Les antibiotiques pour prévenir les complications après des extractions de dent

L'extraction de dents est un traitement chirurgical visant à retirer les dents qui sont touchées par la formation de caries ou une maladie gingivale (pratiquée par les chirurgiens dentistes). L'autre motif fréquent de l'extraction de dents, pratiquée par un dentiste spécialisé en chirurgie buccale et maxillo-faciale, consiste à retirer les dents de sagesse qui sont mal alignées/développées (appelées aussi dents de sagesse incluses) ou celles provoquant des douleurs ou une inflammation.

Le risque d'infection après l'extraction des dents de sagesse des personnes jeunes en bonne santé est d'environ 10 % ; toutefois, il peut aller jusqu'à 25 % chez les patients qui sont déjà malades ou dont l'immunité est affaiblie. Les complications infectieuses comprennent gonflement, douleur, drainage de pus, fièvre, et également alvéolite sèche (absence de caillot de sang à l'intérieur de l'alvéole dentaire, se manifestant par des algies sévères et le dégagement d'une odeur nauséabonde). Le traitement de ces infections est généralement simple et implique l'administration d'antibiotiques aux patients et le drainage de l'infection hors de la plaie.

Cette revue cherche à déterminer si les antibiotiques, administrés à des patients dentaires dans le cadre de leur traitement, préviennent l'infection après l'extraction de dents. Nous avons examiné 18 études, avec un total de 2 456 participants ayant reçu soit des antibiotiques (de différents types et dosages) soit un placebo, immédiatement avant et/ou juste après l'extraction de dents. Il existait des inquiétudes concernant les aspects de la conception et du mode de compte-rendu de toutes les études. Dans toutes les études, les personnes en bonne santé ont eu des extractions des dents de sagesse incluses pratiquées par des dentistes spécialisés en chirurgie buccale et maxillo-faciale.

Cette revue fournit des preuves que les antibiotiques administrés juste avant et/ou juste après une intervention chirurgicale réduisent le risque d'infection, de douleur et d'alvéolite sèche après que les dents de sagesse ont été retirées par les dentistes spécialisés en chirurgie buccale et maxillo-faciale, mais que l'utilisation des antibiotiques provoque aussi plus d'effets secondaires (en règle générale brefs et mineurs) chez ces patients. En outre, il n'existait pas de preuves indiquant que les antibiotiques préviennent la fièvre, le gonflement ou les problèmes liés à une ouverture limitée de la bouche chez les patients dont les dents de sagesse ont été retirées.

Il n'existait aucune preuve permettant de juger des effets des antibiotiques préventifs pour les extractions des dents gravement cariées, des dents dans les gencives malades, ou les extractions chez les patients qui sont malades ou dont l'immunité contre l'infection est affaiblie. La réalisation de recherches avec ces groupes de personnes peut s'avérer impossible ou contraire à l'éthique. Toutefois, il est probable que dans des situations dans lesquelles les patients présentent un risque plus élevé d'infection, les antibiotiques préventifs puissent être bénéfiques, car les infections dans ce groupe sont susceptibles d'être plus fréquentes et plus difficiles à traiter.

Un autre problème, qui ne peut pas être évalué par des essais cliniques, est que l'utilisation répandue des antibiotiques par des personnes qui n'ont pas d'infection est susceptible de contribuer au développement d'une résistance bactérienne.

La conclusion de cette revue est que les antibiotiques administrés à des personnes en bonne santé pour prévenir les infections peuvent entraîner plus de dangers que d'avantages à la fois pour les patients individuels et la population dans son ensemble.

Conclusions des auteurs : 

Bien que les chirurgiens dentistes pratiquent des extractions de dent en raison de graves caries dentaires ou infections parodontales, nous n'avons identifié aucun essai qui avait évalué le rôle de la prophylaxie antibiotique dans ce groupe de patients dans ce contexte. Tous les essais examinés dans cette revue ont inclus des patients en bonne santé subissant l'extraction des troisièmes molaires incluses, souvent pratiquée par des dentistes spécialisés en chirurgie buccale et maxillo-faciale. Il existe des preuves que les antibioprophylaxies réduisent le risque d'infection, d'alvéolite sèche et de douleur après l'extraction des troisièmes molaires et entraînent une augmentation des effets indésirables légers et transitoires. On ignore si les preuves dans cette revue sont généralisables à ceux souffrant de maladies concomitantes ou d'immunodéficience, ou à ceux subissant l'extraction des dents en raison de graves caries ou d'une parodontite. Toutefois, les patients présentant un risque plus élevé d'infection ont plus de chances de bénéficier des antibioprophylaxies, étant donné que les infections dans ce groupe sont susceptibles d'être plus fréquentes, associées à des complications, et d'être plus difficiles à traiter. Compte tenu de la prévalence croissante des bactéries qui sont résistantes au traitement par des antibiotiques actuellement disponibles, les cliniciens devraient déterminer de façon approfondie si le traitement de 12 patients en bonne santé par des antibiotiques pour prévenir une infection est susceptible d'entraîner plus de dangers que d'avantages.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Les indications les plus fréquentes pour les extractions de dent sont les caries dentaires et les infections parodontales, et ces extractions sont généralement pratiquées par des chirurgiens dentistes traditionnels. Les antibiotiques peuvent être prescrits aux patients subissant des extractions pour prévenir les complications dues à l'infection.

Objectifs : 

Déterminer l'effet de la prophylaxie antibiotique sur le développement des complications infectieuses après des extractions de dent.

Stratégie de recherche documentaire : 

Les bases de données électroniques suivantes ont fait l'objet de recherches : le registre des essais du groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire (jusqu’au 25.01.12), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library2012, Numéro 1), MEDLINE via OVID (de 1948 au 25.01.12), EMBASE via OVID (de 1980 au 25.01.12) et LILACS via BIREME (de 1982 au 25.01.2012). Il n'y avait aucune restriction quant à la langue ou la date de publication.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus des essais randomisés en double aveugle et contrôlés par placebo de la prophylaxie antibiotique chez des patients subissant l'extraction d'une ou de plusieurs dents pour toute indication.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué le risque de biais des études incluses et extrait les données. Quand les données n'étaient pas claires, nous avons contacté des auteurs d'essai pour de plus amples détails. Pour les résultats dichotomiques, nous avons calculé les risques relatifs (RR) et les intervalles de confiance (IC) à 95 % en utilisant des modèles à effets aléatoires. Pour les résultats continus, nous avons utilisé les différences moyennes (DM) avec les IC à 95 % en utilisant des modèles à effets aléatoires. Nous avons examiné les sources potentielles d'hétérogénéité. La qualité de l'ensemble des preuves a été évaluée au moyen de l'échelle GRADE.

Résultats principaux : 

Cette revue comprenait 18 essais contrôlés par placebo, en double aveugle, avec un total de 2 456 participants. Cinq essais ont été évalués comme étant à risque incertain de biais, treize comme étant à risque élevé, et aucun n'a été évalué comme étant à faible risque de biais. Comparés au placebo, les antibiotiques réduisent probablement le risque d'infection chez les patients subissant l'extraction d'une ou de plusieurs troisièmes molaires d'environ 70 % (RR 0,29 (IC à 95 % 0,16 à 0,50) P < 0,0001, 1 523 participants, preuves de qualité moyenne) ce qui signifie que 12 personnes (plage 10-17) ont besoin d'être traitées par des antibiotiques pour prévenir une infection après l'extraction des dents de sagesse incluses. Il existe des preuves que les antibiotiques peuvent réduire le risque d'alvéolite sèche de 38 % (RR 0,62 (IC à 95 % 0,41 à 0,95) P = 0,03, 1 429 participants, preuves de qualité moyenne) ce qui signifie que 38 personnes (plage 24-250) ont besoin de prendre des antibiotiques pour prévenir un cas d'alvéolite sèche après l'extraction des dents de sagesse incluses. Il existe aussi certaines preuves que les patients qui prennent des antibioprophylaxies sont susceptibles d'avoir moins de douleur (DM -8,17 (IC à 95 % -11,90 à -4,45) P < 0,0001, 372 participants, preuves de qualité moyenne ) globalement 7 jours après l'extraction comparés à ceux ayant reçu un placebo, ce qui peut être le résultat direct du risque plus faible d'infection. Il n'existe aucune preuve d'une différence entre les antibiotiques et un placebo dans les résultats concernant la fièvre (RR 0,34, IC à 95 % 0,06 à 1,99), le gonflement (RR 0,92, IC à 95 % 0,65 à 1,30) ou le trismus (RR 0,84, IC à 95 % 0,42 à 1,71) 7 jours après l'extraction de dents.

Les antibiotiques sont associés à une augmentation des effets indésirables généralement légers et transitoires par rapport au placebo (RR 1,98 (IC à 95 % 1,10 à 3,59) P = 0,02) ce qui signifie que chez 1 personne sur 21 (plage 8-200) ayant reçu des antibiotiques, un effet indésirable est susceptible de survenir.

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.