Médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens pour traiter l'accumulation de fluide dans la macula suite à une chirurgie de la cataracte

Un œdème maculaire cystoïde (OMC) correspond à une accumulation de fluide dans la macula (rétine centrale) en raison d'une fuite des capillaires. Un OMC cliniquement significatif suite à une chirurgie de la cataracte est une complication dont la cause reste inconnue. Un OMC aigu, à savoir un œdème datant de moins de quatre mois, se guérit généralement de façon spontanée. Cette revue comprenait sept essais contrôlés randomisés avec un total de 266 participants. Quatre essais ont examiné les effets d'agents anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) dans le cas d'un OMC chronique, alors que trois autres ont observé les effets d'AINS dans le cas d'un OMC aigu. Cette revue a trouvé deux essais montrant les effets positifs d'AINS topiques (solution ophtalmique de kétorolac trométhamine à 0,5 %) sur un OMC chronique et un troisième essai corroborant cette découverte (bien que non statistiquement significative). Une étude suggérait l'absence d'effets et notre revue suggère davantage de recherches afin de prendre des décisions plus définitives concernant la prise d'AINS dans le cas d'un OMC chronique. De même, les effets des AINS dans le cas d'un OMC aigu restent indéterminés et d'autres recherches doivent également être effectuées à ce sujet.

Conclusions des auteurs : 

Cette revue a trouvé deux essais montrant les effets positifs des AINS (solution ophtalmique de kétorolac trométhamine à 0,5 %) sur un OMC chronique et deux essais ne révélant aucune différence significative entre les groupes de comparaison. Par conséquent, les effets des AINS dans le cas d'un OMC aigu et chronique restent indéterminés et d'autres recherches doivent être réalisées à ce sujet.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Un œdème maculaire cystoïde (OMC) correspond à l'accumulation de fluide dans la rétine centrale (macula) en raison d'une fuite des capillaires dilatés. Il s'agit de la cause la plus courante de déficience visuelle qui apparaît suite à une chirurgie de la cataracte. Sa cause exacte reste indéterminée. Un OMC aigu, à savoir un œdème datant de moins de quatre mois, se guérit généralement de façon spontanée. Un OMC qui persiste au bout de quatre mois, voire au-delà, est appelé « OMC chronique ». Différents types d'agents anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont utilisés pour le traitement de l'OMC et peuvent être administrés de façon topique ou systémique.

Objectifs : 

Examiner l'efficacité des AINS pour le traitement d'un OMC suite à une chirurgie de la cataracte.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (qui contient le registre des essais du groupe Cochrane sur l'œil et la vision) (The Cochrane Library 2011, numéro 7), MEDLINE (de janvier 1950 à août 2011), EMBASE (de janvier 1980 à août 2011), Latin American and Caribbean Health Sciences Literature Database (LILACS) (de janvier 1982 à août 2011), le méta-registre des essais contrôlés (mREC) (www.controlled-trials.com) (août 2011) et ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov) (août 2011). Nous avons effectué des recherches dans les listes bibliographiques des articles identifiés. Nous avons effectué des recherches dans les actes de conférence (sessions relatives à la cataracte) dans The Association for Research in Vision and Ophthalmology (ARVO) entre les années 1975 à 2011. Nous avons contacté des experts dans le domaine et les fabricants d'AINS pour obtenir plus d'informations sur les essais publiés et non publiés. Aucune restriction concernant la langue ou la date n'a été appliquée aux recherches d'essais. Les dernières recherches dans les bases de données électroniques ont été effectuées le 5 août 2011.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés évaluant les effets d'AINS pour le traitement d'un OMC suite à une chirurgie de la cataracte.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont extrait des données de façon indépendante. En raison d'une hétérogénéité flagrante entre les études, nous n'avons réalisé aucune méta-analyse.

Résultats principaux : 

Sept essais totalisant 266 participants ont été inclus. Quatre essais ont examiné les effets d'AINS dans le cas d'un OMC chronique alors que trois autres ont observé les effets d'AINS dans le cas d'un OMC aigu. Parmi les études examinant un OMC chronique, une étude impliquait 120 participants, mais les autres comptaient 34 participants, ou moins. Quatre AINS différents ont été utilisés et administrés de diverses manières. Dans un essai, l'indométacine était administrée par voie orale et se révélait être inefficace dans le cas d'un OMC chronique. Dans un autre essai réalisé à petite échelle, le fénoprofène topique semblait efficace, mais pas de façon statistiquement significative, dans le cas d'un OMC chronique. Dans deux essais, un traitement à base de kétorolac topique à 0,5 % pour un OMC chronique se révélait être efficace. Trois essais ont examiné les effets d'AINS topiques dans le cas d'un OMC aigu. Des comparaisons ont été réalisées dans ces études entre un AINS et un placebo, la prednisolone et un autre AINS. D'autres aspects importants différaient selon la conception des études, ces dernières ne pouvaient donc pas être combinées dans une méta-analyse.

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.