Prévention et traitement de l'hypertension du post-partum

Les preuves sont insuffisantes pour connaître la meilleure façon de traiter les femmes souffrant d'hypertension après un accouchement.

Après un accouchement, il n'est pas rare que les femmes présentent une pression artérielle élevée (hypertension), dont les conséquences peuvent être graves. Elle peut conduire à un AVC et, très rarement, au décès. Les causes de l'hypertension après un accouchement ou les femmes susceptibles de présenter ce problème ne sont pas clairement établies, bien que le risque semble plus élevé chez les femmes ayant eu une pré-éclampsie prénatale sévère. La revue des neuf essais n'a trouvé aucun élément probant fiable pour orienter les soins à prodiguer à ces femmes. Des recherches supplémentaires sont nécessaires, en particulier dans la mesure où le problème survient le plus souvent trois à six jours après la naissance alors que la plupart des femmes ont quitté l'hôpital.

Conclusions des auteurs : 

Chez les femmes ayant présenté une pré-éclampsie, l'administration postnatale de furosémide est susceptible de réduire la nécessité de recourir à un traitement antihypertenseur postnatal à l'hôpital, mais des données supplémentaires sur des résultats concrets sont nécessaires avant que cette pratique puisse être recommandée. Il n'existe aucune donnée fiable pour orienter la prise en charge des femmes qui sont hypertendues dans la période du post-partum. L'administration de tout agent antihypertenseur doit reposer sur les connaissances et l'expérience du clinicien vis-à-vis du médicament en question. Les études futures devront inclure des données sur les analgésiques du post-partum, l'hypertension maternelle sévère, l'allaitement, la durée de l'hospitalisation et la satisfaction des mères vis-à-vis des soins dispensés.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La pression artérielle (PA) dans la période du post-partum est la plus élevée trois à six jours après l'accouchement alors que la plupart des femmes sont retournées chez elles. Une élévation significative de la pression artérielle peut être dangereuse (par exemple, conduire à des accidents vasculaires cérébraux), mais il existe peu d'informations sur la façon de prévenir ou de traiter l'hypertension du post-partum.

Objectifs : 

Évaluer les bénéfices et les risques des interventions afin de :
(1) prévenir l'hypertension du post-partum, en évaluant si l'administration d'un traitement médical « systématique » pendant la période du post-partum donne de meilleurs résultats qu'un placebo/l'absence de traitement, et
(2) traiter l'hypertension du post-partum, en évaluant si (i) un traitement antihypertenseur donne de meilleurs résultats qu'un placebo/l'absence de traitement dans le cas d'une hypertension légère à modérée du post-partum, et si (ii) un agent antihypertenseur présente des avantages par rapport à un autre agent hypertenseur dans le cas d'une hypertension du post-partum légère à modérée ou sévère.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (31 janvier 2013), les bibliographies des articles identifiés, et des fichiers personnels.

Critères de sélection : 

Pour les femmes ayant présenté une hypertension prénatale, essais comparant une intervention médicale avec un placebo/l'absence de traitement. Pour les femmes présentant une hypertension du post-partum, essais comparant un agent antihypertenseur avec un autre agent hypertenseur ou un placebo/l'absence de traitement.

Recueil et analyse des données : 

Nous avons extrait les données d'une manière indépendante et en ayant connaissance (levée d'aveugle) des caractéristiques ou des résultats des essais. Nous avons contacté les auteurs afin d'obtenir les données manquantes lorsque cela était possible.

Résultats principaux : 

Neuf essais sont inclus.

Prévention : Quatre essais (358 femmes) ont comparé le furosémide ou la nifédipine en gélules ou la L-arginine avec un placebo/l'absence de traitement. Pour les femmes ayant présenté une pré-éclampsie prénatale, l'administration postnatale de furosémide est associée à une forte tendance à la réduction de l'administration d'un traitement antihypertenseur à l'hôpital.

Traitement : Pour le traitement de l'hypertension légère à modérée du post-partum, trois essais (189 femmes) ont comparé le timolol, l'hydralazine (par voie orale), ou la nifédipine (par voie orale) avec la méthyldopa. L'administration d'un traitement antihypertenseur supplémentaire n'a entraîné aucune différence entre les groupes (risque relatif (RR) = 0,92, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,20 à 4,20; trois essais), mais les essais n'étaient pas cohérents en termes d'effets. Les médicaments ont été bien tolérés.

Pour le traitement de l'hypertension sévère du post-partum, deux essais (120 femmes) ont comparé l'administration d'hydralazine par voie intraveineuse avec la nifédipine sublinguale ou le labétalol intraveineux. Aucun décès maternel ni aucune hypotension n'ont été observés. L'administration d'un traitement antihypertenseur supplémentaire n'a entraîné aucune différence entre les groupes (RR = 0,58, IC à 95 % 0,04 à 9,07 ; deux essais), mais les essais n'étaient pas cohérents en termes d'effets.

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.