Formation en orientation et mobilité pour les personnes ayant une basse vision

Avec l'âge, les personnes sont souvent affectées par une déficience visuelle progressive. La formation permet d'aider les personnes ayant une basse vision à conserver leur autonomie de déplacement, par l'acquisition de nouvelles techniques d'orientation et de mobilité pour compenser les informations visuelles réduites. L'orientation est la capacité à reconnaître sa position par rapport à son environnement, alors que la mobilité est la capacité de se déplacer en toute sécurité et efficacement. La formation en orientation et mobilité (O&M) enseigne l'utilisation de la vision résiduelle et des autres sens pour se déplacer. Les cannes et les aides optiques peuvent également être utilisées.

Nous avons trouvé deux petites études portant sur un total de 63 personnes comparant la formation O&M dispensée par un bénévole formé à l'exercice physique. Ces études n'ont pas montré de différence entre les deux interventions, mais leur puissance à cet effet était limitée en raison de la petite taille d'échantillon et d'une qualité méthodologique médiocre. Il n'a été observé aucun effet indésirable lié à la formation O&M dans ces études.

Il existe peu de preuves issues d'essais contrôlés randomisés permettant d'établir quel est le meilleur type de formation O&M pour les personnes atteintes de basse vision qui ont des caractéristiques et des besoins spécifiques.

Conclusions des auteurs : 

La revue a trouvé deux petits essais quasi-randomisés avec des méthodes similaires, comparant la formation à l'exercice physique et dans lesquels la performance physique O&M était évaluée par un bénévole ou un professionnel, qui n'ont pas pu démontrer de différence. C'est pourquoi, il existe peu de preuves permettant d'établir quel est le meilleur type de formation O&M pour les personnes atteintes de basse vision qui ont des caractéristiques et des besoins spécifiques. Les instructeurs en orientation et mobilité et les chercheurs devraient prévoir des essais contrôlés randomisés (ECR) pour comparer l'efficacité des différents types de formation O&M. Il est indispensable d'obtenir un consensus sur l'adoption d'instruments de mesure standard pour l'évaluation des performances de mobilité qui soient réputés fiables et sensibles aux divers besoins de mobilité des personnes ayant une basse vision. À cette fin, des questionnaires et des tests axés sur les performances peuvent constituer une panoplie d'outils permettant d'étudier respectivement l'expérience subjective des personnes ayant une basse vision ou leur fonctionnement objectif. En fait, il convient de souligner que la recherche sur la réadaptation des personnes ayant une basse vision se tourne de plus en plus vers l'utilisation de questionnaires sur la qualité de vie pour évaluer les résultats, parfois dans le but d'étudier des interventions complexes et multidisciplinaires, incluant différents types d'éducation et de soutien, dont l'O&M peut être une composante. L'ECR en grappes qui est actuellement mené par Zijlstra et al. aux Pays-Bas en est un exemple. Cet essai est conçu pour comparer une formation O&M normalisée avec une prise en charge O&M habituelle non seulement au plan de son efficacité, mais aussi au plan de son applicabilité et de son acceptabilité. Cette étude adopte des questionnaires validés pour l'évaluation subjective, par les patients, des performances au cours de leurs activités de la vie quotidienne. Comme l'évaluation des performances n'a pas besoin d'être effectuée par un formateur O&M, cela permet aux évaluateurs d'être en conditions d'insu et d'avoir une mesure des résultats centrée sur le patient.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La formation en orientation et mobilité (O&M) est dispensée aux personnes présentant une déficience visuelle pour les aider à conserver leur autonomie de déplacement. Elle leur enseigne de nouvelles techniques d'orientation et de mobilité pour compenser les informations visuelles réduites.

Objectifs : 

L'objectif de cette revue était d'évaluer les effets de la formation O&M, avec ou sans dispositifs associés, chez des adultes ayant une basse vision.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (qui contient le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur l'œil et la vision) (The Cochrane Library, 2010, Numéro 3), MEDLINE (de janvier 1950 à mars 2010), EMBASE (de janvier 1980 à mars 2010), LILACS (Latin American and Caribbean Literature on Health Sciences) (de janvier 1982 à mars 2010), Système d'information sur la littérature grise en Europe (OpenSIGLE) (Mars 2010), le metaregistre des essais contrôlés (mREC) (www.controlled-trials.com) (Mars 2010), ClinicalTrials.gov (http://clinicaltrials.gov) (Mars 2010), ZETOC (Mars 2010) et dans les références bibliographiques des articles extraits. Aucune restriction concernant la langue ou la date de publication n'a été appliquée aux recherches d'essais. Les dernières recherches dans les bases de données électroniques ont été effectuées le 31 mars 2010.

Critères de sélection : 

Nous avons prévu d'inclure les essais randomisés ou quasi-randomisés comparant la formation O&M à l'absence de formation chez des adultes ayant une basse vision

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont examiné de manière indépendante les résultats des recherches pour l'inclusion des essais, évalué la qualité des études et extrait les données.

Résultats principaux : 

Deux petites études répondaient aux critères d'inclusion. Il s'agissait des phases successives du développement du même programme de formation et outil d'évaluation. L'intervention a été assurée par un bénévole à partir d'instructions écrites et orales. Dans les deux études, la technique de randomisation s'est avérée inadéquate, dans la mesure où elle reposait sur l'alternance, et la mise en aveugle n'a pu être obtenue. La formation n'a eu aucun effet dans la première étude et avait tendance à être bénéfique dans la seconde, mais pas dans une mesure statistiquement significative. Les différences entre les études peuvent peut-être s'expliquer par les raisons suivantes : les scores élevés obtenus dans la première étude, qui suggèrent un besoin réduit en formation et laissent peu de place pour une amélioration ultérieure (effet plafond), et le fait d'avoir affiné le programme de formation, ce qui a permis une meilleure adaptation aux besoins et caractéristiques spécifiques des patients, dans la seconde étude.

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.