La musicothérapie chez les patients atteints de troubles du spectre autistique

Question

Nous avons examiné les preuves concernant l'effet de la musicothérapie chez les personnes atteintes de troubles du spectre autistique (TSA). Nous avons comparé la musicothérapie ou de la musicothérapie en plus des soins standard à l'absence de traitement, un traitement similaire sans la musique (traitement « placebo »), ou des soins standard.

Contexte

Les patients atteints de TSA présentent des difficultés d'interaction sociale et de communication. La musicothérapie utilise des expériences musicales et les relations développées grâce à elles pour permettre aux personnes de se lier à d'autres, de communiquer et de partager leurs sentiments. La musicothérapie permet donc d'aborder certains des principaux problèmes rencontrés par les patients atteints de TSA. Nous avons voulu déterminer si la musicothérapie aide les personnes atteintes de TSA en comparaison à d'autres alternatives.

Les caractéristiques de l'étude

Nous avons inclus 10 études avec un nombre total de 165 participants. Les études ont porté sur les effets à court et moyen terme d'interventions en musicothérapie (une semaine à sept mois) pour les enfants atteints de TSA.

Principaux résultats

La musicothérapie a fourni des résultats supérieurs à la thérapie placebo ou à des soins standard en ce qui concerne l'interaction sociale et les capacités de communication non verbale et verbale, l'initiation d'un comportement et la réciprocité socio-émotionnelle. La musicothérapie a également fourni des résultats supérieurs à une thérapie « placebo » ou à des soins standard dans les domaines de l'adaptation sociale, de la joie, et de la qualité des relations parents-enfants. Aucune des études incluses ne rapportait d'effets secondaires causés par la musicothérapie.

Qualité des preuves

La qualité des preuves était modérée pour l'interaction sociale en dehors du contexte de la thérapie, l'initiation d'un comportement, l’adaptation sociale et la qualité de la relation parents-enfants, et faible pour les trois autres critères de jugement principaux (les capacités de communication non verbale en dehors du contexte thérapeutique, les capacités de communication verbale en dehors du contexte thérapeutique et la réciprocité socio-émotionnelle). Les raisons de la qualité limitée des preuves étaient des problèmes liés à la conception de l’étude et au petit nombre de patients recrutés pour ces études.

Conclusions des auteurs

La musicothérapie pourrait aider les enfants atteints de TSA à améliorer leurs compétences dans des domaines importants tels que l'interaction sociale et la communication. La musicothérapie pourrait également contribuer à augmenter les compétences d’adaptation sociale chez les enfants atteints de TSA et à promouvoir la qualité des relations parents-enfants. Certaines des études incluses comprenaient des interventions qui correspondent bien à un traitement dans la pratique clinique. Il faudra effectuer des recherches supplémentaires mieux conçues et portant sur un plus grand nombre de patients. Il est important d’examiner spécifiquement la durée des effets procurés par la musicothérapie. L'application de la musicothérapie exige une formation universitaire et clinique spécialisée. Ceci est important lorsque les résultats de cette revue sont appliqués dans la pratique.

Conclusions des auteurs : 

Les résultats de cette revue mise à jour apportent les preuves que la musicothérapie pourrait aider les enfants atteints de TSA à améliorer leurs compétences dans les domaines des critères de jugement principaux qui constituent le noyau de la maladie, parmi lesquels l'interaction sociale, la communication verbale et la réciprocité socio-émotionnelle. La musicothérapie pourrait également aider à améliorer les compétences de communication non verbale dans le contexte thérapeutique. De surcroît, dans les domaines des critères de jugement secondaires, la musicothérapie pourrait contribuer à augmenter les compétences d’adaptation sociale chez les enfants atteints de TSA et à promouvoir la qualité des relations parents-enfants. Contrairement aux études incluses dans une version précédente de cette revue publiée en 2006, les nouvelles études comprises dans cette mise à jour ont amélioré l’applicabilité des résultats à la pratique clinique. Des recherches supplémentaires portant sur de plus grands effectifs et des critères d’évaluation généralisés sont nécessaires pour corroborer ces résultats et pour examiner la durabilité des effets de la musicothérapie. Pour l'application pratique des résultats de cette revue, il est important de tenir compte du fait que la musicothérapie exige une formation universitaire et clinique spécialisée.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Les principales déficiences des sujets atteints de troubles du spectre autistique (TSA) affectent l'interaction sociale et la communication. La musicothérapie s’appuie sur des expériences musicales et les relations qu’elles engendrent pour favoriser la communication et l'expression afin d'aborder certains des problèmes majeurs rencontrés par les patients atteints de TSA. La présente version de cette revue sur la musicothérapie pour les patients atteints de TSA est une mise à jour de la revue Cochrane originale publiée en 2006.

Objectifs : 

Evaluer les effets de la musicothérapie chez les patients atteints de TSA.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes en juillet 2013 : CENTRAL, Ovid MEDLINE, EMBASE, LILACS, PsycINFO, CINAHL, ERIC, ASSIA, Sociological Abstracts et Dissertation Abstracts International. Nous avons également vérifié les références bibliographiques des études pertinentes et contacté les investigateurs en personne.

Critères de sélection : 

Nous avons pris en compte pour inclusion tous les essais contrôlés randomisés (ECR) ou essais cliniques contrôlés comparant la musicothérapie ou de la musicothérapie utilisée en complément de soins standard à une thérapie placebo, l'absence de traitement ou des soins standard chez des patients atteints de TSA.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont, de manière indépendante, sélectionné les études, évalué le risque de biais et extrait les données de toutes les études incluses. Nous avons calculé la différence moyenne standardisée (DMS) combinée et les intervalles de confiance (IC) à 95 % correspondantes pour les résultats continus afin de permettre la combinaison des données issues d'échelles différentes et de faciliter l'interprétation de l’ampleur de l’effet.  L'hétérogénéité a été évaluée en utilisant la statistique I². Dans les cas d'hétérogénéité statistique dans les résultats en sous-groupes, nous avons examiné l’âge des patients, l'intensité du traitement (nombre et fréquence des séances de thérapie), et l’approche de traitement comme des sources éventuelles d'hétérogénéité.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus 10 études (165 participants) qui examinaient les effets à court et moyen terme d'interventions en musicothérapie (une semaine à sept mois) pour les enfants atteints de TSA. La musique a produit des résultats supérieurs au traitement placebo ou à des soins standard à l’égard des principaux critères de jugement de l'interaction sociale dans le contexte thérapeutique (DMS 1,06, IC à 95 % 0,02 à 2,10, 1 ECR, n = 10), l’interaction sociale généralisée hors du contexte thérapeutique (DMS 0,71, IC à 95 % 0,18 à 1,25, 3 ECR, n = 57, preuves de qualité modérée), les capacités de communication non verbale dans le contexte thérapeutique (DMS 0,57, IC à 95 % 0,29 à 0,85, 3 ECR, n = 30), les capacités de communication verbale (DMS 0,33, IC à 95 % 0,16 à 0,49, 6 ECR, n = 139), l'initiation d'un comportement (DMS de 0,73, IC à 95 % 0,36 à 1,11, 3 ECR, n = 22, preuves de qualité modérée) et la réciprocité socio-émotionnelle (DMS 2,28, IC à 95 % 0,73 à 3,83, 1 ECR, n = 10, preuves de faible qualité). Il n'y avait aucune différence statistiquement significative en termes de capacités de communication non verbale hors du contexte thérapeutique (DMS 0,48, IC à 95 % -0,02 à 0,98, 3 ECR, n = 57, preuves de faible qualité). La musicothérapie a également fourni des résultats supérieurs à une thérapie placebo ou à des soins standard dans des domaines de critères de jugement secondaires, y compris l’adaptation sociale (DMS 0,41, IC à 95 % 0,21 à 0,60, 4 ECR, n = 26), la joie (DMS 0,96, IC à 95 % 0,04 à 1,88, 1 ECR, n = 10) et la qualité des relations parents-enfants (DMS 0,82, IC à 95 % 0,13 à 1,52, 2 ECR, n = 33, preuves de qualité modérée). Aucune des études incluses ne rapportait d'effets indésirables. La petite taille des échantillons de ces études limite la force méthodologique de ces résultats.

Notes de traduction : 
Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.