux facteurs de risque de maladies cardiovasculaires, comme les crises cardiaques ou les accidents vasculaires cérébraux). Les études ont été incluses jusqu'à juillet 2016.

Résultats

Les participants étaient des adultes ayant un âge moyen compris entre 19 et 69 ans. Dans la plupart des études, les participants présentaient des facteurs de risque cardiovasculaire tels qu'un surpoids ou une obésité ou des niveaux anormaux de lipides sanguins, et une étude incluait des participants souffrant déjà de maladies cardiaques. Les régimes étaient suivis pendant au moins 12 semaines, mais la plupart des études présentaient un risque incertain de biais et certains des régimes comparés avaient seulement de petites différences d'IG. Les événements de maladies cardiovasculaires n'étaient pas rapportés et aucune preuve de différences des effets des régimes sur le taux de cholestérol dans le sang et la pression artérielle n'a été observée. La plupart des études n'ont pas rapporté les effets délétères, mais les deux les ayant rapportés n'ont trouvé aucun effet nocif des régimes, cependant les preuves étaient de qualité médiocre.

Conclusions

Il n'y avait pas suffisamment de preuves issues d'essais contrôlés randomisés pour recommander la consommation de régimes à faible IG pour améliorer les taux de lipides dans le sang ou la pression artérielle.

Conclusions des auteurs : 

Il n'existe actuellement aucune preuve disponible concernant l'effet des régimes à faible IG sur les événements de maladies cardiovasculaires. De plus, il n'existe actuellement aucune preuve convaincante que des régimes à faible IG ont un effet bénéfique clair sur le taux de lipides dans le sang ou les paramètres de la pression artérielle.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'indice glycémique (IG) est une mesure physiologique de la capacité d'un carbohydrate à affecter le glucose dans le sang. Ce domaine suscite un intérêt croissant en ce qui concerne la prise en charge clinique de personnes à risque ou atteintes d'une maladie cardiovasculaire établie. Il est nécessaire d'examiner les preuves actuelles issues d'essais contrôlés randomisés (ECR) dans ce domaine. Ceci est une mise à jour de la revue originale publiée en 2008.

Objectifs : 

Évaluer l'effet de l'IG alimentaire sur la mortalité totale, les événements cardiovasculaires, et les facteurs de risque cardiovasculaire (lipides dans le sang, pression artérielle) chez des personnes en bonne santé ou des personnes atteintes d'une maladie cardiovasculaire établie ou présentant des facteurs de risque liés, à l'aide de tous les essais contrôlés randomisés éligibles.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL, MEDLINE, EMBASE et CINAHL en juillet 2016. Nous avons également examiné les listes de références bibliographiques des articles pertinents. Aucune restriction de langue n'a été appliquée.

Critères de sélection : 

Nous avons sélectionné des ECR ayant évalué les effets des régimes à faible IG par rapport à des régimes ayant une composition similaire, mais un IG plus élevé sur les maladies cardiovasculaires et les facteurs de risque liés. La durée minimale des essais était de 12 semaines. Les participants étaient des adultes en bonne santé ou présentant un risque accru de maladies cardiovasculaires, ou une maladie cardiovasculaire diagnostiquée. Les études chez les personnes souffrant de diabète ont été exclues.

Recueil et analyse des données : 

Deux évaluateurs ont examiné et sélectionné les études. Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué le risque de biais, évalué la qualité globale des preuves en utilisant le système GRADE, et extrait les données en suivant les méthodes du Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions. Nous avons contacté les auteurs des essais pour obtenir des informations supplémentaires. Les analyses ont été vérifiées par un second évaluateur. Les résultats continus ont été synthétisés en utilisant les différences moyennes et les événements indésirables ont été synthétisés sous forme narrative.

Résultats principaux : 

Vingt-et-un ECR ont été inclus, avec un total de 2538 participants randomisés dans des groupes d'intervention à faible IG (1288) ou dans des groupes d'intervention à IG élevé (1250). Les 21 études incluses rapportaient les effets des régimes à faible IG sur les facteurs de risque de maladies cardiovasculaires, y compris le taux de lipides dans le sang et la pression artérielle.

Vingt ECR (18 d'entre eux ont été inclus pour la première fois dans cette version de la revue) incluaient des populations de prévention primaire (des individus en bonne santé ou à risque élevé de MCV, avec une moyenne d'âge entre 19 et 69 ans) et un ECR avait été réalisé auprès de patients présentant un diagnostic de MCV préexistante (une population de prévention secondaire, avec une moyenne d'âge de 26,9 ans). La durée de l'intervention de la plupart des études ne dépassait pas six mois. La différence d'apport en IG entre les groupes de comparaison variait largement de 0,6 à 42.

Aucune des études incluses ne rendait compte de l'effet d'un apport alimentaire à faible IG sur la mortalité cardiovasculaire et les événements cardiovasculaires tels que l'infarctus du myocarde mortel, l'infarctus du myocarde non mortel, l'angor instable, le pontage aorto-coronarien par greffe, l'angioplastie coronarienne transluminale percutanée, et l'accident vasculaire cérébral. Le risque incertain de biais de la plupart des études incluses rend l'interprétation de l'ensemble des données difficile. Seules deux des études incluses (38 participants) ont rapporté des données sur les effets indésirables et n'ont observé aucun effet délétère (preuves de faible qualité).

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Sophie Fleurdépine et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.