Administration prénatale de corticoïdes pour accélérer la maturation pulmonaire fœtale chez les femmes présentant un risque d'accouchement prématuré

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les corticoïdes administrés aux femmes en début de travail contribuent à la maturation pulmonaire des bébés et entraînent ainsi une réduction du nombre des bébés qui meurent ou souffrent de problèmes respiratoires à la naissance.

Chez les bébés nés très prématurément, il existe un risque de difficultés respiratoires (syndrome de détresse respiratoire) et d'autres complications à la naissance. Certains bébés présentent un retard du développement et d'autres ne survivent pas aux complications initiales. Les études sur l'animal ayant montré que les corticoïdes facilitent la maturation pulmonaire, il a donc été suggéré que ces médicaments sont susceptibles d'apporter leur contribution également chez les bébés, en cas de travail prématuré. Cette revue de 21 essais montre que l'administration d’un traitement unique par corticoïdes à la mère en travail prématuré et avant la naissance du bébé, contribue à la maturation pulmonaire du bébé et réduit les complications telles que le syndrome de détresse respiratoire. En outre, ce traitement entraîne une diminution des décès néonatals et des problèmes abdominaux et neurologiques graves couramment rencontrés, par exemple, des hémorragies cérébroventriculaires et des entérocolites nécrosantes, qui affectent les bébés nés très prématurément. Il ne semble pas y avoir d'effets négatifs de la corticothérapie sur la mère. Les résultats à long terme sur le bébé et sur la mère sont également bons.

Conclusions des auteurs : 

Cette nouvelle revue apporte encore une fois la preuve que l'administration prénatale de corticoïdes en traitement unique doit être poursuivie pour accélérer la maturation fœtale chez les femmes présentant un risque d'accouchement prématuré. L'administration prénatale d'un traitement unique par corticoïdes devrait être envisagée systématiquement en cas d'accouchement prématuré à quelques exceptions près. D'autres informations sont nécessaires concernant l'intervalle optimal entre l'administration de la dose et l'accouchement, les meilleurs corticoïdes à utiliser, les effets sur les grossesses multiples, et pour confirmer les effets à long terme à l'âge adulte.

[Remarque : Les 16 références dans la section en attente de classification de la revue sont susceptibles de modifier les conclusions de la revue, lorsqu'elles auront été évaluées.]

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Le syndrome de détresse respiratoire (SDR) est une complication grave de la prématurité et la première cause de mortalité néonatale précoce et de handicap.

Objectifs : 

Évaluer les effets sur la morbidité et la mortalité fœtales et néonatales, sur la mortalité et la morbidité maternelle, et sur la vie future de l'enfant, de l'administration de corticoïdes à la mère avant un accouchement prématuré attendu.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (30 octobre 2005). Nous avons actualisé cette recherche le 30 avril 2010 et nous avons ajouté les résultats à la section en attente de classification de la revue.

Critères de sélection : 

Essais randomisés contrôlés comparant l'administration prénatale de corticoïdes (bétaméthasone, dexaméthasone, ou hydrocortisone) avec un placebo ou l'absence de traitement, à des femmes ayant une grossesse unique ou multiple, chez lesquelles un accouchement prématuré est attendu en raison d'un travail spontané avant terme, d'une rupture prématurée des membranes avant terme ou d'un accouchement avant terme provoqué.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont évalué la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante.

Résultats principaux : 

Vingt-et-une études (3 885 femmes et 4 269 nouveau-nés) sont incluses. Le traitement par corticoïdes prénatals n'augmente pas le risque de décès, de chorioamnionite ou de septicémie puerpérale chez la mère. Le traitement par corticoïdes prénatals est associé à une réduction globale de décès néonatals (risque relatif (RR) 0,69, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,58 à 0,81, 18 études, 3 956 nouveau-nés), de syndrome de détresse respiratoire (SDR) (RR 0,66, IC à 95 % 0,59 à 0,73, 21 études, 4 038 nouveau-nés), d'hémorragies cérébroventriculaires (RR 0,54, IC à 95 % 0,43 à 0,69, 13 études, 2 872 nouveau-nés), d'entérocolite nécrosante (RR 0,46, IC à 95 % 0,29 à 0,74, huit études, 1 675 nouveau-nés), de l'assistance respiratoire, des admissions en soins intensifs (RR 0,80, IC à 95 % 0,65 à 0,99, deux études, 277 nouveau-nés) et des infections systémiques au cours des premières 48 heures de la vie (RR 0,56, IC à 95 % 0,38 à 0,85, cinq études, 1 319 nouveau-nés). L'administration prénatale de corticoïdes est efficace chez les femmes présentant une rupture prématurée des membranes ou un syndrome d'hypertension artérielle lié à la grossesse.

Notes de traduction : 

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.