Positions maternelles et mobilité au cours du premier stade du travail

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les femmes des pays développés et celles des pays à faibles revenus qui accouchent dans un établissement de santé sont généralement allongées dans un lit au cours du premier stade du travail. Partout ailleurs, les femmes franchissent ce premier stade en position verticale, que ce soit debout, assise, à genoux ou en déambulant, bien qu’elles puissent choisir de s’allonger lorsque leur travail progresse. Les attitudes et les attentes du personnel de santé, des femmes et de leurs partenaires ont changé en ce qui concerne la douleur, le soulagement de la douleur et le comportement approprié pendant le travail et l'accouchement. Pour le personnel de santé, il peut être plus pratique que la femme soit en position semi-allongée ou allongée sur le côté ou sur le dos pendant la première phase du travail et il peut être plus facile de surveiller la progression du travail et le bébé. Le monitorage fœtal, la péridurale pour le soulagement de la douleur et l'utilisation de perfusions intraveineuses limitent également la mobilité. En position à plat dos (décubitus dorsal) le poids de l'utérus gravide exerce une compression sur les vaisseaux sanguins et les contractions abdominales peuvent être moins fortes qu’en position verticale. Des contractions efficaces contribuent à la dilatation du col et à la descente du bébé.

Les résultats de la revue suggèrent que la durée du premier stade du travail peut être réduite d'environ une heure chez les femmes qui demeurent en position verticale et déambulent pendant le premier stade du travail. La position du corps de la femme n'a pas eu d'incidence sur le taux d'interventions. Les auteurs de la revue ont identifié 21 études contrôlées réalisées dans un certain nombre de pays et où 3 706 femmes au total ont été randomisées dans le groupe en position verticale ou dans le groupe en position horizontale au cours du premier stade du travail. Neuf de ces études incluaient uniquement des femmes qui donnaient naissance à leur premier enfant. La durée du second stade du travail et le nombre d'accouchements spontanés par voie basse ou d'accouchements assistés et d'augmentation du travail ont été similaires entre les groupes, lorsqu’ils étaient rapportés. L'utilisation d’une analgésie opioïde n'était pas différente, même si les femmes randomisées dans le groupe en position verticale étaient moins susceptibles d'avoir une analgésie péridurale. Dans les études qui examinaient spécifiquement la position et la mobilité des femmes recevant une analgésie péridurale (cinq essais, 1 176 femmes), la position verticale ou horizontale ne modifie pas la durée du premier stade du travail (temps écoulé entre l'insertion péridurale et la dilatation complète du col de l'utérus) ou le taux d'accouchements spontanés par voie basse, d'accouchements assistés et d'accouchements par césarienne. Peu d'informations ont été données sur la satisfaction de la mère ou les résultats pour les bébés.

Conclusions des auteurs : 

Il existe des preuves selon lesquelles la déambulation et les positions verticales au cours du premier stade du travail réduisent la durée du travail et ne semblent pas être associées à une intervention accrue ou à des effets négatifs sur le bien-être des mères et des bébés. Les femmes devraient être encouragées à adopter les positions les plus confortables pour elles au cours du premier stade du travail.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Les femmes qui sont de plus en plus nombreuses à accoucher dans un établissement de santé, tant dans les pays développés que dans les pays à faibles revenus, sont généralement allongées dans un lit au cours du premier stade du travail. Il n'existe aucune preuve montrant un quelconque avantage associé à cette position pour les femmes ou les bébés, bien que son adoption puisse s’avérer plus pratique pour le personnel de santé. Des études observationnelles ont suggéré que la position allongée sur le dos pendant le travail pourrait avoir des effets indésirables sur les contractions utérines et ralentir la progression du travail.

Objectifs : 

L’objectif de cette revue était principalement d’évaluer dans quelle mesure le fait d'encourager des femmes à adopter différentes positions verticales (y compris la marche, la position assise, la position debout et la position à genoux) ou horizontales (décubitus dorsal, position semi-allongée et décubitus latéral) au cours du premier stade du travail influe sur la durée du travail, le type d'accouchement et d'autres résultats importants chez la mère et le nouveau-né.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (Novembre 2008).

Critères de sélection : 

Essais randomisés et quasi-randomisés comparant les femmes randomisées dans le groupe en positions verticales versus celles du groupe en positions horizontales au cours du premier stade du travail.

Recueil et analyse des données : 

Nous avons utilisé les méthodes décrites dans le manuel Cochrane pour les revues systématiques d'interventions intitulé « Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions » pour procéder au recueil des données, évaluer la qualité des études et analyser les résultats. Au moins deux auteurs de cette revue ont évalué, de manière indépendante, chaque étude.

Résultats principaux : 

La revue comporte 21 études portant sur un total de 3 706 femmes. Dans l'ensemble, le premier stade du travail a été réduit d'environ une heure chez les femmes randomisées dans le groupe en position verticale comparativement à celles du groupe en position horizontale (différence moyenne = -0,99 ; IC à 95 % de -1,60 à -0,39). Les femmes randomisées dans le groupe en position verticale étaient moins susceptibles d'avoir une analgésie péridurale (RR = 0,83 IC à 95 % 0,72 à 0,96). Aucune différence n'a été observée entre les groupes pour les autres résultats, notamment en ce qui concerne la durée du deuxième stade du travail, le mode d’accouchement, ou d'autres résultats liés au bien-être des mères et des nouveau-nés. Pour les femmes ayant eu une analgésie péridurale, aucune différence n’a été observée entre les femmes randomisées dans le groupe en position verticale comparativement à celles du groupe en position horizontale pour aucun des résultats examinés dans la revue. Peu d'informations sur la satisfaction maternelle ont été recueillies, et aucune des études n’a comparé différentes positions verticales ou horizontales.

Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.