Agents antifongiques systémiques prophylactiques dans la prévention de la mortalité et de la morbidité chez le nouveau-né de très faible poids de naissance

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Des champignons, comme le candida (l'organisme responsable des mycoses), peuvent provoquer de graves infections chez les nouveau-nés de très faible poids de naissance (poids de naissance inférieur à 1,5 kg). Ces infections sont généralement difficiles à diagnostiquer. Il peut être judicieux d'essayer de les prévenir en administrant à tous les nouveau-nés de très faible poids de naissance des médicaments antifongiques dans le cadre de soins de routine. La présente revue cherchait à identifier des preuves selon lesquelles cette pratique préviendrait d'une infection fongique grave, d'un décès et d'une invalidité chez des nouveau-nés de très faible poids de naissance. Il existe des preuves provenant d'essais de très bonne qualité selon lesquelles l'administration régulière d'un médicament antifongique à des nouveau-nés, pendant les premières quatre à six semaines après leur naissance, réduirait le nombre d'infections graves chez cette population. Il n'existe pas encore de preuves probantes montrant une modification des taux de mortalité ou d'invalidité.

Conclusions des auteurs : 

Un traitement antifongique systémique prophylactique diminue l'incidence des infections fongiques invasives chez les nouveau-nés de très bas poids de naissance. Ce résultat doit être interprété et appliqué avec prudence étant donné que l'incidence des infections fongiques invasives était très élevée dans les groupes témoins de la majorité des essais inclus. La méta-analyse effectuée ne démontre aucun effet statistiquement significatif sur la mortalité. Il n'existe actuellement que des données limitées sur les conséquences neurodéveloppementales à long terme chez les nouveau-nés exposés à cette intervention. Des données supplémentaires seront également nécessaires afin d'évaluer les effets de cette intervention sur l'émergence des organismes résistants aux antifongiques.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Une infection fongique invasive est une cause importante de mortalité et de morbidité chez les nouveau-nés de très faible poids de naissance. Son diagnostic précoce est difficile et son traitement est souvent différé. Les agents antifongiques systémiques (généralement des azoles) sont de plus en plus utilisés comme prophylaxie contre les infections fongiques invasives.

Objectifs : 

Évaluer les effets d'un traitement antifongique systémique prophylactique sur la mortalité et la morbidité chez les nouveau-nés de très faible poids de naissance.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons utilisé la stratégie de recherche standard du groupe thématique Cochrane sur la néonatologie. Elle consistait à effectuer des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library, 2012, numéro 3), MEDLINE, EMBASE et CINAHL (jusqu'à août 2012), les actes de conférence et des revues antérieures.

Critères de sélection : 

Des essais contrôlés randomisés ou quasi randomisés comparant les effets d'un traitement antifongique systémique prophylactique à un placebo ou à l'absence de médicament ou à un autre agent antifongique ou à un schéma posologique chez des nouveau-nés de très faible poids de naissance.

Recueil et analyse des données : 

Nous avons extrait les données en utilisant les méthodes standard du groupe thématique Cochrane sur la néonatologie, avec une évaluation de la qualité des essais et une extraction des données séparées par deux auteurs de la revue.

Résultats principaux : 

Nous avons identifié 11 essais éligibles composés d'un total de 1 136 nouveau-nés. Sept essais (impliquant 880 nouveau-nés) comparaient la prophylaxie antifongique systémique à un placebo ou à l'absence de médicament. Ces essais étaient généralement de petite taille, mais de qualité méthodologique correcte. Une méta-analyse a trouvé une diminution statistiquement significative de l'incidence des infections fongiques invasives chez les nouveau-nés ayant bénéficié d'une prophylaxie antifongique systémique (risque relatif (RR) typique 0,41, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,27 à 0,61 ; différence de risques (DR) - 0,09, IC à 95 % - 0,14 à - 0,05). L'incidence moyenne des infections fongiques invasives dans les groupes témoins des essais (16 %) était beaucoup plus élevée que celle généralement rapportée par des études de cohorte de grande taille (< 5 %). La méta-analyse n'a trouvé aucune différence statistiquement significative des risques de décès avant la sortie d'hôpital (RR typique 0,74, IC à 95 % 0,52 à 1,05 ; DR - 0,04, IC à 95 % - 0,08 à 0,01). Des données très limitées concernant les résultats neurodéveloppementaux à long terme étaient disponibles. Deux essais comparant une prophylaxie antifongique systémique à une prophylaxie antifongique non absorbée par voie orale ou topique n'ont détecté aucun effet statistiquement significatif sur les infections fongiques invasives ou la mortalité. Deux essais comparant différents schémas posologiques de fluconazole prophylactique administré par intraveineuse n'ont détecté aucune différence significative au niveau des taux d'infection ou de la mortalité.

Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.