Musicothérapie pour le traitement de la schizophrénie ou de troubles de type schizophrénique

Question de la revue

Quels sont les effets de l'administration de la musicothérapie ou de son ajout au traitement des personnes atteintes de schizophrénie ou de troubles de type schizophrénique ?

Contexte

Les caractéristiques de la schizophrénie et des troubles similaires sont une altération de la pensée, des sentiments, des croyances et des perceptions. Les personnes atteintes de schizophrénie souffrent souvent de deux types de symptômes principaux : des symptômes aigus hallucinatoires (entendre des voix, voir des choses) et délirants (idées étranges) et des symptômes chroniques tels qu’humeur morose ou déprimée, repli social et problèmes de mémoire. La musicothérapie est une approche thérapeutique qui utilise des expériences musicales pour aider les personnes atteintes de graves troubles mentaux à améliorer leurs émotions et les compétences relationnelles et à aborder des questions qu’elles ne sont pas toujours capables d'exprimer uniquement par la parole.

Recherche des données probantes

Nous avons effectué des recherches électroniques jusqu'en janvier 2015 pour trouver des essais randomisés dans lesquels des patients atteints de schizophrénie ou de troubles schizophréniformes ont bénéficié d’une musicothérapie ou de soins standard. Nous avons identifié et vérifié 176 études potentielles.

Résultat de la recherche

Dix-huit essais portant sur un total de 1215 participants remplissaient les critères de la revue et ont fourni des données utiles.

Les données actuellement disponibles sont de qualité mauvaise à moyenne. Les résultats de ces études suggèrent que la musicothérapie améliore l'état de santé général et pourrait également améliorer l'état mental, le fonctionnement et la qualité de vie si le nombre de sessions de musicothérapie est suffisant.

Conclusions

Il semble que la musicothérapie aide les patients schizophrènes, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer les effets positifs mis en évidence dans cette revue. Ces recherches devront étudier les effets à long terme de la musicothérapie et sa qualité et mesurer les paramètres pertinents pour la musicothérapie.

Conclusions des auteurs : 

Des preuves de qualité mauvaise à moyenne suggèrent que la musicothérapie utilisée en complément des soins standard améliore l'état de santé général (notamment les symptômes généraux et négatifs), le fonctionnement social et la qualité de vie des patients atteints de schizophrénie ou de troubles de type schizophrénique. Cependant, les effets étaient inégaux entre les études et variaient selon le nombre de séances et la qualité de la musicothérapie. Des recherches supplémentaires doivent être réalisées afin d'étudier les effets à long terme de la musicothérapie, les relations dose-réponse, ainsi que la pertinence des critères de jugement liés à la musicothérapie.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La musicothérapie est une approche thérapeutique qui utilise l'interaction musicale comme moyen de communication et d'expression. Dans le domaine des pathologies mentales graves, son but est d'aider les patients à améliorer leurs émotions et leurs compétences relationnelles et à résoudre des problèmes qu'ils ne peuvent pas toujours exprimer uniquement par la parole.

Objectifs : 

Examiner les effets de la musicothérapie ou de la musicothérapie utilisée en complément de soins standard par rapport à une thérapie placebo, à des soins standard ou à l'absence de traitement pour les personnes souffrant de troubles mentaux graves tels que la schizophrénie.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie (décembre 2010 et 15 janvier 2015). En complément, nous avons contacté les auteurs des études correspondantes et effectué des recherches manuelles dans des revues de musicothérapie et des listes bibliographiques.

Critères de sélection : 

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) qui comparaient la musicothérapie aux soins standard, à une thérapie placebo ou à l'absence de traitement.

Recueil et analyse des données : 

Les auteurs de la revue ont sélectionné les études, évalué leur qualité et extrait les données indépendamment. Les données ont été exclues lorsque plus de 30 % des participants d’un groupe avaient été perdus de vue. Nous avons synthétisé les données continues non asymétriques issues d'échelles validées à l'aide d'une différence moyenne standardisée (DMS) et utilisé un modèle à effets fixes pour toutes les analyses. En cas d'hétérogénéité statistique, nous avons examiné la posologie du traitement (c'est-à-dire le nombre de séances de thérapie) et l'approche thérapeutique comme de possibles sources d'hétérogénéité.

Résultats principaux : 

Dix nouvelles études ont été ajoutées dans cette mise à jour ; 18 études, avec un total de 1215 participants, sont désormais incluses. Ces études examinaient les effets de la musicothérapie à court, moyen et long terme, avec une posologie de traitement variant de 7 à 240 sessions. Dans l'ensemble, la plupart des données sont issues d'études présentant un risque de biais faible ou incertain

Un effet positif sur l'état global a été observé pour la musicothérapie par rapport aux soins standard (moyen terme, 2 ECR, n = 133, RR de 0,38, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,24 à 0,59, données de mauvaise qualité, nombre de sujets à traiter pour obtenir un résultat bénéfique supplémentaire (NSTb) 2, IC à 95 % de 2 à 4). Aucune donnée binaire n'était disponible pour d'autres critères de jugement. Les données continues à moyen terme ont identifié de bons effets de la musicothérapie sur les symptômes négatifs, à l'aide de l'échelle d'évaluation des symptômes négatifs (3 ECR, n = 177, DMS -0,55, IC à 95 % de -0,87 à -0,24, données de mauvaise qualité). Les scores des critères de jugement de l'état mental général sur les échelles des symptômes positifs et négatifs étaient meilleurs avec la musicothérapie (2 ECR, n = 159, DMS de -0,97, IC à 95 % de -1,31 à -0,63, données de mauvaise qualité), tout comme les scores moyens des critères de jugement sur l'Échelle abrégée d'appréciation psychiatrique (1 ECR, n = 70, DMS de -1,25, IC à 95 % de -1,77 à -0,73, données de qualité moyenne). Les scores moyens des critères de jugement à moyen terme dans l’Échelle d'évaluation globale du fonctionnement n’ont montré aucun effet de la musicothérapie sur le fonctionnement général (2 ECR, n = 118, DMS de -0,19, IC de -0,56 à 0,18, données de qualité moyenne). Cependant, des effets positifs de la musicothérapie ont été trouvés aussi bien pour le fonctionnement social (scores du Bilan de dépistage des handicaps sociaux ; 2 ECR, n = 160, DMS de -0,72, IC à 95 % de -1,04 à -0,40) que pour la qualité de vie (scores du Bilan de bien-être général : 1 ECR, n = 72, DMS de 1,82, IC à 95 % de 1,27 à 2,38, données de qualité moyenne). Il n'y avait pas de données disponibles sur les effets indésirables, l'utilisation des services, les contacts avec les services ou le coût.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Suzanne Assénat et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.